Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Civaux (Vienne). Église Saint-Gervais, Saint-Protais et sanctuaire de la place

Responsable d’opération : Brigitte Boissavit-Camus et Bénédicte Palazzo-Bertholon
p. 228-229

Entrées d’index

Année de l'opération :

2011
Haut de page

Texte intégral

1La campagne (relevés et réexamen du sanctuaire chrétien de Civaux) a été plus importante que prévu en raison des restaurations conduites dans l’église, la rénovation des enduits du xixe s. offrant une occasion unique d’observer les maçonneries intérieures de l’abside. Une première intervention en juin a concerné l’étude des parements intérieurs de l’abside et l’ouverture d’un sondage dans la nef, à l’aplomb d’une nouvelle porte percée dans le mur sud. Une seconde intervention, en septembre, a permis d’achever l’étude des parements extérieurs de l’abside, le relevé de la piscine baptismale et une vérification du plan et des maçonneries du sanctuaire. Comme prévu initialement, un relevé des pans extérieurs de l’abside a été réalisé à partir de photographies redressées.

2Les observations de 2011 confirment les résultats de la fouille de 1988 située au sud du sanctuaire antique, en montrant qu’à l’est aussi, le mur du péribole a été repris durant l’Antiquité tardive ou le haut Moyen Âge. Les élévations de cette reprise conservées sur plusieurs mètres de hauteur de part et d’autre de l’arc du chœur montrent un parement qui alterne de façon régulière des assises de briques et de pierres. Des charbons de bois recueillis dans le mortier devraient préciser la datation. La chronologie des autres murs du sanctuaire, conservés sur la place de l’église, est complexe en raison des très fortes restaurations réalisées à la suite des fouilles des années 1960. Si la partition tardive du sanctuaire en deux espaces N-S, au droit du mur ouest de la cella, a été confirmée, les différences de construction suggèrent, toutefois, un décalage dans le temps, entre la fermeture de l’espace situé entre la cella et la nef de l’église et celle de l’espace baptismal. Le premier mur présente un mode de construction et des niveaux de fondation relativement cohérents avec les autres murs du sanctuaire antique. Le second est très différent et repose sur des fondations débordantes; il suggère aussi un rehaussement important du sol, cohérent, en revanche, avec la marche supérieure de la piscine baptismale. Des charbons de bois recueillis dans cette maçonnerie laissent espérer une datation plus précise. L’aménagement ou le réaménagement d’une entrée dans l’angle NO du sanctuaire pourrait être en relation avec ces transformations. Le nettoyage a par ailleurs permis de repérer une seconde entrée probable à l’est, près de la nef de l’église, et qui n’avait pas été signalée jusqu’à présent.

3Les observations de 2011 confirment que l’abside de l’église Saint-Gervais et Saint-Protais a été plaquée contre le mur est reconstruit du péribole antique. Le décroutage des enduits modernes a permis de constater que l’abside avait, elle aussi, sans doute été presque entièrement remontée, probablement dès le premier Moyen Âge. La présence de 14C piégés dans les mortiers de cette reconstruction permettra d’affiner cette chronologie. L’édifice a ensuite subi un incendie important, antérieur à la pose des piliers du clocher, peut-être l’incendie connu par une inscription de dédicace du xiie s., située à l’entrée de l’église actuelle. Postérieurement à cet incendie, les murs de l’abside ont été repris ou réparés par endroits, peut-être dès avant la construction du clocher, mais ce fait devra être confirmé par l’analyse des mortiers. La présence de plusieurs chevilles de bois et de métal, encore prises dans le mortier du deuxième état de l’abside, suggère la pose d’un décor lors de cette reconstruction. L’examen minutieux d’un bouchage dans l’abside, traditionnellement attribué à la fermeture d’une fenestella, n’a livré aucune trace probante étayant cette interprétation. Du second Moyen Âge à la période moderne, trois portes et une baie ont été percées et rebouchées dans l’abside avant la création de la sacristie au xixe s. La porte percée dans le pan ESE a entraîné la destruction d’un contrefort qui faisait pendant à celui que l’on voit encore contre le pan ENE, sur les photographies antérieures à la restauration des années 1960.

4L’ouverture d’un sondage dans la nef, près du mur sud, a révélé la succession de plusieurs inhumations en place ou perturbées. Un cercueil, probablement déposé durant la période moderne à 
1,15 m du dallage actuel, contenait les restes en connexion d’un défunt entouré d’un linceul. Son installation paraît liée à la réouverture d’une tombe existante, ce qui a entraîné l’exhumation puis la redéposition d’ossements de plusieurs individus précédemment inhumés. Le creusement de cette tombe plus ancienne avait lui-même perturbé une tombe antérieure contenant un défunt dont seuls les pieds étaient en connexion lors de la fouille. Cette dernière tombe était postérieure à la fondation du mur sud de la nef.

5La semelle de fondation de la nef est débordante, maçonnée et non appareillée ; elle paraît proche de la fondation du mur nord que l’on voit à l’extérieur. La nouvelle porte sud étant déjà construite lors de la fouille du sondage, nous n’avons pas pu voir si l’élévation du mur sud de la nef était contemporaine de cette fondation ou si la nef avait été reconstruite. La base de la fondation reposait, en revanche, sur les restes d’une sépulture en coffrage de dalles posées de champ et sur le couvercle d’un sarcophage antérieur au coffrage. Ce couvercle, de forme trapézoïdale, est épais et orné d’un décor de type poitevin « bandes à traverses » ; sa surface était recouverte d’un niveau terreux qui paraît être celui d’un sol extérieur. L’existence d’une nef associée à l’abside polygonale n’est donc toujours pas assurée. Si elle existe, on ne peut exclure que ses murs aient été construits également contre le mur est du péribole et dans l’alignement des murs nord et sud de l’abside ou très légèrement décalés par rapport à eux. Si tel était le cas, la nef pourrait avoir été juste élargie, et peut-être allongée, à la période romane. La fourchette chronologique de la nef actuelle reste, en l’état des informations, large, entre xe et xiie s.

6L’étude des nombreux échantillons de mortier et celle des charbons ou de bois est vivement souhaitée car elle permettrait d’éclairer d’une part la transition entre le sanctuaire antique et la fonction chrétienne du site, et d’autre part de mieux percevoir les transformations successives de l’église. Quant au sanctuaire antique, si quelques points ont pu être éclaircis, son étude nécessiterait, compte tenu de l’ampleur des fouilles et des restaurations des années 1960, la reprise d’un véritable programme avec des décapages et des analyses de mortier, ce qui n’était pas ici notre objectif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Boissavit-Camus et Bénédicte Palazzo-Bertholon, « Civaux (Vienne). Église Saint-Gervais, Saint-Protais et sanctuaire de la place », Archéologie médiévale, 42 | 2012, 228-229.

Référence électronique

Brigitte Boissavit-Camus, Bénédicte Palazzo-Bertholon, « Civaux (Vienne). Église Saint-Gervais, Saint-Protais et sanctuaire de la place » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10939

Haut de page

Auteurs

Brigitte Boissavit-Camus

Bénédicte Palazzo-Bertholon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals