Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Saint-Martin-du-Mont (Côte-d’Or). Les Bois de Cestres

Responsable d’opération : Patrice Beck
p. 214

Entrées d’index

Année de l'opération :

2011
Haut de page

Texte intégral

1La campagne 2011 a complété l’information sur les aménagements périphériques du hameau occupé au xive s., situés entre 50 et 350 m de distance le long de deux chemins de desserte.

2Le four à chaux du xe s. (daté par 14C) a été intégralement ou presque dégagé : c’est un carré de 8 m de côté creusé dans la table rocheuse sur 0,50 m de profondeur, sans autre apprêt notable. Mais les traces de rubéfaction de la sole et les cônes de pierres calcinées et de chaux tapissant ses parois ne laissent aucun doute sur la fonction. Quatre siècles plus tard, au moment de l’installation du hameau, il ne devait plus apparaître que sous la forme d’une dépression mais le rapprochement topographique n’est peut-être pas fortuit : le chemin qui dessert le hameau pouvait lui préexister, préexister même au four.

3Le bâtiment situé à proximité de ce four mais au-delà du chemin est, quant à lui, daté du xive s. et donc synchrone avec le hameau distant d’une bonne cinquantaine de mètres au sud. Il a été aussi exhaustivement que possible mis au jour et a révélé un plan inhabituel : sans doute deux appentis se faisant face et ouvrant sur une cour centrale, protégeant des foyers ouverts aménagés au niveau du sol et longuement utilisés comme l’attestent les couches de cendres retrouvées alentour et qui ont livré un mobilier céramique et métallique assignant à ces locaux des usages plus domestiques qu’artisanaux.

4À 350 m de distance au NO, le « Puits-Gaillard » et le bassin qui le jouxte ont fait l’objet de sept sondages qui ont permis d’en dater l’installation du xive s., de montrer qu’ils ont été utilisés pendant et longtemps encore après l’occupation du hameau avec lequel ils étaient reliés par un chemin charretier. Un puits-citerne de forme ovoïde, d’1,50 m à 2 m de diamètre, a été creusé et cuvelé dans une couche de marnes d’1 m d’épaisseur sous-jacente à la table rocheuse de surface, creusé encore sur près d’1 m de profondeur dans la roche compacte inférieure. Le bassin, de 10 à 12 m de côté, est taillé dans la couche de marne qui en assure l’étanchéité : il assurait une réserve d’eau accessible aux troupeaux depuis le chemin. Ces aménagements constituent le point d’eau du hameau et ce sont eux qui ont aussi donné la marne utilisée dans certaines des maçonneries.

5À proximité immédiate du puits, et aux limites aval du hameau, ont enfin été explorées trois dépressions topographiques : des carrières d’extraction de pierre, synchrones elles aussi avec le hameau. Il est ainsi possible de considérer la fouille du site comme achevée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrice Beck, « Saint-Martin-du-Mont (Côte-d’Or). Les Bois de Cestres », Archéologie médiévale, 42 | 2012, 214.

Référence électronique

Patrice Beck, « Saint-Martin-du-Mont (Côte-d’Or). Les Bois de Cestres » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10877

Haut de page

Auteur

Patrice Beck

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Patrice Beck

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals