Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Harfleur (Seine-Maritime). 17, rue Général Leclerc

Responsable d’opération : Paola Calderoni
p. 197

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Texte intégral

1Un diagnostic venant compléter une opération de reconnaissance du tracé du mur occidental de l’enceinte urbaine a concerné un terrain longé par le canal Vauban et situé au nord de la porte de Leure.

2Les vestiges maçonnés d’une ou deux habitations de la fin du Moyen Âge ont été mis au jour à environ 30 m de la fortification urbaine. L’habitat se compose de deux constructions mitoyennes : un bâtiment aux murs larges de 0,70 m d’épaisseur, dont l’angle nord a été dégagé, et une construction attenante, plus légère et pourvue d’une cheminée en tuileaux. L’ensemble couvre une surface d’environ 100 m². L’orientation du rempart n’a aucune incidence sur celle des bâtiments qui suivent un axe divergent. En revanche, les matériaux et la technique de construction, en particulier l’emploi de petits moellons de silex redressés et de mortier au sable de mer, sont similaires à ceux observés sur les parements des tours de l’enceinte ouest. Les fortifications de Harfleur, construites entre 1344 et 1355, sont l’objet d’une reconstruction par les Anglais après le siège de 1415, puis de réparations et améliorations constantes jusqu’en 1491. Cette fourchette chronologique xive-xve s. correspond à la datation du mobilier céramique le plus ancien recueilli au cours de l’opération, sur un niveau de dépotoir repéré à l’extérieur de l’habitat. Les niveaux intérieurs n’ont rien délivré. Les maçonneries sont rasées au cours du xvie s.

3D’autres sondages, menés plus profondément, ont révélé une succession de remblaiements complexes mis en place au xve s. Aux sédiments d’origine naturelle se superposent des apports de matériaux de démolition portant des traces de circulation. Une séquence comparable observée lors de l’étude du mur d’enceinte a montré que cet ouvrage reposait sur une surélévation du terrain, en partie constituée de remblais issus du creusement des fossés.

4Par sa stratification et le style des maçonneries qui l’occupent, le secteur diagnostiqué est apparenté à la fortification voisine. Il reste à établir s’il a existé un lien fonctionnel entre habitat et ouvrage défensif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paola Calderoni, « Harfleur (Seine-Maritime). 17, rue Général Leclerc »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 197.

Référence électronique

Paola Calderoni, « Harfleur (Seine-Maritime). 17, rue Général Leclerc » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 28 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10822

Haut de page

Auteur

Paola Calderoni

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Paola Calderoni

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals