Skip to navigation – Site map
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Lyon (Rhône). Île-Barbe

Archaeological project director: Charlotte Gaillard
p. 237-238

Index terms

Year of Investigation:

2011
Top of page

Full text

1Le site de l’Île-Barbe, île située sur la Saône à 10 km du centre de Lyon, a fait l’objet de deux campagnes en 2011. Une fouille programmée dans le cadre d’une thèse d’archéologie a été menée sur trois édifices de l’ancien monastère supprimé à la Révolution et divisé en une dizaine de propriétés privés – l’église Sainte-Anne (sondage), le cloître (sondage et étude du bâti) et la chapelle Notre-Dame (étude du bâti). Parallèlement, la restauration de la propriété Sainte-Anne a entraîné la réfection de tous les enduits extérieurs ainsi que divers aménagements extérieurs comme intérieurs, ce qui a engagé une fouille préventive menée par l’Inrap, associant étude du bâti et surveillance de travaux.

2Attestée par les sources depuis le début du ve s, une première implantation du monastère a pu être mise en évidence. L’espace monastique général commence à être restitué pour les xie-xiiie s, donnant ainsi à s’interroger sur les héritages des édifices antérieurs et à confronter organisation spatiale et exigences liturgiques.

3Une occupation pré et protohistorique a également été révélée (occupation attestée du bronze final qui pourrait remonter jusqu’au Néolithique moyen).

La propriété Sainte-Anne (fig.)

4Elle se situe sur la pointe orientale de l’île. Dix sépultures – six cuves de sarcophage trapézoïdales et quatre coffres en dalles de calcaire doré et coquillé – attestent d’une occupation « mérovingienne » et amènent à réfléchir en négatif sur le plan d’un premier édifice de culte qui leur est associé. Vidées au xixe s., seule l’une d’entre elles a pu être fouillée (datation 14C en cours). L’étude du bâti a révélé la présence d’une église dédiée à Saint-André de 15 m de long environ – à nef unique, transept largement saillant et abside –, qui pourrait remonter à l’an Mil, insoupçonnée jusqu’alors à cause de sa transformation en salon au xixe s. Le chevet est reconstruit fin xiie-début xiiie s. (adjontion de deux absidioles) puis un bas-côté est greffé au sud au xve s. Parallèlement s’élève au nord le logement du prieur, fondé sur les murs de terrasse.

La chapelle Notre-Dame

5Elle se situe à l’entrée du monastère, accolée à l’extérieur de l’enceinte en surplomb de la Saône et dédiée aux pèlerins qui affluaient lors des grandes fêtes mariales. L’étude des murs nord visibles depuis les combles a permis d’identifier une première chapelle encore en élévation, formée d’une nef longue de 14,40 m par 8,40 m de large sans doute charpentée et percée de trois baies en plein-cintre, d’une travée sous clocher de 4 m de côté et d’une abside de 3,60 m de diamètre percée de deux baies en plein-cintre. L’ensemble remonte au milieu du xiie s. Très rapidement une galerie lui est accolée au nord et à l’ouest, voûtée dès l’origine, qui condamne les baies de la chapelle. À la fin du xiiie s., l’édifice acquiert sa configuration actuelle par l’adjonction des deux dernières travées orientales voûtées d’ogives. La galerie joue le rôle d’un espace à vocation funéraire, économique et cultuel, tout en assurant une circulation avec la nef.

Le cloître

6L’ensemble claustral situé au nord du monastère est détruit au xvie s. à la suite des guerres de Religion et de la sécularisation de l’établissement ; subsistent la salle capitulaire et le mur sud de la galerie sud du cloître. La configuration de l’aile sud a été reconstituée. Longue de 33 m, elle se compose initialement de deux pièces : un bâtiment à l’ouest de 18 m de long environ identifié comme réfectoire, dans lequel on entre par une porte surmontée d’un arc en plein-cintre sculptée d’un tympan roman; un second bâtiment à l’est de 15 m de long. L’ensemble remonte à la fin du xiie s. Deux niveaux de sol ont été observés dans la galerie sud. Le dernier, construit en tommettes, est aménagé à l’occasion de l’insertion d’un caveau situé à l’ouest de la porte du réfectoire et monumentalisé par un arc en plein-cintre à la manière des enfeux. Ce type de construction se rattache probablement à la première vague de caveaux qui se développe au xiiie s.

Lyon, Île-Barbe, chevet de l’église Saint-André (propriété Sainte-Anne).

Lyon, Île-Barbe, chevet de l’église Saint-André (propriété Sainte-Anne).

Sépultures mérovingiennes creusées dans le rocher, englobées par la suite dans la construction de l’absidiole nord de l’église (xiie-xiiie s.) ; aménagements modernes (murs arasés à l’avant).

Top of page

List of illustrations

Title Lyon, Île-Barbe, chevet de l’église Saint-André (propriété Sainte-Anne).
Caption Sépultures mérovingiennes creusées dans le rocher, englobées par la suite dans la construction de l’absidiole nord de l’église (xiie-xiiie s.) ; aménagements modernes (murs arasés à l’avant).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10962/img-1.jpg
File image/jpeg, 150k
Top of page

References

Bibliographical reference

Charlotte Gaillard, « Lyon (Rhône). Île-Barbe »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 237-238.

Electronic reference

Charlotte Gaillard, « Lyon (Rhône). Île-Barbe » [Note of archaeological project],Archéologie médiévale [Online], 42 | 2012, Online since 05 June 2018, connection on 07 June 2020. URL: http://journals.openedition.org/archeomed/10962

Top of page

About the author

Charlotte Gaillard

By this author

Top of page

Archaeological project director

Charlotte Gaillard

Project(s) supervised by this archaeologist

Top of page

Copyright

Archéologie Médiévale

Top of page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals