Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Chronique des fouilles médiévales...II. - Constructions et habitats e...II 1. – Opérations de terrainÉraville (Charente). Église Saint...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Éraville (Charente). Église Saint-Pierre

Responsable d’opération : Emmanuel Barbier
p. 232

Entrées d’index

Année de l'opération :

2011
Haut de page

Texte intégral

1À une vingtaine de kilomètres au SE d’Angoulême, l’église d’Éraville est assise sur le flanc d’un léger vallon propice à la culture de la vigne. Dans son état actuel, daté de la seconde moitié du xiie s., elle se présente comme un édifice à nef unique terminé par une abside. Les premières mentions de cette paroisse apparaissent au xiiie s. L’édifice, restaurée en 1866, abrite au moins une inhumation placée à côté de l’autel en 1710.

2D’importants aménagements réalisés au xixe s. ont contribué à son encaissement tant en façade que sur le flanc nord. Cette situation topographique originale participe largement à la détérioration de l’état sanitaire de la construction. Un programme d’assainissement est donc prévu tant en façade que le long du mur gouttereau nord. Le diagnostic devait permettre d’apprécier l’impact de ces travaux sur les niveaux archéologiques.

3Cinq sondages ont été réalisés. Deux ont été implantés au sein du bâtiment, au contraire des trois autres situés respectivement en façade, au chevet et le long du mur gouttereau nord.

4Les deux sondages réalisés dans la nef rendent compte d’un remblaiement du bâtiment qui atteint près d’un mètre. L’une des tranchées, réalisée contre le mur sud, aux abords d’une porte aujourd’hui condamnée, a permis de dégager le seuil de celle-ci à 1,20 m sous le niveau de sol actuel. Au moins deux sépultures vraisemblablement installées en pleine terre ont été partiellement observées à ce même niveau.

5Les sondages réalisés à l’extérieur du bâtiment confirment aussi ce constat à l’exception du chevet épargné par cet apport. Ces sédiments scellent un niveau d’inhumations récentes qui compte a priori une faible quantité de sépultures. La découverte, au sein des trois tranchées extérieures, de cinq sarcophages confirme une vocation funéraire antérieure à la construction de l’église actuelle. En effet, au nord, les niveaux de circulation aménagés au contact des couvercles sont systématiquement perturbés par la tranchée de fondation de l’édifice religieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Barbier, « Éraville (Charente). Église Saint-Pierre »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 232.

Référence électronique

Emmanuel Barbier, « Éraville (Charente). Église Saint-Pierre » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 20 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10950 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.10950

Haut de page

Auteur

Emmanuel Barbier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Barbier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search