Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Angers (Maine-et-Loire). Église Saint-Laurent

Responsable d’opération : Véronique Gallien
p. 223

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Texte intégral

1Un projet de réaménagement de l’église Saint-Laurent d’Angers, sur la rive droite de la Maine, est à l’origine d’un diagnostic de l’intérieur de l’édifice. Au Moyen Âge, l’église appartient à un enclos cimétérial qui forme, avec une chapelle Notre-Dame de Pitié, une chaire à prêcher et un cimetière de la Trinité, le tertre Saint-Laurent.

2L’église est un édifice de grandes dimensions (surface intérieure de 1 090 m²), à chœur tripartite, actuellement ruinée et dépourvue de couverture. Son espace intérieur, limité par les murs encore en élévation, est en partie occupé par des bâtiments contemporains (chœur et transept sud). Trois sondages ont été ouverts dans le transept et la nef. Ils ont mis en évidence des niveaux de sols et un espace funéraire de la fin du Moyen Âge/époque moderne ainsi qu’un niveau de construction de l’église, antérieur au bâti existant.

3Dans les limites d’ouverture de nos sondages, aucune installation antérieure au Moyen Âge n’a été relevée. L’église semble être l’unique occupation de cette zone. Un premier état de construction observé dans la nef indiquerait un bâtiment primitif de surface plus modeste que celle connue aujourd’hui. L’absence d’élément mobilier datant associé à ce niveau de construction ne permet ni de conforter le dossier des sources écrites au sujet d’une église du xie s., ni de dater le premier état architectural repéré. À défaut de sépulture en place, la fonction funéraire de l’édifice est attestée par un ossuaire.

4À la fin du Moyen Âge (xiiie-xive s.), un agrandissement de la construction et des modifications architecturales importantes (installation ou modification d’un clocher) donnent à l’édifice les dimensions que nous lui connaissons. Le nouvel édifice ne perdure pas et subit une série de destructions – ou de démontages – qui entraînent la disparition de la nef dès le début du xve s.

5Protégé par les murs en élévation, l’espace de la nef est repris comme enclos funéraire. Parmi les fosses dégagées, une tombe multiple contenant quatre corps (deux femmes et deux enfants) déposés simultanément apparaît caractéristique d’un épisode épidémique. Considérant la datation de la tombe – entre le bas Moyen Âge et l’époque moderne –, nous pouvons suggérer qu’il s’agit de victimes de la peste. L’église est ensuite réduite à la zone du transept et du chœur qui seront détruits à leur tour avant la Révolution.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique Gallien, « Angers (Maine-et-Loire). Église Saint-Laurent »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 223.

Référence électronique

Véronique Gallien, « Angers (Maine-et-Loire). Église Saint-Laurent » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 10 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10926

Haut de page

Auteur

Véronique Gallien

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Véronique Gallien

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals