Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Bruère-Allichamps (Cher). Noirlac

Responsable d’opération : Isabelle Pignot
p. 225-226

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Texte intégral

1Dans le cadre d’une mise en sécurité des divers bâtiments monastiques afin d’améliorer l’accueil du public sur le site, des tranchées techniques et cinq sondages plus larges ont été réalisés dans l’abbatiale, la sacristie, la salle capitulaire, le cellier, les galeries est, ouest et sud du cloître, le chauffoir et le hall attenant.

2Dans l’abbatiale, les investigations ont révélé la présence, au niveau des 5es piliers des bas-côtés, de deux murs situés en vis-à-vis, perpendiculaires aux murs gouttereaux de l’église. La fouille de la fondation du mur gouttereau sud a permis de constater que ce dernier est postérieur à la première étape de construction de l’église (seconde moitié du xiie s.). En effet, les fondations ont été en partie démontées pour permettre l’insertion du mur perpendiculaire. Il pourrait s’agir des soubassements d’une clôture liturgique entre le chœur des moines et les frères convers, ou entre l’espace dévolu aux moines et celui des hôtes autorisés à pénétrer dans le monastère. Nous pouvons supposer l’existence d’une clôture en bois sur des fondations en pierre, qui ne se poursuit pas dans la nef. Cette hypothèse pourrait être corroborée par la présence d’une piscine liturgique dans le mur gouttereau sud.

3La tranchée réalisée devant le cellier a mis au jour les fondations de trois murs médiévaux placés contre les contreforts du mur occidental du cellier. Ces murs correspondent vraisemblablement à des contreforts saillants mis en place dès le xiie s. et appartenant ainsi à la première phase de la construction.

4Le système hydraulique médiéval et moderne, méconnu à Noirlac, est matérialisé par deux drains maçonnés mis au jour dans le bas-côté nord de l’église. Il s’agit de caniveaux constitués de parements en pierres calcaires, grossièrement équarris. Le fond de l’un d’eux est dallé. Ils devaient être couverts de dalles de même type, mais l’installation de câblages électriques juste au-dessus de ces conduits a entraîné leur arrachement. Ces deux drains servaient probablement à acheminer l’eau depuis la source située au nord de l’abbaye jusqu’au cloître. Les galeries de cloître semblent traversées par de multiples réseaux de canalisations. Dans la galerie nord, un drain est creusé dans la fondation du mur gouttereau sud de l’abbatiale et s’oriente vers le SO. Il est entièrement maçonné de pierres calcaires et couvert de dalles. Un second drain paraît provenir de l’abbatiale, dévale la galerie ouest du cloître en suivant la déclivité du terrain vers le sud, longe le mur oriental du cellier, puis fait un coude pour repartir dans la galerie sud. Il est également maçonné de pierres calcaires et couvert de dalles, mais son fond est constitué de carreaux de terre cuite.

5La fouille de l’abbatiale a révélé vingt-deux sépultures. Ces inhumations peuvent d’ores et déjà être rattachées en majorité à l’époque moderne (xviie s.), soit parce qu’il s’agit des niveaux les plus récents et donc les plus affleurants, soit grâce à la découverte de dépôts monétaires présents dans cinq sépultures. Les orientations des sépultures sont E-O, à deux exceptions près : deux inhumations sont orientées N-S. La découverte d’épingles en fer ou en alliage cuivreux le long des corps indique des inhumations en linceul et l’emploi de cercueils cloués de formes rectangulaires ou trapézoïdales. Quelques inhumés avaient une monnaie placée au contact direct d’une main. Des sépultures de jeunes enfants, dont deux périnataux, ont été mises au jour.

6Dix-sept sépultures ont été découvertes dans le cloître et quatre dans la salle du chapitre. Comme dans la nef de l’église abbatiale, l’emploi de cercueils cloués, rectangulaires ou trapézoïdaux, et l’inhumation en linceul caractérisent principalement les pratiques funéraires. Toutefois, dans le cloître, on observe des fosses sépulcrales au fond aménagé de banquettes, souvent anthropomorphes, qui étaient fermées par une couverture de bois. Les recoupements entre sépultures et les réutilisations de tombes sont très fréquents, particulièrement à proximité de l’entrée de la salle capitulaire. Ici, jusqu’à quatre niveaux d’inhumations et jusqu’à cinq réutilisations successives d’une même fosse ont pu être observés, traduisant le caractère attractif de la zone.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Pignot, « Bruère-Allichamps (Cher). Noirlac »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 225-226.

Référence électronique

Isabelle Pignot, « Bruère-Allichamps (Cher). Noirlac » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 30 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10934

Haut de page

Auteur

Isabelle Pignot

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Isabelle Pignot

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals