Navegación – Mapa del sitio

InicioNuméros42Chronique des fouilles médiévales...I. – Constructions et habitats ci...I 1. – Opérations de terrainVoulte-sur-Rhône (La) (Ardèche). ...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Voulte-sur-Rhône (La) (Ardèche). La Boissine

Responsable de la operación: Sylvain Guillin
p. 219

Entradas del índice

Año de la operación:

2011
Inicio de página

Texto completo

1Le site de la Boissine se situe à environ 1,2 km à l’ouest de l’ancienne agglomération médiévale fortifiée de La Voulte-sur-Rhône, à proximité de ce qui est aujourd’hui la RD 365 qui relie Rompon à La Voulte par la route de Saint-Cierge-la-Serre. Le site domine, au nord et à l’ouest, le relief actuel : une extraction excessive du minerai de fer a profondément altéré le paysage dès le xviiie s. Au sud et à l’est, le site est adossé au versant nord de la montagne de la Banne, barrière naturelle le séparant de Rompon.

2Les bâtiments étudiés sont encaissés dans un terrain dont la pente très importante (environ 20 %) est due à l’apport d’un important remblai ou d’un important niveau de démolition au sud. Les bâtiments, orientés selon un axe N-S, se développent autour de deux unités principales séparées aujourd’hui par un espace d’une vingtaine de centimètres. Leur sont adjoints de petites annexes de chaque côté est et ouest (fig.). Leur surface (hors annexes) représente environ 177 m², soit 109 m² environ pour le bâtiment I (au nord) et 68 m² pour le bâtiment II (au sud). Les deux bâtiments supportent chacun un étage mais ces derniers ne semblent pas être contemporains entre eux.

3Le premier bâtiment (bâtiment I), le plus au nord, est caractérisé par une façade de prime abord médiévale, s’ouvrant à l’étage par deux petites fenêtres trilobées et au rez-de-chaussée par une porte en plein-cintre murée encadrée par deux puissants contreforts. On note de très nombreuses reprises qui ont fortement affaibli la structure. La configuration actuelle est venue couper un ancien niveau que le diagnostic a permis de mettre en évidence. À l’origine, ce bâtiment semble avoir eu deux, peut-être trois niveaux. Il se caractérisait par la présence d’une grande salle voûtée sur 4 m de haut et qui avait certainement reçu une décoration d’enduits peints. Il n’y avait peut-être pas d’ouverture à l’exception de celle qui demeure encore aujourd’hui au nord mais a été obstruée. Au-dessus, une grande salle de 3,30 m de hauteur environ recevait une cheminée centrale pyramidale, de nombreuses ouvertures dont deux baies à coussiège et trilobées au nord, et l’entrée se faisait par l’est. Cette salle, bien éclairée et permettant une bonne aération, était aussi décorée, semble-t-il, d’enduits peints.

4Le second bâtiment (bâtiment II), accolé au précédent, présente une terrasse et de nombreuses réfections modernes et contemporaines (porte et fenêtres à encadrement de briques). Ce bâtiment était séparé d’un mètre cinquante du bâtiment I par un défilé par lequel on entrait en passant sous un arc en plein-cintre. Le passage devait être surveillé à la fois par une baie biaise dans ce bâtiment et par une baie droite dans le bâtiment I. L’entrée dans le bâtiment II se faisait du côté nord. Ce bâtiment disposait d’au moins deux placards et un niveau planchéié reposait sur des corbeaux.

5Si les archives (étudiées par M. Goy) ne permettent pas de remonter au-delà du xvie s., l’étude architecturale et les sondages ont démontré que le bâtiment I est datable du xive ou xve s. Le bâtiment II est bien plus difficile à dater. Il semble contemporain ou suit de très près la construction du bâtiment I.

6Quant à la fonction de ces bâtiments, deux pistes, contradictoires, sont à explorer : une maison forte ou un édifice hospitalier du type maladrerie (léproserie). Mais le plus probable serait peut-être une évolution de l’une à l’autre de ces fonctions. Le bâtiment I aurait pu être une maison forte transformée peu de temps après en maladrerie avec l’adjonction du bâtiment II.

La Voulte-sur-Rhône, la Boissine.

La Voulte-sur-Rhône, la Boissine.
Inicio de página

Índice de ilustraciones

Título La Voulte-sur-Rhône, la Boissine.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10906/img-1.jpg
Ficheros image/jpeg, 77k
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Sylvain Guillin, «Voulte-sur-Rhône (La) (Ardèche). La Boissine»Archéologie médiévale, 42 | 2012, 219.

Referencia electrónica

Sylvain Guillin, «Voulte-sur-Rhône (La) (Ardèche). La Boissine» [ficha arqueológica], Archéologie médiévale [En línea], 42 | 2012, Publicado el 05 junio 2018, consultado el 28 septiembre 2021. URL: http://journals.openedition.org/archeomed/10906; DOI: https://doi.org/10.4000/archeomed.10906

Inicio de página

Autor

Sylvain Guillin

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Responsable de la operación

Sylvain Guillin

operación (es) dirigida (s) por este arqueólogo

Inicio de página

Derechos de autor

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Inicio de página
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search