Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Nantes (Loire-Atlantique). Chapelle de l’Immaculée Conception

Responsable d’opération : Damien Ladiré
p. 247-49

Entrées d’index

Année de l'opération :

2011
Haut de page

Texte intégral

1La chapelle de l’Immaculée Conception est localisée rue Malherbe, à l’est de la ville médiévale de Nantes. Dans le cadre de travaux de restauration et d’aménagement intérieur, le SRA des Pays-de-la-Loire a prescrit une surveillance archéologique générale lors de la dépose des sols et lors des affouillements. L’intervention a permis de mieux appréhender la complexité et l’évolution de la chapelle.

2S’inscrivant dans un vaste mouvement de fondations religieuses et de reconstruction des édifices publics à Nantes au xve s., François II, duc de Bretagne, décide de faire construire une chapelle en 1468 dans le faubourg de Richebourg. Elle prend le vocable de Saint-Antoine de Padoue selon le vœu de la duchesse, Marguerite de Bretagne. Sa construction a pu commencer en 1469 et se terminer en 1481, au plus tard. La chapelle ducale présente alors un plan simple : un vaisseau unique de deux travées carrées terminées par une abside à trois pans. Les angles de la façade occidentale et de l’abside sont renforcés par des contreforts obliques. La première travée correspondant à la nef est flanquée du côté sud, près de l’angle SO, d’une tour d’escalier hors-œuvre de plan hexagonal. Outre le portail occidental, elle possède une seconde porte percée dans son mur sud, vers le quartier de Richebourg. La seconde travée, correspondant au sanctuaire, est flanquée de deux chapelles : la chapelle Saint-Sébastien au nord et la chapelle Notre-Dame-de-Lorette au sud. Quant à la sacristie, elle est située au NE de l’église et décalée à l’est par rapport à la chapelle Saint-Sébastien. Un couloir coudé, couvert par une voûte en berceau segmentaire, accolé à la chapelle Saint-Sébastien, permet d’y accéder depuis l’abside. Par ailleurs, dès l’origine, l’existence d’une porte au nord donnant un accès direct à l’extérieur semble logique.

3C’est en septembre 1488 que la chapelle Saint-Antoine-de-Padoue est léguée à François de Paule, fondateur de l’ordre des Minimes. Après quelques déboires, les religieux ne prennent possession du lieu qu’en juin 1590. La présence de bâtiments conventuels antérieurs n’a pu être prouvée. L’intervention archéologique permet de constater toutefois que des travaux sont réalisés et des caveaux installés avant l’installation des Minimes ou peu de temps après. Ainsi, un jubé, complété par la suite par deux autels, a été installé à la jonction de la nef et du sanctuaire. Au nord de l’église, la construction des bâtiments conventuels a été amorcée avant le milieu du xviie s. et avant la construction des chapelles latérales nord. Le mur bahut de la galerie orientale du cloître a été mis au jour. Sa construction précède la mise en place définitive du cloître tel qu’il est représenté sur les plans du xviiie s. La sacristie a dû être transformée à cette occasion, avec la démolition partielle de son angle NO afin de créer le passage vers la galerie. Cette modification peut être associée à un mur compartimentant la sacristie, avec une pièce principale à l’est et un couloir prolongeant celui du xve s. Cette disposition est supprimée par la suite, avec la mise en place du mobilier datable du xviie s.

4À la suite du mariage dans la chapelle en 1626 de Gaston d’Anjou, frère de Louis XIII, les Minimes vont modifier et agrandir leur chapelle. Les travaux commencent en 1630 et se poursuivent au moins jusqu’en 1650 voire jusqu’en 1681. Ainsi, la chapelle est allongée de deux travées de nef et la rue Malherbe détournée. À côté du bras nord du chœur et contre la sacristie, le « vestibule de la sacristie », trois chapelles latérales au nord et le collatéral sud sont construits. Les murs gouttereaux nord et sud et la façade ouest de la chapelle du xve s. ont été intégrés et en partie conservés dans le nouveau plan de la chapelle lors de la construction des collatéraux et de l’agrandissement de la nef. Ces murs délimitent un espace vide entre le 2e et le 3e pilier de la nef : le chœur liturgique. L’autel est alors disposé au fond de l’abside dans l’axe de la porte du chœur des religieux. À l’ouest, ce dernier est fermé par une légère clôture le séparant de la partie orientale plutôt réservée au sanctuaire. La construction des collatéraux nord et sud implique la destruction de la tour d’escalier du xve s. Par ailleurs, les espaces de circulation sont modifiés. Les murs ouest des chapelles du xve s. (Saint-Sébastien au nord et Notre-Dame-de-Lorette au sud) sont percés par de grandes arcades. Après la construction du collatéral sud, le tiers occidental de la chapelle Notre-Dame-de-Lorette est alors occupé par un caveau. Durant la même période, la sacristie semble avoir retrouvé presque entièrement son plan d’origine. Dans leur ensemble, ces travaux du xviie s. sont fidèles aux traditions gothiques. Ils affirment la volonté d’ouvrir les espaces. Les grandes arcades sont réalisées afin de créer une impression de circulation et d’espace. Dès lors, bien que modeste, la chapelle prend une autre dimension et la perception du volume est tout autre. Ces travaux répondent pleinement au souhait des Minimes qui voyaient leur chapelle trop petite.

5Au cours des xviie et xviiie s., de nombreuses inhumations sont réalisées dans l’ensemble de la chapelle. Certaines d’entre elles percent les fondations du xviie s., voire des maçonneries antérieures. Plusieurs caveaux en usage durant cette période ont pu être découverts. Situé à proximité de l’autel majeur de l’église, le premier est le caveau central du sanctuaire qui est clairement évoqué dans le registre des inhumations des Minimes, conservé pour les années 1736 à 1784. Il est réservé alors aux inhumations des Révérends Pères des Minimes, de même que le caveau de la chapelle Notre-Dame-de-Lorette. Le caveau de la chapelle Saint-Sébastien, construit vers 1596, semble avoir eu une vocation de caveau familial jusqu’au xviiie s. Un autre caveau familial (celui des Burons) est aussi mentionné à plusieurs reprises dans la chapelle Saint-François-de-Paule. Dans la partie SE de la nef du xve s. et à proximité du chœur, un caveau pourrissoir a été découvert. Cette structure est destinée à recevoir plusieurs inhumations simultanées ou successives. Les données de fouilles vont plutôt dans le sens d’un caveau de famille que d’une tombe réservée aux desservants de la chapelle. Il pourrait s’agir du caveau de la famille Huet évoqué à plusieurs reprises dans le registre des inhumations des Minimes.

6En avril 1791, les moines sont contraints de quitter leur couvent, saisi comme bien national. La chapelle est vendue aux particuliers et devient un moulin à tan, puis un atelier de serrurerie et enfin un lieu de stockage pour un marchand de paille et de foin. L’intervention archéologique a permis de découvrir les restes d’aménagements réalisés lors de la réaffectation de la chapelle pour ces activités artisanales (murs de cloisonnement, petit bassin…).

7En 1849, l’évêque de Nantes rachète l’église. La chapelle est alors dédiée à Notre-Dame. Deux campagnes de restaurations sont menées, l’une par Théodore Nau entre 1852 et 1855 et l’autre par François Bougoüin entre 1877 et 1879. Les restaurations réalisées sont à l’image du siècle qui réhabilite l’architecture gothique. Il est difficile de mesurer l’ampleur des travaux mais il semble qu’il s’agisse d’une reprise globale de l’édifice. Lors de la dernière campagne, la façade ouest du xviie s. est remplacée par une façade néogothique et les baies des autres façades sont recréées. À l’intérieur, les voûtes lambrissées des chapelles nord sont détruites et remplacées par des voûtes en pierre néogothiques. Lors de ces travaux, certaines zones sont affouillées et remblayées avec des gravats par les ouvriers de l’époque.

8Les résultats de l’étude mettent clairement en évidence l’intérêt d’une collaboration entre archéologues et architectes sur les chantiers de restauration. Pour les archéologues, elle permet d’associer l’étude des vestiges enfouis à celle des élévations. Pour l’architecte, les découvertes et une nouvelle appréhension de l’édifice lui permettent d’adapter au plus juste son projet tout en respectant la réalité historique.

Nantes, chapelle de l’Immaculée Conception, état au début du xviie siècle.

Nantes, chapelle de l’Immaculée Conception, état au début du xviie siècle.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Nantes, chapelle de l’Immaculée Conception, état au début du xviie siècle.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10986/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Damien Ladiré, « Nantes (Loire-Atlantique). Chapelle de l’Immaculée Conception », Archéologie médiévale, 42 | 2012, 247-49.

Référence électronique

Damien Ladiré, « Nantes (Loire-Atlantique). Chapelle de l’Immaculée Conception » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10986

Haut de page

Auteur

Damien Ladiré

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Damien Ladiré

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals