Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais). Jardin du presbytère - ancien chœur de l’église abbatiale Saint-Saulve

Responsable d’opération : Jean-Claude Routier
p. 245-247

Entrées d’index

Année de l'opération :

2011
Haut de page

Texte intégral

1La municipalité de Montreuil-sur-Mer ayant manifesté le souhait de fouiller le jardin du presbytère correspondant à l’ancien chœur de l’église abbatiale Saint-Saulve, une fouille programmée a eu lieu entre 2009 et 2011 avec l’autorisation de l’Évêché, propriétaire et celle du SRA. L’endroit est connu comme jardin d’agrément depuis au moins le xviiie s. d’après le plan Varlet (1780) et le chœur aurait été abandonné après le siège de Montreuil par les Impériaux après 1537.

2Nous nous situons a priori dans le noyau religieux de la cité au xe s. et des fouilles intensives dans ce secteur précis de Montreuil avaient déjà permis de faire de nombreuses découvertes de cette période dans le périmètre du clos abbatial Saint-Walloy/Saint-Saulve (fouille de l’église Saint-Walloy en 1991-1992 et du cloître Saint-Saulve en 1994).

3C’est au début du xe s. qu’est fondé un monastère dédié à saint Walloy connu dans les textes par l’existence de Helgaud (mort en 926), premier comte de Ponthieu, qui accueille en 913 les moines de Landevennec fuyant les Vikings, avec leurs reliques de saint Guénolé (Saint-Walloy). La future abbaye Saint-Saulve connue sous ce vocable ne le sera qu’au xiie s. avec le transfert des reliques de ce saint dans l’église « nouvellement reconstruite » (d’après R. Rodière, historien local).

4Les fouilles ont permis de retrouver au moins trois états différents des chœurs roman et gothique et d’étudier le plus ancien niveau d’occupation du site daté du xe s. par le mobilier archéo­logique recueilli dans des rejets domestiques : pot de cuisson et céramiques peintes, objets liés au tissage (fusaïole, bobine en craie), deniers, médaillon en jais (avec d’un côté une tête caroline, de l’autre un animal courant, un cerf). Dans une ancienne couche noire de jardin recouvrant ce niveau précoce viennent s’installer les premières fondations d’une abside de plan outrepassé large de 7 m, construite de plusieurs assises de blocs calcaire sur une large et solide semelle de stabilité en lits alternés de craie tassée et de silex. L’intérieur de la structure a malheureusement été bouleversé par une carrière de récupération à l’époque moderne, nous privant des sépultures les plus anciennes, hormis deux têtes de caveaux calcaires médiévaux plus tardifs et un autre caveau du bas Moyen Âge, lui épargné, intact et contenant le squelette d’un moine inhumé en cercueil avec ses objets liturgiques (ciboire et patène).

5L’abside est abandonnée au profit d’un chœur à chevet plat dont on connaît le mur droit est ainsi que la base du mur sud dissimulée sous une épaisse maçonnerie de réfection mise en place plus tardivement. Quatre sépultures en pleine terre ou en coffre calcaire de cet état seront recoupées par l’instauration du nouveau chœur circulaire à déambulatoire et chapelles rayonnantes. Entre les fondations d’enveloppe interne et externe du couloir sont disposées plusieurs sépultures en cercueil et un caveau intact maçonné à couverture calcaire qui fut découvert presque dans l’axe du chœur. Dans ce tombeau, des lambeaux de cuir ont été découverts sur les membres inférieurs et aux pieds du défunt; à la tête, disposée sur un oreiller en bloc calcaire, se trouve une insigne de coiffe, à savoir une rouelle en bronze à décor zoomorphe (dragon) ; sous la taille, une boucle de ceinture et entre les pieds la pointe en fer d’une canne de procession. L’inhumé peut être un père commandeur et la tombe dater du xiie ou du xiiie s., d’après les données iconographiques. C’est l’époque pour laquelle il subsiste des restes d’architectures de l’abbatiale : chapiteaux des piles de la croisée du transept, triforium et chapelle du croisillon nord.

6En 1467, un séisme a semble-t-il endommagé plusieurs églises de la ville et l’église Saint-Saulve connaît une profonde rénovation à partir de 1470 et jusqu’en 1504. À cette occasion, le chœur a été reconstruit ; sa zone centrale est consolidée par une fondation profonde rectiligne et le mur sud du déambulatoire – contrairement aux fondations du couloir nord, totalement démontées et converties en zone de remblais – a été remonté : ce très résistant massif de maçonnerie a résisté aux carriers récupérateurs de l’époque moderne et préservé les substructions romanes de ce côté.

7Sur la chronologie des trois états du chœur roman de l’église Saint-Saulve, les textes nous livrent deux dates : 1042, date d’existence de l’église dans un diplôme de Henri Ier en faveur de l’église Saint-Walloy ; l’abside primitive (état I), plan similaire au schéma bénédictin d’autres églises abbatiales comme par exemple Ham-en-Artois dans le Pas-de-Calais (travaux d’Honoré Bernard), pourrait être contemporaine de cette mention. Le seconde date est 1111, année de consécration de l’église sous le vocable Saint-Saulve; sans doute est-ce le chœur à chevet plat (état II) que l’on pourrait rapprocher de cette mention. Le passage au déambulatoire circulaire à trois chapelles rayonnantes est probablement à situer après cette date et s’appliquerait à la reconstruction de la fin du xiie s. (état III) comme on le supposerait à partir de la documentation textuelle (voir Rodière). Une étude plus approfondie des vestiges et du matériel archéologique en cours d’étude viendra peut-être infirmer ou confirmer cette hypothèse.

8Après le siège de 1537, on ne sait s’il subsistait une partie du chœur; les fouilles montrent des aménagements dans la zone médiane du chœur au niveau des deux murs droits parallèles (l’un roman, l’autre gothique). Une chapelle du transept nord, demeurée intacte, a peut-être fait office de chœur jusqu’à la fermeture de l’église en limite des piles ouest du transept par un haut mur de pignon, bâti au xviie s. jusqu’à hauteur de l’arc triomphal de la croisée (effondré en 1910).

Montreuil-sur-Mer, Jardin du presbytère — ancien chœur de l’église abbatiale Saint-Saulve, état des plans successifs du chœur.

Montreuil-sur-Mer, Jardin du presbytère — ancien chœur de l’église abbatiale Saint-Saulve, état des plans successifs du chœur.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Montreuil-sur-Mer, Jardin du presbytère — ancien chœur de l’église abbatiale Saint-Saulve, état des plans successifs du chœur.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10982/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Routier, « Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais). Jardin du presbytère - ancien chœur de l’église abbatiale Saint-Saulve », Archéologie médiévale, 42 | 2012, 245-247.

Référence électronique

Jean-Claude Routier, « Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais). Jardin du presbytère - ancien chœur de l’église abbatiale Saint-Saulve » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10982

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Routier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Claude Routier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals