Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Limoges (Haute-Vienne). Crypte Saint-Martial, place de la République

Responsable d’opération : Xavier Lhermite
p. 235

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Texte intégral

1Saint Martial, évangélisateur de Limoges au début du ive s., fut inhumé dans une nécropole située dans un quartier de la ville du Haut-Empire devenu alors suburbain. Dès le ve s., un culte au premier évêque se développa au sein d’un sépulcre auquel fut bientôt adjoint une église funéraire dédiée à saint Pierre. En 848, les gardiens du sépulcre adoptèrent la règle monastique. L’abbaye devint un des grands centres culturels et religieux d’Aquitaine. Elle présentait de très nombreux bâtiments (hôpital, hôtellerie, maison abbatiale, chapelle du cimetière…) parmi lesquels il faut citer : la grande abbatiale romane dédiée au Sauveur, le grand cloître reconstruit vers 1100 puis une nouvelle fois dans la première moitié du xiiie s., une chapelle de salle capitulaire, Saint-Benoît, attestée au moins depuis le xiie s. et reconstruite entre 1220 et 1224, et l’infirmerie, construite autour d’un petit cloître, situé à l’est du grand cloître et au nord de la chapelle Saint-Benoît. Une des particularités du site est que l’ensemble funéraire primitif composé du sépulcre et de l’église Saint-Pierre lui étant accolé à l’est, de nombreuses fois réaménagé, fut néanmoins conservé jusqu’à la fin du xviiie s. Les bâtiments de l’abbaye vendus comme biens nationaux à la Révolution furent alors détruits. Seuls les vestiges du sépulcre et de la basilique funéraire dédiée à saint Pierre ainsi que ceux de la chapelle Saint-Benoît et des éléments du cloître de l’infirmerie furent mis au jour lors des fouilles des années 1960. Ils sont, depuis, conservés au sein d’une crypte archéologique située place de la République.

2En 2006, une reprise des études a été effectuée dans le cadre d’un Projet collectif de recherche de façon à mettre à jour l’ensemble de la documentation concernant le site. Dans ce cadre ont été réalisés : le récolement de la documentation existante, la réalisation d’un plan complet et précis de l’ensemble des vestiges, un catalogue des éléments lapidaires, un inventaire des sépultures et une étude de bâti portant sur les secteurs des églises Saint-Pierre-du-Sépulcre et Saint-Benoît. La campagne de fouille programmée réalisée en 2011 a eu pour but de compléter les informations collectées lors de l’étude de bâti par une prise en compte des stratigraphies conservées au sein de la crypte archéologique après enlèvement des divers remblais déposés depuis les années 1960.

3Dans la partie centrale de la nef de l’église Saint-Pierre, le substrat avait été percé par les terrassiers lors de la création de la crypte. Aucun niveau archéologique n’est donc conservé au-dessus du substrat naturel dont le nettoyage a révélé néanmoins plusieurs fosses assimilées à des inhumations de la nécropole primitive.

4Au nord et à l’est du site, des niveaux d’occupation, une fosse dépotoir et des zones de foyers ont été réétudiés grâce à l’analyse des coupes stratigraphiques. Dans des niveaux interprétés comme des foyers ont été mis au jour des fragments de cuivre et des graines qui pourraient témoigner d’une utilisation à la fois artisanale et domestique de ces structures.

5La réouverture du sondage situé dans le chevet de l’église Saint-Pierre a permis de préciser les différentes étapes de construction de l’édifice. Les perturbations des remblais (participant à l’aménagement de niveaux de construction) par des creusements plus tardifs destinés à l’implantation des sarcophages ou lors des différentes restaurations du chevet ont également été identifiées. Par ailleurs, un sarcophage inédit a été aperçu en limite de coupe. Le nettoyage du mur oriental de l’église a par ailleurs permis de confirmer nos hypothèses sur l’évolution du chevet avec la découverte d’une colonnette située à l’angle SE du premier état du chevet, pendant de celle identifiée lors de nos précédentes campagnes dans l’angle NE.

6Dans le chevet de Saint-Benoît, le nettoyage du sondage réalisé dans les années 1960 a permis d’observer d’importants remblais nécessaires à la mise en place de l’édifice roman. Dans le niveau de sol de cet état roman, partiellement conservé, l’emplacement de la clôture de chœur a été repéré. La reprise gothique de l’église semble avoir été plus importante que nous ne l’avions estimé l’an dernier, les massifs de fondations des piliers et toutes les substructions nord de l’abside pourraient en effet appartenir à l’époque gothique. Enfin, deux maçonneries mises au jour correspondent vraisemblablement à différents états de l’aile orientale du grand cloître.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Lhermite, « Limoges (Haute-Vienne). Crypte Saint-Martial, place de la République »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 235.

Référence électronique

Xavier Lhermite, « Limoges (Haute-Vienne). Crypte Saint-Martial, place de la République » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 31 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10957

Haut de page

Auteur

Xavier Lhermite

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Xavier Lhermite

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals