Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Parnoy-en-Bassigny (Haute-Marne). Ancienne abbaye de Morimond

Responsable d’opération : Benoît Rouzeau
p. 251

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Texte intégral

1L’abbaye de Morimond, fondée vers 1117, développa un patrimoine architectural à la hauteur de son rôle dans l’ordre cistercien. Depuis la fondation à 1253 (date de la consécration de la seconde abbatiale), les chantiers de construction de bâtiments se succèdent. L’évolution du nombre de moines de chœur et de convers a aussi entraîné d’importantes modifications à l’époque moderne, avant que l’abbaye ne soit quasiment totalement démembrée après la Révolution.

2L’ensemble fouillé a été mis en évidence au début des années 2000 par une série de prospections électriques. Il est implanté le long du grand égout de l’abbaye. Cet ensemble de bâtiments se situe dans la partie ouest de l’enclos, à environ 100 m en aval du carré claustral. Les campagnes successives à partir de 2003 ont permis de montrer que cet ensemble est en fait composé d’au moins quatre bâtiments eux-mêmes subdivisés en plusieurs salles. La campagne annuelle de 2011 a permis de finir la fouille du bâtiment principal, le plus ancien. Un sondage au sud montre une extension du mur pignon de cet édifice.

3Le bâtiment le plus ancien (A) est daté par 14C et des arguments stylistiques des décennies 1170-1180. Il s’étend sur 35 m de long et 11 m de large. Il se subdivise en trois salles de deux nefs, celle en aval comprend deux travées d’environ 4,25 m, les deux autres, vers l’est, sont composées de trois travées chacune de même taille. La façade sud était ouverte sur un axe de communication. Une porte permettait de pénétrer dans chaque salle. D’énormes blocs empilés en contrefort assuraient le contrebutement des voûtes situées à l’intérieur du bâtiment. La fouille a livré une très grande partie des éléments lapidaires du voûtement, plus de deux cents fragments, et leur étude a permis de restituer la croisée d’ogives, les arcs doubleaux et les arcs formerets. De gros massifs quadrangulaires, situés au centre des salles, recevaient quatre croisées, deux arcs doubleaux. Le long des murs gouttereaux, une bonne moitié des bases des vingt-huit piles sont conservées. Il semble qu’à l’époque de la construction du bâtiment, chacun des blocs de ces piles ait reçu une marque lapidaire qui indique le soin apporté au traitement des matériaux lithiques. La hauteur maximale de ces vestiges est de 1,4 m et les murs sont épais de 0,80 m. Sur le parement extérieur sud, des trous de boulin ont été reconnus. Pour élever cet imposant bâtiment, les moines ont fondé les murs sur la couche de grès du Rhétien, à 2,5 m par endroit sous le niveau de sol. L’assise de fondation du mur aval est située 1 m plus bas que les autres. Ceci indique que d’aval en amont le site fonctionne avec des gradins.

4L’ensemble des sols médiévaux a été très largement détruit par les aménagements postérieurs, sauf au niveau des soles de cheminée des salles 1 et 2 qui sont en cours de datation. À la fin du xiiie ou au début du xive s., l’ensemble est connecté vers l’est sur un nouveau bâtiment (C) de la même largeur et d’une longueur de 65 m environ qui est lié à la façade du carré claustral. Cet ensemble n’a été mis au jour que sur une vingtaine de mètres. Le traitement de la façade monumentale est très différent. Il n’y a pas de contrefort et le mur gouttereau a reçu un bossage sur les parties qui ne possèdent pas d’ouverture. La fouille a montré que ce bâtiment n’est pas voûté.

5La fouille de 2011 montre que, perpendiculaire à cet ensemble, un autre groupe d’au moins deux bâtiments (B et D) se développe vers le sud. Ces deux bâtiments ont été peu fouillés mais conservent pour partie des sols médiévaux. Les bâtiments sont construits en terrasse vers le sud en suivant le relief naturel du vallon.

6Dans le bâtiment D, une porte d’accès conduit à une salle comprenant une cheminée. Un égout délimite une autre partie de la salle dont une part conserve encore son sol d’origine en dalles. Ce sol est recouvert par des fragments de céramique du xve s.

7Au vu des vestiges et de leur implantation dans l’enclos, il est très vraisemblable que cet ensemble de bâtiments fasse partie du quartier des hôtes avec ses annexes (hôtellerie ou infirmerie car les pièces sont chauffées par des cheminées).

Parnoy-en-Bassigny, ancienne abbaye de Morimond.

Parnoy-en-Bassigny, ancienne abbaye de Morimond.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Parnoy-en-Bassigny, ancienne abbaye de Morimond.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10988/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Rouzeau, « Parnoy-en-Bassigny (Haute-Marne). Ancienne abbaye de Morimond »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 251.

Référence électronique

Benoît Rouzeau, « Parnoy-en-Bassigny (Haute-Marne). Ancienne abbaye de Morimond » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 04 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10988

Haut de page

Auteur

Benoît Rouzeau

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Benoît Rouzeau

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals