Navigation – Sitemap
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Marcq (Yvelines). Église Saint-Rémi

Grabungsleiter: Nicolas Girault
p. 238-239

Index-Einträge

Jahr der Geländearbeit:

2011
Seitenanfang

Volltext

1L’église Saint-Rémi a été construite sur une plateforme artificielle, installée sur le versant nord d’une butte sableuse. Cette situation topographique est probablement l’une des causes des désordres architecturaux affectant le mur gouttereau nord et le chevet. Le diagnostic préalable aux travaux de confortation puis la surveillance de travaux réalisés, en urgence, par le Service archéologique départemental des Yvelines au printemps et à l’été 2011 ont largement contribué à enrichir la connaissance de cet édifice.

2La documentation archéologique sur le secteur se bornait, jusque-là, à quelques informations recueillies par un instituteur au cours de travaux menés à la fin du xixe s. Celui-ci signalait, à 80 m au NE de l’édifice, une nécropole du premier Moyen Âge et évoquait quelques trouvailles réalisées lors d’un chantier de restauration dans la nef.

3L’édifice, dont les détails architecturaux internes trahissent un phasage relativement complexe, trouve vraisemblablement son origine avant le début du xiie s. Une première mention apparaît en effet dans une donation de l’église par le seigneur Goisfred de Marcq au prieuré de Saint-Évroult dans les années 1105. Les plus anciennes maçonneries subsistantes se résument au mur gouttereau sud, à un contrefort dissimulé dans un des murs de la tour du xviiie s. et à une section de la façade occidentale. On y distingue encore une entrée en arc brisé ainsi qu’un oculus légèrement décentré vers la droite.

4Dans les sondages ouverts en 2011, de part et d’autre du mur gouttereau nord et le long de la façade interne du chevet, outre des maçonneries inconnues jusqu’alors, ont également été mises au jour des sépultures en place et des remblais funéraires. À l’issue des opérations dont il est question, un phasage de l’édifice peut être proposé en s’appuyant sur des arguments architecturaux et stratigraphiques, corrélés à la datation du mobilier (céramiques, vitraux, monnaies). À ce sujet, la découverte d’une matrice de signet en bronze, attribuable au xve s. et représentant un suidé passant, surmonté de la légende C.AIVS, est suffisamment rare pour être signalée.

5Au moins cinq phases architecturales, échelonnées des xiie-xive au xvie s., ont été décelées. Elles permettent de reconsidérer l’évolution du plan de l’église. Un premier chevet de forme indéterminée, terminant une nef de quatre travées (phase 1), a été complètement oblitéré, d’abord par la mise en place du collatéral nord au xve s. (phase 2), puis par l’extension d’une travée supplémentaire en direction de l’est (phase 3). Au début du xvie s., un chevet à pans coupés a été bâti (phase 4) et rapidement remplacé, dans les années 1550, par le chevet à cinq pans, encore en élévation aujourd’hui (phase 5). Bien qu’aujourd’hui totalement disparus, les vitraux des baies de ce dernier état étaient tout aussi réputés chez les archéologues et érudits du xixe s. que ceux de l’église Saint-Pierre de Montfort-l’Amaury (Yvelines), ce qui paraît surprenant pour une aussi petite paroisse. On constate, en outre, que les évolutions affectant le bâti aux xve et xvie s. coïncident avec le rythme des changements des propriétaires de la seigneurie de Marcq, parmi lesquels, Raoul Moreau, intendant des finances d’Henri II.

6Les sondages ont aussi permis d’évaluer l’étendue des espaces funéraires. L’hypothèse de la persistance de la nécropole du haut Moyen Âge vers le cimetière du second Moyen Âge n’a pas été démontrée. Il existe probablement un hiatus chronologique ou spatial entre ces deux espaces sépulcraux.

7L’étude anthropologique a permis de dénombrer 61 individus qui se répartissent de la façon suivante :

  • vingt-six individus correspondant à des sépultures en position primaire. On compte quinze adultes, quatre immatures et trois périnatals ;
  • un nombre minimum de 35 individus correspondant à des ossements humains retrouvés dans des remblais, parmi lesquels ont été identifiés vingt et un adultes, huit immatures et cinq périnatals.

8Du point de vue chronologique, trois à quatre sépultures appartiennent au cimetière paroissial, situé à l’extérieur de l’église. Celui-ci, contemporain du premier état de l’édifice, trouve ses origines, au plus tard, au xiie s. Une deuxième phase d’inhumation a été identifiée. Elle correspond aux enfouissements à l’intérieur de l’église, postérieurs à l’extension du collatéral. Elle démarre dans le courant du xve s., comme le laisse supposer l’étude stratigraphique, et pourrait perdurer jusqu’au xviiie s. Pour cette phase, le dépôt en pleine terre d’individus allongés sur le dos, les membres en extension, enveloppés dans un linceul et descendus dans la fosse sépulcrale sur un support en bois, semble avoir constitué le modèle dominant, quelle que soit la classe d’âge.

9Concernant le recrutement du cimetière, on constate la présence d’individus issus de plusieurs classes d’âge et des deux sexes. Les inhumations mises au jour dans les sondages donnent l’impression d’une densité élevée. Cependant, la faible représentativité de la collection à l’échelle du site ne permet aucune conclusion.

Marcq, église Saint-Rémi, phasage hypothétique.

Marcq, église Saint-Rémi, phasage hypothétique.
Seitenanfang

Abbildungsverzeichnis

Titel Marcq, église Saint-Rémi, phasage hypothétique.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10963/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 79k
Seitenanfang

Zitierempfehlung

Papierversionen:

Nicolas Girault, « Marcq (Yvelines). Église Saint-Rémi »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 238-239.

Online-Version

Nicolas Girault, « Marcq (Yvelines). Église Saint-Rémi » [archäologische Miszelle],Archéologie médiévale [Online], 42 | 2012, Online erschienen am: 05 Juni 2018, abgerufen am 09 April 2020. URL: http://journals.openedition.org/archeomed/10963

Seitenanfang

Urheberrechte

Archéologie Médiévale

Seitenanfang
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals