Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Lyon (Rhône). Cathédrale Saint-Jean - Chapelles nord et façade ouest

Responsable d’opération : Ghislaine Macabéo
p. 236-237

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Texte intégral

Cathédrale Saint-Jean - chapelles nord

1L’histoire de la fondation des autels et des chapelles est bien documentée. Ces chantiers tardifs, dont les archives ont été conservées, s’échelonnent du début du xve s. aux premières décennies du xviie s. : sur les huit chapelles réalisées, dont cinq sont du xve s., une seule remonte au début du siècle, trois aux quinze dernières années du même siècle et deux aux années 1617-1622. Implantée en 1448 par le custode Jean de Grôlée au niveau de la 5e travée du bas-côté nord, la chapelle Saint-Michel (aujourd’hui du Sacré Cœur), est la seconde construite à la cathédrale. Fondée en 1477 par le doyen Claude Gaste devant la 4e travée, la chapelle des saints Jean-Baptiste, Austregille et Denis (aujourd’hui chapelle de Saint-Joseph) est la troisième. La quatrième, fondée en 1496 face à la 7e travée et dédiée à la Salutation angélique (ou à l’Annonciade, aujourd’hui chapelle du saint curé d’Ars), est due au custode Pierre de Semur. La septième chapelle, érigée en 1617 par le doyen Jean Meslet de la Besnerie contre la 3e travée, est dédiée à la Vierge Marie et à Saint-Jean-Baptiste. La dernière, la chapelle de la Vierge et de Saint-Antoine (dite aussi « des cardinaux » ou « des fonts ») a été construite en 1622 par Antoine de Gilbertès, seigneur d’origine auvergnate; elle abrite le caveau des archevêques de Lyon.

2L’opération a porté d’abord sur la composition architecturale des chapelles. La première (datée de 1622), à l’ouest, et la dernière (datée de 1496), à l’est, sont dotées d’une sacristie particulière. La sixième (datée de 1477) est dotée à l’ouest d’une demi-travée supplémentaire, mais sans autre séparation que le contrefort du mur gouttereau primitif; cette demi-travée est desservie par une porte propre; comme l’a montré l’analyse archéologique des parements, le couloir qui relie la porte à la demi-travée a été transformé en confessionnal par l’adjonction d’une cloison et d’un plafond bas.

3L’opération a ensuite porté sur les façades sur rue des chapelles : étude des parements, des césures, des remplages, des marques lapidaires. Ces dernières, assez rares, appartiennent à un corpus nouveau de marques, non représentées ailleurs dans la cathédrale, si ce n’est quelques marques appartenant au 2e quart du xiiie s., qui apparaissent en fait sur des blocs en remploi : ils proviennent évidemment du mur gouttereau primitif démoli pour le percement de la grande arcade de la chapelle et prouvent que l’ouverture de l’arcade est pratiquée au tout début du chantier ; ce modus operandi, surprenant puisque le chantier de la chapelle crée alors une nuisance réelle dans la cathédrale, est confirmé par les archives de la chapelle des Bourbons, construite entre 1486 et 1503 contre le bas-côté sud. L’analyse des césures a mis en évidence un autre aspect de ces petits chantiers : il s’agit toujours de césures verticales en position basse, qui correspondent aux contreforts de la chapelle contre laquelle s’appuie une nouvelle chapelle; le choix systématique des constructeurs a porté sur des paires de contreforts montés à angle droit sur chaque angle saillant des chapelles. Enfin, l’analyse des parties hautes a fait apparaître un remodelage des lignes faîtières, réalisée à une époque inconnue et qui avait pour finalité de permettre de placer sous une toiture en continu l’ensemble des chapelles et le bas-côté nord lui-même. Cette disposition a perduré à Saint-Paul et à Saint-Bonaventure.

Cathédrale Saint-Jean – façade ouest

4La façade de la cathédrale offre un aspect trapu marqué par une prédominance des horizontales, qui correspondent à trois galeries extérieures. Le premier niveau, occupé par les trois portails, s’achève sur une longue arcature aveugle, façade d’une galerie interne presque totalement reconstruite au xviiie s. Le second niveau paraît assez nu, avec seulement 2 x 4 niches, vides (le groupe de gauche a cédé la place au cadran de la grande horloge, xve-xviie s.) ; il reste de ce décor huit très beaux bustes, consoles des statues ; ce niveau s’achève à nouveau sur une galerie aérienne de circulation, raccourcie par la présence des tourelles d’escalier. Enfin, entre les tours (hauteur : 44 m), s’élève le grand pignon aérien ; dominé par la statue de Dieu le Père, il est percé d’une baie vide que flanquent les statues de l’ange Gabriel (gauche) et de Marie (droite). Cet élément architectural, dépourvu de fonction pratique, a suscité la mise en place, en 1862, d’une nouvelle toiture exactement adaptée, de ce fait très pentue, heureusement supprimée lors des grands travaux des années 1930.

5L’opération archéologique a porté sur l’analyse des traces laissées sur les parements par une très grande diversité de travaux, depuis les destructions d’images sculptées ou les changements ponctuels de blocs jusqu’aux traces de polychromie et à l’insertion des crochets destinés à la suspension des tentures funéraires à l’occasion des funérailles de première classe au xixe s. L’un des aspects le plus novateurs de l’opération a été l’élaboration d’une « archéologie de l’image sculptée détruite », exigée par l’état des tympans et des linteaux des portails latéraux (formes résiduelles, fragments iconiques, formes rémanentes…) ; la méthode et les outils conceptuels mis en place ont permis déjà de restituer le programme iconographique du portail de la Vierge (sud).

6Les vestigia du chantier sont relativement peu nombreux : de rares marques lapidaires, quelques trous de boulin et un ensemble d’anneaux et de crochets fixés dans le parement à hauteur d’homme, sous la rosace occidentale, et destinés, comme ceux retrouvés à Saint-Nizier sous la rosace nord du transept (parement extérieur), à treuiller les panneaux de vitraux à mettre en place, peut-être aussi les éléments de remplage de la rosace rayonnante. Le phasage du chantier, plus complexe qu’on ne l’imaginait, a été mis en évidence par l’étude des césures. Le premier niveau est homogène; on n’y décèle que des jonctions d’assises sur les côtés (liaison entre l’assise des faces nord et sud et de l’assise correspondant de la façade). Le 2e niveau est en revanche marqué par des césures verticales de part et d’autre de la rosace : cet élément a été privilégié, au détriment des parties latérales, construites après; il s’agissait d’abord de fermer les voûtes de la nef principale sur l’extérieur, avant de monter les maçonneries latérales devant supporter les tours de la façade. Ce phasage a bouleversé la chronologie admise jusqu’ici.

7En 1392, Jacques de Beaujeu, maître de l’œuvre, a réalisé la rosace flamboyante de la façade où ont été installées en 1393-1394 les verrières créées par Henri de Nivelle, maître d’origine parisienne attaché à la cathédrale. Le décor sculpté de la façade a été achevé très tard, en 1481, avec la commande faite à Hugonin de Navarre des trois statues du pignon, Dieu le Père en occupant le faîte, l’archange Gabriel et la Vierge de part et d’autre de la fenêtre ouvrant sur le vide. La mise en place des verrières de la rosace n’a donc pas été la dernière grande opération de la façade. C’est entre 1392 et 1481 que les tours ont été construites. La tour sud a été achevée la première. En effet, la tour nord présente un aménagement original (bras intermédiaire dans les remplages des baies de l’étage aérien) qui n’apparaît ailleurs dans la cathédrale que dans la tour sud du chevet, elle-même tardive. En définitive, la façade de la cathédrale de Lyon a été un chantier très long, qui s’est étalé sur plus de 150 ans. Il est vrai que la façade n’était que la partie occidentale d’un plus vaste chantier : le première travée double de la nef.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ghislaine Macabéo, « Lyon (Rhône). Cathédrale Saint-Jean - Chapelles nord et façade ouest »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 236-237.

Référence électronique

Ghislaine Macabéo, « Lyon (Rhône). Cathédrale Saint-Jean - Chapelles nord et façade ouest » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 06 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10959

Haut de page

Responsable d’opération

Ghislaine Macabéo

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals