Navigation – Sitemap
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Feigères (Haute-Savoie). Le ChâteletÉglise Saint-Lazare

Grabungsleiter: Christophe Guffond
p. 233

Index-Einträge

Jahr der Geländearbeit:

2011
Seitenanfang

Volltext

1La paroisse de Feigères apparaît pour la première fois dans les textes en 1302 alors que la première mention d’une église, dédiée à saint Lazare, remonte à 1412. Au début du xixe s., l’édifice souffre d’un certain nombre de dégradations au premier rang desquelles figurent celles qui affectent le clocher. Celui-ci est reconstruit au début des années 1830, plaqué contre l’entrée de l’église, avant que le reste de l’édifice ne laisse place à une nouvelle église, désaxée à 90°, consacrée en 1852 mais conservant néanmoins le clocher.

2L’allure extérieure du bâtiment actuel, de style néoclassique et bâti sur un plan en croix grecque, paraît homogène si ce n’est qu’une porte à arc ogival au rez-de-chaussée du clocher pose la question de la conservation d’éléments de l’ancienne église. Un projet d’aménagement des abords de l’église et de réfection des façades extérieures a amené le SRA et le conseil général de la Haute-Savoie à assurer un suivi de travaux visant tant à relever des informations sur d’éventuelles structures conservées en sous-sol qu’à améliorer la compréhension des différentes phases de construction.

3Les abords ayant fait l’objet de nombreux travaux de réseaux au cours des dernières décennies, seule une sépulture incomplète bien qu’en place a pu être fouillée dans le secteur NO du clocher. Quant aux structures maçonnées retrouvées dans ce même secteur, elles sont attribuables aux fondations d’un bâtiment attenant à l’église, relevant de la campagne de construction de la fin des années 1840 et aujourd’hui démoli. La porte gothique (xve s. ?) conservée au rez-de-chaussée du clocher ne résulte pas pour sa part d’un remploi mais est bien en place, appartenant vraisemblablement à l’ancienne façade de l’église intégrée dans l’élévation NE du clocher. Cette dernière n’est toutefois conservée que sur la hauteur du premier niveau du clocher et est arasée à partir d’une hauteur de 3,15 m pour assurer la cohésion du bâtiment. Cette intervention montre une fois de plus que les églises néoclassiques intègrent fréquemment des éléments des édifices antérieurs.

Seitenanfang

Zitierempfehlung

Papierversionen:

Christophe Guffond, « Feigères (Haute-Savoie). Le ChâteletÉglise Saint-Lazare »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 233.

Online-Version

Christophe Guffond, « Feigères (Haute-Savoie). Le ChâteletÉglise Saint-Lazare » [archäologische Miszelle],Archéologie médiévale [Online], 42 | 2012, Online erschienen am: 05 Juni 2018, abgerufen am 03 April 2020. URL: http://journals.openedition.org/archeomed/10953

Seitenanfang

Autor

Christophe Guffond

Weitere Artikel des Autors

Seitenanfang

Grabungsleiter

Christophe Guffond

Ausgrabung unter der Leitung von diesem Archäologen

Seitenanfang

Urheberrechte

Archéologie Médiévale

Seitenanfang
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals