Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I 2. - Prospections

Côte-Saint-André (La), Brezins, Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs, Saint-Siméon-de-Bressieux, Châtenay, Sardieu, Viriville (Isère).

Responsable d’opération : Denis Gonin
p. 220

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Texte intégral

1Une campagne de prospection-inventaire diachronique pédestre a débuté en 2008 à La Côte-Saint-André. La zone de départ était le secteur des mas du Rival et des Olagnières à l’extrême sud de la commune, le long du ruisseau du Rival. Dans ce lieu, au xixe s., a été découvert « le char de bronze ». Les opérations préventives ont montré une importante zone d’occupation et le secteur de recherche a été allongé chaque année de façon à réaliser une bande E-O. Les prospections de surface effectuées entre l’est de Viriville et l’ouest de Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs ont révélé une vingtaine de concentrations de fragments de tegulae. La densité de l’occupation a invité à délimiter une zone de prospection N-S visant à traverser la plaine dans sa largeur. Elle a été choisie de part et d’autre du « chemin de passe-farine ». Les prospections commencées du côté nord révèlent déjà un secteur important sur la colline du Not au mas des Charpillattes.

2Par ailleurs, la campagne 2009 de photographies aériennes IGN a été exploitée à partir du site Geoportail.fr (en collaboration avec G. Varennes). Des enclos circulaires ou oblongs apparaissent dans les cultures de blé et leur morphologie paraît caractéristique des structures funéraires. On en dénombre une cinquantaine dans la plaine de La Côte-Saint-André entre Thodure et Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs. Certains présentent une structure fossoyée en leur centre (sépulture ?). Ces structures funéraires peuvent être attribuées aux périodes pré et/ou protohistorique et ont pour comparaison à l’échelle régionale les nécropoles de Saint-Bernard dans l’Ain et celle située au pied du plateau de l’Isle Crémieu.

3Enfin, la position du rempart sud du bourg de La Côte-Saint-André a pu être précisée. La rénovation d’une ancienne maison a révélé, au rez-de-chaussée, une partie du rempart et une tour, conservés sur une hauteur d’environ 4 m.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Gonin, « Côte-Saint-André (La), Brezins, Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs, Saint-Siméon-de-Bressieux, Châtenay, Sardieu, Viriville (Isère). »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 220.

Référence électronique

Denis Gonin, « Côte-Saint-André (La), Brezins, Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs, Saint-Siméon-de-Bressieux, Châtenay, Sardieu, Viriville (Isère). » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 13 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10911

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals