Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Muzillac (Morbihan). Kerantré

Responsable d’opération : Sébastien Daré
p. 203-204

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Texte intégral

1Le site est localisé à 5 km au SE de la commune de Muzillac, sur le versant nord d’une ligne de hauteurs qui dominent ­l’embouchure de la Vilaine sans toutefois jouir de la vue sur cet espace. Il se marquait au sol par une assez forte densité de fragments de céramiques datées des xiiie-xve s. et par de nombreux blocs de pierre laissant présager l’existence de constructions.

2Trois sondages (superficie totale : 160 m²) ont été ouverts. Le premier a mis au jour la partie occidentale d’un bâtiment assez mal conservé, comprenant deux pièces : une grande (7,70 m de large par 4 m de long minimum) et une plus petite (6,60 m par 1,85 m), rectangulaire, accolée à la façade ouest de la première. On accédait probablement à ce dernier espace par une porte ménagée dans le mur occidental de la grande pièce contre le mur nord. Les murs épais de 0,70 à 0,75 m subsistent sur une hauteur de une à trois assises, soit une trentaine de centimètres au maximum. Ceux de la petite pièce bâtie en appui affichent un appareil irrégulier par rapport à ceux de l’édifice initial. Ils sont construits avec des matériaux hétérogènes : galets prélevés sur le littoral, petites pierres et blocs parfois assez gros de micaschiste, d’amphibolite, de granite ou encore de quartz liés avec une terre argileuse alors que les murs de la grande pièce sont formés de gros blocs de micaschiste, de toute évidence extraits sur le site ou dans son environnement proche. Ces deux pièces étaient pourvues de sols en terre battue. Ils étaient recouverts par les niveaux de démolition qui ont livré un mobilier céramique assez abondant, parmi lequel une demi-marmite provenant des ateliers de Saint-Jean-la-Poterie (Morbihan). Ce mobilier peut être daté des xive-xve s.

3Ce bâtiment est établi en bordure immédiate d’un chemin creux dont la chaussée mesure 3,20 m de large. Celle-ci est constituée d’un blocage compact de pierres et de cailloutis creusé de deux ornières. Ce chemin d’axe E-O pourrait relier l’abbaye cistercienne Notre-Dame de Prières (commune de Billiers), distante de 3 km environ, à la voie reliant Muzillac à Guérande par le passage de Tréhiguier (commune de Muzillac). Il faut aussi signaler une probable clôture partant en arc de cercle depuis l’angle NO du bâtiment vers le sud et qui se présentait comme une tranchée large d’une trentaine de centimètres, comblée de blocs de pierre.

4Dans le deuxième sondage, réalisé 17 m à l’est du premier, une autre clôture rectiligne cette fois a été mise en évidence. Les fragments de céramiques recueillis dans la fouille d’une section de cette tranchée également comblée par des pierres permettent de situer sa mise en place vers la fin du xive ou au xve s.

5Enfin, le sondage 3, ouvert entre les deux autres, a révélé un probable niveau de sol constitué de pierres prises dans de l’argile jaune-beige qui laisse poindre le substrat rocheux en plusieurs endroits. Il s’agit peut-être du sol d’une pièce du bâtiment reconnu dans le sondage 1.

6Les vestiges découverts sur le site de Kerantré permettent d’identifier une habitation, ce qu’accrédite le mobilier découvert, composé exclusivement de céramiques à usage culinaire. L’occupation semble avoir été assez courte. Elle est datée entre le xive et le xve s. La petite pièce appuyée contre la façade ouest peut être interprétée comme un cellier par comparaison avec les habitats du Goënidou (commune de Berrien, Finistère). Cet habitat n’est pas isolé puisque deux autres gisements ont été repérés en prospection respectivement à 200 et 400 m à l’ouest de Kerantré. On peut s’interroger sur la création et la construction de cet habitat, peut-être liées aux cisterciens de l’abbaye Notre-Dame de Prières, fondée en 1250 par le duc de Bretagne Jean Ier le Roux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Daré, « Muzillac (Morbihan). Kerantré »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 203-204.

Référence électronique

Sébastien Daré, « Muzillac (Morbihan). Kerantré » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 03 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10851

Haut de page

Auteur

Sébastien Daré

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sébastien Daré

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals