Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Lodève (Hérault). Groupe Cathédral, Place du Capitaine Morand

Responsable d’opération : Agnès Bergeret
p. 235-236

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Texte intégral

1À la suite d’un diagnostic (automne 2010), une fouille a été réalisée durant l’été 2011 à l’ouest de la ville actuelle de Lodève, plus précisément dans l’angle SO de l’ancien pôle de la cité épiscopale qui dominait, au Moyen Âge, la ville basse, secteur économique de l’agglomération. Ces deux entités, initialement séparées, ont été réunies dans les limites d’une enceinte d’agrandissement, finalisée vers le milieu du xive s.

2Les interventions ont été menées par une équipe de l’Inrap, en amont de travaux réalisés par la communauté de communes du Lodévois et Larzac. Le projet d’aménagement se développe en partie au cœur des anciens bâtiments canoniaux et en partie sur l’emprise supposée du rempart médiéval et sa proche zone urbanisée associée au fossé extra-muros et au développement « urbain » intra-muros. Ce projet se décline en trois temps : la mise en valeur et la réutilisation de bâtiments existants, la construction de nouveaux bâtiments et un aménagement paysager des abords de l’ensemble des constructions. Si le diagnostic a porté sur l’ensemble des espaces concernés par les travaux (6 000 m2), dans une première phase, la prescription de fouille n’a concerné que l’emprise de deux des futurs bâtiments. La vaste zone restante devrait, au vu de la quantité et de la datation des vestiges, faire l’objet d’une autre prescription de fouille dans les années à venir. Cette opération a été complétée par une étude historique réalisée par Vivien Vassal en collaboration avec Isabelle Commandré et Dominique Ganibenc. Le diagnostic a été associé à une étude de bâti qui a concerné un ancien cellier médiéval et les murs qui délimitent aujourd’hui une « cour » ouverte à l’arrière de l’ancien cloître.

3L’un des enjeux de ce dossier était de cerner la genèse de Luteva, cité antique mentionnée dès le ier s. de notre ère. Pour ces périodes primitives, les informations se déclinent en quatre phases qui entre le ier et le ive s. sont documentées successivement par des structures en creux de types fosses et des sols, une probable nécropole et les éléments d’un premier et modeste urbanisme dont l’étendue est limitée au nord et au NO par un fossé bien entretenu.

4Quelques sépultures signent l’abandon définitif du parcellaire antique, mais leur mise en place n’est pas encore calée chronologiquement ; la datation 14C des squelettes devrait permettre de réduire le hiatus de près de six siècles entre cette phase d’occupation et la suivante.

5La période médiévale est matérialisée par les premiers éléments bâtis élevés dans les deux secteurs étudiés, à l’emplacement supposé d’une fortification et des bâtiments canoniaux.

6Dans le premier, la porte de l’enceinte, repérée au cours du diagnostic, a été intégralement dégagée. Édifiée au cours des xiie-xiiie s., elle est caractérisée par deux tours pleines, de plan quadrangulaire, qui enserrent un couloir de circulation d’une largeur de 1,70 m. Lui succèdent, en prenant appui sur les tours de la porte, les éléments d’un bâti qui délimite une rue d’une largeur de 4,50 m. Rapidement, bien que les éléments chrono­logiques fassent défaut, l’espace de circulation public est intégré à des constructions privées d’un premier bâtiment puis d’un second qui barre la rue; l’un des ensembles s’orne d’une fenêtre à coussiège.

7Aux xve-xvie s., les transformations concernent avant tout l’espace qui se développe au sud de l’ancienne rue. Ce sont alors une cave, un puits et un probable escalier qui sont aménagés. La fonction et la destination des bâtiments édifiés sur la rue demeurent inconnues, toutefois la qualité manifeste de la baie à coussiège laisse penser à une possible « canourgue », maison mise à la disposition de certains chanoines. Les niveaux de circulation associés à ces bâtiments sont agencés en pallier. Cette disposition constamment maintenue et entretenue semble contrainte par la topographie primitive de la zone, élargie bien au-delà du site, et devait permettre la circulation intra-muros/extras-muros de ces espaces voisins de l’enceinte vers les bâtiments canoniaux situés en contrebas, quelques dizaines de mètres au SE.

8Les vestiges sont définitivement scellés par un puissant remblai qui, au xviie s., exhausse de manière radicale les surfaces de circulation qui sont dès lors ramenées au même niveau. La mise en œuvre de cet exhaussement est à rattacher à la phase de reconstruction de l’ancienne cathédrale et du palais épiscopal qui ont souffert de destructions lors des guerres de Religion.

9Le second secteur, associé au développement des bâtiments canoniaux, est caractérisé par la présence d’un puissant mur limitant l’extension des bâtiments en direction du NO jouxté par un premier cellier. Cette clôture est maintenue jusqu’aux xviie-xviiie s. et n’est franchie que pendant une courte période avec l’adjonction d’un volume transformé in fine en cave.

10Le cellier est lui toujours présent dans l’espace bâti, il conserve un état datable des xiiie-xive s.

11La question de la présence d’un cloître plus ancien que celui qui est visible aujourd’hui, attribué aux xviie-xviiie s., n’a pas été résolue; la zone supposée avoir un temps accueilli cet espace de circulation et de recueillement n’a pas été diagnostiquée, en partie pour des raisons techniques.

12L’exhaussement général des terrains à l’échelle des deux zones est suivi par la construction d’écuries pour la maréchaussée, d’une gendarmerie et l’utilisation de l’ancien cellier successivement comme école, entreprise de textile et de vente par correspondance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnès Bergeret, « Lodève (Hérault). Groupe Cathédral, Place du Capitaine Morand »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 235-236.

Référence électronique

Agnès Bergeret, « Lodève (Hérault). Groupe Cathédral, Place du Capitaine Morand » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 05 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10958

Haut de page

Auteur

Agnès Bergeret

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Agnès Bergeret

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals