Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Chronique des fouilles médiévales...II. - Constructions et habitats e...II 1. – Opérations de terrainCysoing (Nord). Le Clos de l’Abbaye

Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Cysoing (Nord). Le Clos de l’Abbaye

Responsable d’opération : Damien Censier
p. 230-232

Texte intégral

1La commune de Cysoing se trouve à 16 km à l’est de Lille et à 18 km à l’ouest de Tournai (Belgique). La localisation de l’abbaye fondée au cours des années 850 par Gisèle, fille de Louis le Pieux, et totalement démantelée au cours de la première moitié du xixe s., est bien connue. Au début des années 1980, deux campagnes de fouilles programmées permirent le dégagement d’une partie du chœur de l’église et d’une zone funéraire datés des périodes carolingienne et médiévale. À la fin des années 2000, une série de projets privés et communaux ont amené à la réalisation de plusieurs diagnostics dont les résultats positifs ont conduit au retrait du projet d’aménagement, associé à une mesure conservatoire pour les parcelles localisées à l’emplacement des bâtiments abbatiaux et à la fouille préventive pour la parcelle située sur l’emprise de l’ancien potager.

2Le site se place au bas d’un coteau exposé au sud, en bordure d’une zone de marais. L’exploration de la stratification du site, d’une épaisseur variant de 0,30 m à plus de 2 m, a parfois nécessité un décapage en plusieurs temps afin d’accéder aux occupations les plus anciennes. La déclivité naturelle du site du nord vers le sud a amené une sédimentation plus importante dans la partie basse. Ce phénomène a été accentué par l’aménagement de terrasses à la période moderne et par le nivellement de la zone par ajout de remblais au cours de la période contemporaine.

3D’octobre 2009 à avril 2010, la fouille, sur une parcelle de 5 600 m² localisée immédiatement à l’ouest de l’abbaye, a mis en évidence 2 250 excavations, niveaux ou éléments bâtis inégalement répartis en sept périodes d’occupations allant de l’âge du bronze à la Révolution française.

4Durant l’Antiquité, une installation agricole de type villa est attestée sur le site, la pars urbana ayant été repérée à l’emplacement des bâtiments claustraux. La villa cesse son activité à la fin du iiie s. et ne semble plus connaître qu’une occupation épisodique au cours du ive s. L’empreinte de l’installation antique dans le paysage semble fossilisée et devient le noyau autour duquel se développe le bourg de Cysoing.

5Au cours des ve et vie s., on relève des indices d’une occupation des bâtiments antiques – probablement encore lisibles dans le paysage –, en particulier l’emploi de moellons en pierre de Tournai, provenant de structures antiques, destinés à assainir les zones basses. Les structures de la période mérovingienne (fours encavés, fonds de cabane, silos et fosses diverses), localisées au nord de la parcelle, se développent du ve au viiie s. À partir du ixe s., l’occupation se densifie et s’étend principalement au nord d’une limite marquée par un fossé continu (clôture de l’abbaye ?). Cette période se signale par des activités artisanales : production textile identifiée par une série de fonds de cabane comportant les empreintes de métiers à tisser ; travail de l’os (tabletterie) repéré grâce à l’étude archéozoologique.

6Dans l’emprise d’une construction sur poteaux, une série de fosses et de niveaux datés des xie et xiie s. ont livré un ensemble de creusets, parmi lesquels deux contiennent les traces d’un alliage d’or et d’argent. Par ailleurs, a été mis au jour un four domestique daté de la fin du xie ou du début xiie s., composé d’une fosse d’accès de plan rectangulaire (4,4 m de longueur, 3,4 m de largeur et 1,20 m de profondeur) et d’une chambre de chauffe (diamètre de 1,50 m et hauteur de 0,50 m). Ces dimensions suggèrent un usage collectif éventuellement lié à la communauté monastique.

7L’occupation des xiie-xiiie s. est circonscrite au sud par un large fossé qui s’interrompt au niveau du passage d’une chaussée en craie bordée de fossés qui traverse le site du nord au sud et de part et d’autre de laquelle ont été mis au jour celliers, silos et fosses.

8À l’est, un fossé orienté N-S semble signaler une première délimitation entre ce qui est le « cœur » de l’abbaye et l’espace périphérique. Un bâtiment semi-excavé de dimension imposante (12,70 m x 4,70 m x 0,80 m) prend place immédiatement à l’est de cette limite. Ses dimensions peu courantes suggèrent de le mettre en lien avec l’abbaye. En l’absence d’aménagements internes, son interprétation reste incertaine (stockage ?).

9À partir du xive s., le nombre de vestiges liés à une occupation domestique tend à se réduire nettement. La parcelle pourrait être mise en culture. Un aménagement hydraulique de vastes dimensions (10,22 m x 80 m x 2,80 m) traverse le site d’est en ouest. Ce fossé en eau, qui connaît au moins quatre phases d’utilisation, semble s’intégrer à un système de drainage général de la zone marécageuse ; une partie du réseau est encore en fonction de nos jours.

10Au début du xviie s., l’implantation d’un potager et d’un verger indique la vocation horticole de la zone et des parcelles limitrophes localisées à l’est et au sud. Un épais niveau de terre de jardin ainsi que de rares aménagements de parterres sont les seuls éléments non bâtis observés.

11Au sud et à l’est, un réseau de murs de briques prend place sans doute après le comblement de l’aménagement hydraulique. Ces éléments matérialisent la clôture du jardin à l’est et la zone des viviers au sud. Un bâtiment divisé en trois pièces (dont ne subsistent que les fondations en brique de 30 m x 8 m) s’appuie contre le mur de clôture sud du potager. Cet élément connu par les textes et l’iconographie est identifiable comme la « grange à bois » associée au fruitier et à l’appentis des charpentiers.

12Les gravures des parcs et jardins de Théry de Gricourt nous donnent à voir des espaces délimités par des futaies et animés de niches où prennent place une série de statues néoclassiques de terre cuite aux dimensions variables. Ce décor et les réaménagements qui lui sont associés sont à mettre en relation avec l’installation de la pyramide commémorant la victoire de Fontenoy vers les années 1750.

13Après le démantèlement de l’abbaye à la suite de son incendie, au cours de la phase révolutionnaire, de nombreuses fosses servent a enfouir les matériaux de construction abandonnés. Dans leurs comblements et dans les niveaux associés, ont été découverts une partie de la statuaire de terre cuite néoclassique décorant les jardins et des éléments sculptés (têtes, buste), architecture de style gothique flamboyant.

Cysoing, le Clos de l’Abbaye.

Cysoing, le Clos de l’Abbaye.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Cysoing, le Clos de l’Abbaye.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10949/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Damien Censier, « Cysoing (Nord). Le Clos de l’Abbaye »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 230-232.

Référence électronique

Damien Censier, « Cysoing (Nord). Le Clos de l’Abbaye » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 24 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10949 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.10949

Haut de page

Auteur

Damien Censier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Damien Censier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search