Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Orléans (Loiret). Rue Saint-Flou

Responsable d’opération : Didier Josset
p. 204-205

Entrées d’index

Année de l'opération :

2011
Haut de page

Texte intégral

1Les parcelles intéressées sont situées intra-muros, aux abords immédiats de la muraille antique. D’une surface totale de 1 170 m2, la fouille occupe une partie du versant nord du coteau de la Loire. La stratification complexe, qui intègre notamment des « terres noires », est comprise entre 2,50 et 6 m d’épaisseur.

2Les travaux ont mis en évidence une occupation continue du ier s. de notre ère jusqu’à nos jours, permettant d’observer la constitution d’un îlot urbain et la mise en place du parcellaire dans un contexte topographique accidenté.

3L’emprise étudiée occupe le sommet de la bordure orientale d’un vaste talweg. Les rares vestiges matériels, découverts dans des contextes remaniés, reflètent une présence humaine à partir du premier siècle de notre ère. Il semblerait donc que le relief échancré du versant ait opportunément servi de limite à l’oppidum gaulois se développant juste à l’ouest.

4Les premiers aménagements significatifs sont des nivellements considérables de tout le secteur ouest du site entre – 50 et 50 apr. J.-C. Ils témoignent d’une volonté collective de remodeler la topographie du terrain pour opérer un gain d’espace à des fins de lotissement. Ce n’est qu’entre 150 et 300-400 que l’occupation coïncidera avec la mise en place d’une véritable organisation urbaine, probablement en lien avec une restructuration plus globale de cette partie de la ville grâce à de grands travaux commandités par les édiles.

5Au premier Moyen Âge (500/1100), la continuité d’occupation est attestée, tant sur toute la durée de la période qu’avec l’Antiquité. C’est durant ce temps long que l’on peut envisager les origines de la rue Saint-Flou. Sur l’îlot qui borde la rue naissante, la division du terrain par un mur de terrasse antique est toujours effective, et une voie ancienne constitue un lieu de passage important. Plusieurs habitats prennent aussi appui sur la trame du bâti antique entre le vie et le xie s., alors qu’une importante carrière de calcaire est exploitée (avant la fin xie-première moitié xiie s.).

6Au xiie s., le nombre et la nature des aménagements attestent une forte pression de l’occupation sur l’ensemble des parcelles, ce qui témoigne d’une grande vitalité de l’habitat, mais aussi de l’activité d’extraction qui se déploie avec une ampleur particulière au sud du site (carrières à galerie et à ciel ouvert). Malgré l’exhaussement ininterrompu du sol, les éléments structurants matérialisent fortement les principaux dénivelés de la topographie du secteur. Les premières limites parcellaires (murs) proprement médiévales, et promises à durer, sont reconnues.

7À partir du début du xiiie s., l’évolution persistante et graduelle du lotissement médiéval peut être suivie jusqu’au xviie s. L’organisation de l’espace est marquée au xiiie s. par l’édification de maçonneries faisant office de limites de fonds de parcelles. Pour la première fois, la répartition des activités permet de restituer une topographie assez complète des espaces. Le site semble divisé en quatre bandes étroites E-O à l’image d’un parcellaire laniéré. On discerne des espaces spécialisés dans lesquels les activités sont néanmoins parfois très entremêlées. Si l’habitat y domine, la récupération de matériaux, l’exploitation et les comblements des carrières à ciel ouvert de la partie méridionale du site sont toujours en cours. Bien que mal documentés, deux ou trois artisanats du feu sont soupçonnés sur le site ou à proximité : le travail du fer (forge et maréchalerie), du bronze et du verre.

8Au xiiie-xive s. sont attestées pour la première fois des constructions le long de la rue Saint-Flou : probablement deux unités d’habitation. À l’arrière des parcelles, les témoignages d’occupation domestique sont partout présents dans les espaces extérieurs et les puits se généralisent. Des activités artisanales sont toujours suggérées par quelques rares découvertes matérielles liées au feu (forge, verre et bronze), mais aussi au travail du cuir; cependant, rien n’en assure la présence directe sur le site. Enfin, au sud, les grandes carrières voient leur comblement achevé dans une fourchette chronologique correspondant à la seconde moitié du xiiie s. voire au dernier quart du xiiie-premier quart du xive s.

9L’évolution du bâti se caractérise par un dynamisme très important, notamment entre le milieu du xve s. et l’établissement du couvent des Carmes Déchaussés sur le site en 1654. Les constructions nouvelles permettent de voir combien les différents aménagements privés reflètent le souci constant des habitants de gérer les pentes qui, de toute évidence, sont toujours sensibles sur les parcelles étudiées. Le plan général du couvent des Carmes Déchaussés et des Carmélites illustre d’ailleurs les mêmes préoccupations. En définitive, les limites cadastrales contemporaines de la seconde moitié du xxe s., postérieures à la démolition des installations conventuelles, sont totalement novatrices par rapport à tout ce qui a précédé : elles sont les premières à rompre véritablement avec les principes structurels mis en œuvre depuis les iie-iiie s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Josset, « Orléans (Loiret). Rue Saint-Flou », Archéologie médiévale, 42 | 2012, 204-205.

Référence électronique

Didier Josset, « Orléans (Loiret). Rue Saint-Flou » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 23 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10854

Haut de page

Auteur

Didier Josset

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Didier Josset

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals