Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Metz (Moselle). Église Saint-Étienne-le-Dépenné

Responsable d’opération : Marie-Paule Seilly
p. 242

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Texte intégral

1Localisée dans le quartier « Outre-Seille » à Metz, entre les rues Gaudrée et Saint-Étienne, cette église est attestée dans les sources écrites dès 1380. Inutilisée dès 1791, elle a été vendue en 1872 à un particulier qui l’a transformée en usine de meubles.

2Orienté, l’édifice présente un plan basilical à une nef flanquée de part et d’autre par un collatéral, celui situé au sud étant plus large que celui situé au nord. Ce dernier était par ailleurs doublé par un bas-côté en appentis disparu en 1810 et dont l’emprise a été réoccupée par une travée d’habitation. Les plans anciens attestent par ailleurs la présence d’un clocher, sans doute au-dessus de la nef, et d’un chevet plat. Cependant, un plan réalisé au xviiie s. livre l’image d’un chœur en abside à cinq pans, flanqué au nord et au sud par une petite chapelle latérale. Ce chevet a été démoli en 1872.

3À l’occasion d’un projet de réhabilitation complet de l’édifice, des observations ont pu être recueillies sur les élévations extérieures des façades sud, est et ouest, l’étude intérieure étant reportée pour l’instant.

4La façade sud, la plus remarquable, est bordée par la rue Gaudrée. Elle présente trois travées limitées par deux chaînes d’angle et séparées par deux contreforts. Chacune est percée par une haute fenêtre ogivale mais deux seulement (les plus étroites) ont conservé leur réseau, la troisième, plus large, ne présente plus ni meneau ni réseau. Cette façade s’achève à l’est par un bras de transept très faiblement saillant percé également par une large fenêtre encore munie de ses deux meneaux et de son réseau. Ces ouvertures qui ont été redécouvertes en 1918, après un bombardement, sont attribuables au xve s. La jonction de la façade et de la toiture est soulignée par une rangée de modillons qui semble antérieure. Au xixe s., le percement de trois fenêtres rectangulaires et d’une porte de garage dans l’axe des quatre ouvertures gothiques a fortement endommagé les maçonneries basses rendant difficile toute lecture des dispositions anciennes.

5Le décrépissage de la façade a néanmoins fait apparaître plusieurs éléments insoupçonnés. D’une part, une série de trois ouvertures étroites a été repérée en partie haute. La première, située dans la première travée (à l’ouest), n’est attestée que par la présence d’un arc de décharge et d’une pierre de scellement. Les deux autres sont disposées de part et d’autre de la fenêtre gothique de la deuxième travée ; l’une n’a conservé que son linteau et son appui et la seconde est presque intacte, seul son piédroit gauche est manquant. Il s’agit d’ouvertures de 3 m de haut pour 1 m de large (jour : 2,65 x 0,80 m), les deux premières sont surmontées d’un arc de décharge en hérisson tandis que la dernière en est dépourvue. Les linteaux monolithes présentent un arc en plein-cintre décoré d’un chanfrein présent également sur le piédroit et les assises conservés. Le fond des linteaux non dégagé n’a pas été reconnu. Bien que l’analyse des maçonneries soit très difficile en raison du nombre important des reprises qu’elles ont connues, il semble que la création de ces trois ouvertures soit une reprise en sous-œuvre. Toutes trois ont été très endommagées par l’installation des fenêtres gothiques.

6Par ailleurs, une grande porte (hauteur int. 3 m) a également été repérée en partie basse de la façade dans la deuxième travée. Sans doute de forme ogivale, elle n’a conservé que son piédroit droit et une partie de l’arcature, le reste a été démonté lors de l’installation de la fenêtre gothique. De l’autre côté de cette dernière, un arc en plein-cintre a également été repéré, les deux piédroits ayant disparu. Cependant, l’amorce de celui de gauche est conservée et bien qu’elle ait été sauvagement retaillée, elle semble décorée par une colonnette. Ces deux éléments ne présentent aucune trace de reprise en sous-œuvre. La présence d’un porche central sur cette façade est par ailleurs attestée sur un plan de 1645. On peut également noter que les deux contreforts sont harpés dans le mur de façade.

7Enfin, le transept constituant la dernière travée correspond à un aménagement de façade attribuable au xve s. En effet, cette élévation à l’origine plus haute que la nef et encadrée par deux chaînes d’angle massives a été accolée au mur ancien qui a alors été fortement évidé pour l’installation de la baie gothique. On compte un nombre important d’éléments en réemploi dans ces chaînes d’angle, en particulier un oculus.

8Le décrépissage de la façade ouest est resté très partiel car une importante partie de celle-ci est intégrée en tant que mur mitoyen dans un bâtiment d’habitation construit au xixe s. Seul l’angle nord a pu être observé. Il apparaît que la moitié inférieure de la façade a été presque totalement modifiée aux xixe et xxe s. et que seul le contrefort nord venant buter sur l’axe des piliers de la nef est conservé, le second au sud est manquant. Il faut atteindre les parties hautes pour découvrir une fenêtre étroite de même type que celles découvertes sur la façade sud, à demi incorporée dans le mur gouttereau de la construction moderne.

9La façade est, élevée à l’extrémité du bras du transept, est une complète reconstruction du xixe s. après la démolition du chœur et des chapelles latérales. Cependant, une partie des dispositions intérieures de la chapelle nord est encore conservée dans le mur délimitant la parcelle. Il s’agit, en partie basse, d’un arc de décharge en plein-cintre de même type que celui découvert en façade sud et, en partie haute, du piédroit gauche d’une haute fenêtre, décoré d’une colonnette adossée (le piédroit droit doit être conservé dans les élévations intérieures). Cette fenêtre était par ailleurs connue par un dessin de 1872. On peut enfin voir, au sommet du mur, deux niveaux de gouttière encastrée, la première appartenant sans doute à l’église du xive s. et la seconde, plus haute, à la surélévation déjà observée sur le bras du transept attribuable au xve s.

10Un fragment de panne sablière a été daté par dendrochronologie de la première moitié du xve s.

11Les observations réalisées sur les trois façades accessibles de cet édifice ont démontré l’importance du potentiel archéo­logique encore conservé ; l’étude des élévations intérieures pourrait lever certaines incertitudes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Paule Seilly, « Metz (Moselle). Église Saint-Étienne-le-Dépenné »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 242.

Référence électronique

Marie-Paule Seilly, « Metz (Moselle). Église Saint-Étienne-le-Dépenné » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 09 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10972

Haut de page

Auteur

Marie-Paule Seilly

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Marie-Paule Seilly

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals