Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Roissy-en-Brie (Seine-et-Marne). 33-35, rue Pasteur

Responsable d’opération : Pierre Broutin
p. 211

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Texte intégral

1La fouille du site, sur une surface de 400 m², a mis en évidence une forge datée des xe-xie s. Les datations fondées sur la céramique montrent également des tessons résiduels du ive s., en faible quantité. L’essentiel du mobilier issu des structures et des niveaux de sols est daté de la fin de l’époque carolingienne (xe s.) jusqu’au xie s. Plusieurs éléments issus des remblais de recouvrement de type « terre noire » montrent une datation entre le xiiie et le xvie s.

2Quelques vestiges lithiques indiquent une présence humaine antérieure, entre le Néolithique moyen et le Néolithique récent. Ces indices, trouvés en périphérie et au sein de la forge, ont été largement perturbés. Postérieures à l’activité métallurgique, des fosses de plantation ont également été mises au jour. Elles correspondent à la plantation d’un verger sur l’emprise de la Gatinellerie au xviie s. comme le confirme la céramique recueillie.

3Les niveaux de sols conservés et fouillés en carroyage ont été creusés pour l’installation de différentes structures contemporaines, ayant servi tant à l’activité métallurgique qu’à l’évacuation des déchets. La forge, aménagée simplement, couvre une surface de plus de 400 m², quand, habituellement, les superficies sont de 12 à 20 m². Le sol de l’atelier a ensuite servi à l’installation d’une structure portante, afin de le protéger des intempéries. Des ­structures creusées dans le sol de l’atelier, dont la fonction n’est pas connue, participaient à la logistique de l’atelier, mais leur comblement et les restes métallurgiques sont liés à l’abandon du site.

4D’abord interprétée comme une forge de réduction de minerai, au vu de la très forte proportion de scories écoulées, la première analyse, lors du diagnostic, nuançait tout de même ce constat du fait de la forte proportion de scories oxydées. Lors de la fouille, l’absence de bas-fourneaux et la forte proportion de produits martelés ont suscité de nouvelles interrogations sur la réalité de ces opérations de réduction. L’examen métallographique a permis de démontrer que les scories résultaient d’un travail d’épuration du métal de masses brutes de fer. La question se pose maintenant de la possibilité d’une fabrication de barres de métal. Les opérations de martelage et de mise en forme mises en évidence par les observations microscopiques ont pour but le modelage de pièces plates. Même si la fabrication de produits semi-finis reste à établir, cette particularité permet de considérer le site de Roissy-en-Brie comme le chaînon d’un réseau de production et d’échange incluant les autres étapes de la chaîne opératoire de fabrication d’objets en métal.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Broutin, « Roissy-en-Brie (Seine-et-Marne). 33-35, rue Pasteur »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 211.

Référence électronique

Pierre Broutin, « Roissy-en-Brie (Seine-et-Marne). 33-35, rue Pasteur » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 13 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10872

Haut de page

Responsable d’opération

Pierre Broutin

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals