Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Paris 3e (Paris). Carreau du Temple

Responsable d’opération : Isabelle Caillot
p. 249-251

Entrées d’index

Année de l'opération :

2011
Haut de page

Texte intégral

1À l’occasion de travaux de réhabilitation de la halle métallique du Carreau du Temple (création de deux niveaux de sous-sol entraînant la destruction de niveaux archéologiques bien conservés), une fouille a concerné une surface de 4 000 m² en plein Paris. L’histoire du lieu, bien connue par les sources écrites et iconographiques, débute au xiie s. ; l’ordre du Temple est fondé en 1140 et le roi Louis VII donne aux moines chevaliers un terrain à l’extérieur de Paris (hors de l’enceinte de Philippe Auguste) qu’ils assainissent pour y construire leur église. Au moins sept grandes phases ont pu être distinguées entre l’occupation du xiie et le xxe s.

La phase 1 : xiie-xiiie s. : une occupation localisée au NO du site

2Un réseau de fossés de drainage a été mis au jour ; le matériel collecté dans leur comblement indique leur abandon courant xiiie s. Les altitudes levées en fond de fossés traduisent un pendage qui semble indiquer une évacuation de l’eau depuis le secteur de l’église vers l’extérieur de l’enclos. Ce réseau présent sur toute la parcelle visait certainement à assainir le terrain avant l’implantation de constructions.

3Un élément bâti retrouvé principalement sous forme de tranchées de récupération était implanté au-dessus de ces fossés. Ce mur pourrait correspondre à une première limite du prieuré à l’intérieur de l’enclos.

La phase 2 : fin du xiiie-début du xive s. : une expansion du domaine bâti localisé en bordure occidentale du site

4On observe la démolition et la récupération du bâti préexistant pour la mise en place de nouvelles constructions. Les fondations profondément ancrées de l’abside du chœur de l’église (retrouvée sous forme de récupération) ont été mises au jour. Cette abside date au plus tôt de 1217, date à laquelle une bulle autorise les templiers à réaliser des travaux sur l’église. D’épaisses fondations d’un bâtiment à contreforts, identifié comme une aile du cloître et d’une construction avec cave nommée pour le moment « la maison du prieur » ont été découvertes. Un caniveau et un puisard associé ont été mis en place à la même période, au NE du cloître.

La phase 3 : fin du xive s. : mise en place d’un système hydraulique impliquant une modification du bâti préexistant

5Il se peut que ces travaux soient relatifs à la reprise de l’enclos du Temple par les hospitaliers en 1320, après la dissolution de l’ordre. Le système d’adduction d’eau potable sous pression est installé en partie dans le cimetière et contourne l’abside de l’église. Il se compose d’une conduite principale en tuyaux de terre cuite emboîtés, entourés d’une épaisse gangue de mortier de tuileau. Cette conduite débouche sur un local technique auquel les fontainiers accédaient par un escalier monumental, le tout construit en grand appareil calcaire et lié en partie au mortier de chaux ou de tuileau. Un bloc répartiteur en calcaire reposant sur dallage a pu être observé au pied de l’escalier. Cette pierre est percée de trois trous, le premier pour l’arrivée d’eau avec le tuyau en terre cuite, le second localisé sur le haut du bloc connecté à un tuyau en plomb permettant d’alimenter le cloître, enfin le troisième permettant de gérer le trop-plein et l’entretien du système (débouchage, etc.). Le complexe hydraulique comprenait également une tour de pression matérialisée par une maçonnerie subcirculaire d’environ 4 m de diamètre avec un espace vide en son centre indiquant la présence d’une colonne d’adduction d’eau. Cette colonne permettait de gérer le manque ou le trop-plein de pression grâce à un réservoir au sommet de cette tour et qui pouvait également desservir un lavabo. L’arrivée de l’eau potable depuis le bloc répartiteur se faisait à l’est par un canal voûté. La mise en place de ce système induit une modification de la zone bâtie, et un déplacement du cimetière.

6La « maison du prieur » est démolie et abandonnée à cette période comme le confirment les céramiques issues de la fosse dépotoir située à proximité de la cave ainsi que le comblement de celle-ci.

Le cimetière médiéval

7Le cimetière localisé à proximité de l’église se développe vers l’ouest sous la voirie en limite d’emprise de fouille et est amputé au sud par une cave. Le tri des sépultures par phases est en cours, mais les recoupements de structures entre elles ou avec des éléments bâtis maçonnés ou récupérés permettent déjà quelques hypothèses de travail. En tout, 175 inhumations et 2 ossuaires, constitués à l’occasion de la mise en place des tuyaux en plomb du système hydraulique traversant le cimetière, ont été mis au jour, fouillés et enregistrés.

8Les phases 1 et 2 (61 % des structures) sont à mettre en relation avec l’occupation des templiers et témoignent d’une grande diversité dans les modes d’inhumation : 8 tombes anthropomorphes dont une localisée sous la tranchée de fondation de l’abside datant de la premiere phase, 11 en cuves plâtrées, 15 avec un dépôt de céramiques (pots à encens), quelques tombes construites, inhumations en cercueil ou coffrage de bois qui représentent 55 % du total. La phase 3 (31 % des structures) correspondant à l’installation des hospitaliers est plus homogène, les fosses quadrangulaires creusées dans les limons anthropisés contenaient des coffrages de bois ou des cercueils, et les défunts étaient vêtus ou entourés d’un linceul.

L’enceinte de Charles V et l’enclos

9Sous Charles V, à la fin du xive s., l’enclos est intégré à la nouvelle enceinte de Paris. À partir de cette époque, de nombreux plans anciens de la ville sont conservés. Ils montrent que l’enclos du Temple est désormais en zone urbaine mais que le secteur garde un caractère très rural. On constate également la pérennité du bâti autour de la porte de l’enclos et le maintien de l’enclos funéraire autour de l’église. Le reste de l’espace est essentiellement dédié à des jardins cultivés, ce qui se concrétise par le petit nombre de vestiges dans les limites de la fouille.

La phase 4 : fin xive-fin xvie s., une continuité dans l’occupation

10Les sources textuelles mentionnent dès le xve s. la location de jardins aux maraîchers. Le caractère rural de la parcelle perdure jusqu’au xviie s., mais on observe malgré tout l’implantation d’une chapelle accolée à l’église au xve s. Elle est construite en pierres calcaires dont certaines sont des remplois qui présentent un décor polychrome. Seule une partie du chevet et deux contreforts ont été mis au jour, cette structure est en effet localisée hors emprise de la fouille. Cette chapelle a été découverte lors des surveillances de travaux de reprise en sous-œuvre de la charpente métallique de la halle du Carreau du Temple.

La phase 5 : xviie-xviiie s., la rupture

11En effet, la vraie rupture a lieu au xviie s. La zone funéraire est pérennisée et le système hydraulique abandonné. Les jardins maraîchers, jusqu’alors non bâtis, sont remplacés par de nombreuses constructions (serres, réfectoires, cuisines), mentionnées dans les textes comme annexes du palais du prieur. Les vestiges découverts se composent de cours intérieures en pavés de grès, d’une citerne, d’un escalier en bois, de cheminées, de latrines à cuvelage en bois, de puits. On voit également l’apparition de jardins d’agrément composés de nombreuses fosses de plantation et d’une fontaine construite en blocs calcaires tapissés d’argile bleutée. Toutes ces constructions figurent sur le plan dit de Verniquet à la fin du xviiie s., avant leur destruction.

La phase 6 : fin xviiie s., la rotonde

12Une rotonde est édifiée en 1788 par Pérard de Montreuil après destruction d’une partie du cloître et des annexes, et déplacement du palais du prieur. Elle possède une galerie couverte sur arcades qui supporte les étages. Ces arcades étaient fondées sur piles, qui ont été mises au jour. Sur le reste de la parcelle, les jardins d’agréments sont toujours présents et structurés par des murets. Un bâtiment est également implanté sur l’ancien cloître et a été identifié comme l’hôtel de Charles de Rosnel. Les vestiges découverts, qui témoignent de l’incendie du bâtiment, se composent de solives, de cheminées, de latrines et d’une cour pavée dite cour du lion.

Le cimetière moderne

13Sur l’ensemble de la période moderne, le lieu de culte et la zone funéraire – qui se compose, pour cette période, de 479 sépultures – sont toujours en activité. Le phasage du cimetière n’est pas encore réalisé mais il est possible de remarquer un déplacement de la zone funéraire par rapport au Moyen Âge car on n’inhume plus ni vers le cloître ni devant l’abside. Toutes les sépultures étaient en cercueil et la plupart des défunts enveloppés dans un linceul. Très peu de mobilier était associé aux sépultures. L’état sanitaire témoigne de nombreuses pathologies handicapantes – notamment des membres inférieurs et du rachis –, leur abondance peut être liée à la présence d’une infirmerie au sein de l’enclos.

14L’église, fermée en 1791, devient bien national en 1796 et est détruite en 1797. Son démantèlement est complet et ses matériaux revendus.

Phase 7 : fin xviiie s. jusqu’à nos jours

15À l’emplacement de l’enclos, des halles en bois sur bases de pierres en complément de la rotonde, construites entre 1809 et 1811 par Molinos, deviennent vite des friperies. En 1863, l’ensemble halles/Rotonde est démoli et remplacé par de grandes halles en métal et verre. En 1982, le Carreau actuel en partie amputé, est inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques.

Paris 3e, Carreau du Temple, phase moderne.

Paris 3e, Carreau du Temple, phase moderne.

© Éveha

Haut de page

Table des illustrations

Titre Paris 3e, Carreau du Temple, phase moderne.
Crédits © Éveha
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10987/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Caillot, « Paris 3e (Paris). Carreau du Temple », Archéologie médiévale, 42 | 2012, 249-251.

Référence électronique

Isabelle Caillot, « Paris 3e (Paris). Carreau du Temple » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10987

Haut de page

Auteur

Isabelle Caillot

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Isabelle Caillot

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals