Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Cadalen (Tarn). Ancienne église Notre-Dame

Responsable d’opération : Mélanie Chaillou
p. 226-227

Entrées d’index

Année de l'opération :

2011
Haut de page

Texte intégral

1Le projet de réhabilitation de l’ancienne église Notre-Dame del Sauze de Cadalen en médiathèque intercommunale a incité le SRA de Midi-Pyrénées à prescrire une analyse archéologique préalable de l’édifice. Convertie à des fonctions publiques après 1860, l’église a été fortement endommagée en 1951 par l’effondrement de son clocher. Malgré la disparition d’une partie des voûtes et de son mur gouttereau sud, elle possède encore deux travées intactes – mais très remaniées par l’occupation civile du xxe s. – et un beau portail de style roman inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques. L’étude, confiée à la société Hadès, comprenait, outre l’analyse des élévations, l’ouverture de deux sondages à l’emplacement du mur gouttereau effondré.

2Si le castellum de Cadalen apparaît dans les textes dès 1062, il faut attendre 1400 pour obtenir la première mention de la paroissiale, déjà sous son vocable actuel. Les érudits évoquent une consécration tardive, en 1551, mais aucun document la confirmant n’a pu être retrouvé. Une visite paroissiale de 1776 révèle la fragilisation d’un de ses piliers, endommagé par la foudre. Par la suite, plusieurs documents s’inquiètent de cet état de fait. C’est en effet cette faiblesse qui a eu raison de l’édifice au milieu du xxe s.

3L’analyse a mis en évidence huit phases de construction, dont quatre pour l’édifice médiéval. Commencée sans doute dans la seconde moitié du xiie s. par son chevet en hémicycle, scandé de colonnes engagées, l’église à nef unique est prolongée progressivement vers l’ouest, avec peut-être quelques hésitations au moment de la construction de la travée sous clocher. Le portail sud marque l’achèvement de ce premier édifice, exclusivement bâti en grès, peut-être à la fin du xiie ou au début du xiiie s. (fig.). Tout l’intérieur était parcouru par une haute banquette, désormais arasée sur ses trois premières assises jusqu’au niveau du sol actuel, lui-même fortement remonté. Cependant, bien que les niveaux de fondation des murs aient été mis au jour, aucun niveau de circulation médiéval n’est conservé. Les éléments à disposition permettent néanmoins de supposer que trois marches devaient séparer le chœur de l’abside.

4On ignore si les voûtes de l’église romane ont été construites. Toujours est-il que des croisées d’ogives en briques sont ajoutées au bâtiment, probablement au début du xvie s. Ce réaménagement majeur, éventuellement contemporain de la surélévation du clocher par une tour polygonale, pourrait être à l’origine de la (nouvelle ?) consécration de 1551, si cette date n’est pas fantaisiste.

5L’arasement des banquettes semble antérieur à l’important remblayage de l’intérieur de l’édifice, composé d’une terre contenant une grande quantité d’ossements humains sans connexion. Au-dessous, une inhumation a été préservée, juste au-dessus du substrat. Une datation au 14C indique que celle-ci est très récente, suggérant que les remblais qui la recouvraient correspondent peut-être à une surélévation du sol de l’église au milieu xixe s. Or, selon plusieurs sources, celui-ci semble avoir été refait dans les années 1840, pourtant aucune surélévation du niveau de circulation n’est mentionnée.

6L’étude de l’édifice, combinée à une analyse de l’iconographie ancienne, a mis en exergue certaines de ses singularités, comme l’absence totale d’ouvertures dans son mur gouttereau nord et la présence inhabituelle d’une haute banquette sur tout le pourtour intérieur de l’édifice. Toutefois, la surface fouillée – limitée à deux petites bandes le long du gouttereau sud – n’est pas assez représentative pour avancer des hypothèses fiables et les généraliser à l’ensemble de l’édifice. Aussi, dans la perspective de sa réhabilitation, une surveillance archéologique serait souhaitable.

Cadalen, ancienne église Notre-Dame, vue depuis le sud-est avant les fouilles.

Cadalen, ancienne église Notre-Dame, vue depuis le sud-est avant les fouilles.

Cl. M. Chaillou, Hadès

Haut de page

Table des illustrations

Titre Cadalen, ancienne église Notre-Dame, vue depuis le sud-est avant les fouilles.
Crédits Cl. M. Chaillou, Hadès
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10935/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mélanie Chaillou, « Cadalen (Tarn). Ancienne église Notre-Dame », Archéologie médiévale, 42 | 2012, 226-227.

Référence électronique

Mélanie Chaillou, « Cadalen (Tarn). Ancienne église Notre-Dame » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 23 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10935

Haut de page

Auteur

Mélanie Chaillou

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Mélanie Chaillou

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals