Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Poitiers (Vienne). Abbaye Saint-Jean-de-Montierneuf ; 22, rue Guillaume VII le Troubadour

Responsable d’opération : Xavier Lhermite
p. 252

Entrées d’index

Année de l'opération :

2011
Haut de page

Texte intégral

1Le comte de Poitou Guy-Geoffroy, duc d’Aquitaine sous le nom de Guillaume VIII, fonda l’abbaye Saint-Jean-de-Montierneuf à Poitiers vers 1069. L’abbatiale romane était achevée avant la fin du xie s. Elle fit l’objet de reprises anciennes notamment la réfection des parties hautes du chevet vers la fin du xiiie s. et d’importantes restaurations au xviie s. qui se traduisirent en particulier par la destruction de la première travée de l’église et la construction d’une nouvelle façade. Les bâtiments conventuels médiévaux sont mal connus. Ils furent détruits pour être remplacés par la grande aile construite entre 1714 et 1727. Depuis le xixe s. et jusqu’à la seconde guerre mondiale, les bâtiments du monastère servirent de caserne. Ils abritèrent par la suite les locaux de l’ENSMA (École Nationale Supérieure de Mécanique et d’Aérotechnique). Ils sont aujourd’hui réhabilités pour accueillir une grande partie des services du Rectorat.

2Lors des travaux, un piquetage du mur gouttereau sud des premières travées de l’église, contre lesquelles s’appuie le bâtiment, a fait apparaître une partie de l’élévation extérieure de la nef. Une étude de bâti a été réalisée durant l’été 2011. Par la suite, un sondage technique, effectué au pied de ce mur, a mis au jour les vestiges de l’un des contreforts de l’église. Par ailleurs, la suppression du contre-mur d’époque moderne, disposé au devant du mur pignon sud du transept, a révélé une grande partie de l’élévation médiévale de ce pignon. Ces éléments ont conduit à une deuxième intervention sur le terrain à l’automne 2011.

3D’importantes précisions ont pu être apportées sur les campagnes de construction et de restauration de l’église. Ainsi, l’étude du sondage réalisé à la base du mur gouttereau de la nef a montré que l’épais contrefort visible était le résultat d’une reprise. Un premier contrefort avait en effet était bûché. Or, tous les contreforts du mur sud présentent le même plan que celui visible au sein du sondage. Ils furent, selon toute vraisemblance, tous repris. Il faut sans doute restituer à l’époque romane des contreforts présentant un plan en T semblables à ceux visibles au nord. Par ailleurs, l’étude des ouvertures des deux premières travées du mur sud a montré qu’elles n’appartenaient pas à la construction primitive. Elles résulteraient d’une restauration ayant touché l’ensemble des fenêtres du gouttereau. La prise en compte du piédroit de la baie de la première travée de l’église, détruite au xviie s., permet de constater l’importante reprise du parement réalisée alors : c’est toute la partie supérieure du mur sur toute sa longueur qui fut remontée. Le traitement extérieur des baies au sud de la nef de l’église romane devait donc être identique à celui des fenêtres du mur nord.

4Ces reprises des contreforts et du parement extérieur des baies du mur sud de la nef n’avaient guère été appréhendées jusqu’alors. Elles ont vraisemblablement été réalisées en même temps. L’étude des moulurations des bases et des tailloirs et celle de la sculpture des chapiteaux permettent de placer ces travaux au début du xiiie s. La réfection des contreforts autour de 1200 pourrait avoir eu pour rôle de renforcer le mur de la nef. La reprise des baies témoigne, quant à elle, d’une volonté de mise au goût du jour du décor.

5Des bâtiments conventuels médiévaux, seules les dispositions, classiques pour un monastère clunisien, sont connues. Néanmoins, les moines avaient été autorisés au xviiie s. à utiliser les matériaux provenant de la destruction des bâtiments du Moyen Âge. L’étude des éléments lapidaires mis au jour lors des restaurations a révélé la présence de très nombreuses pierres datables des xiiie-xive s. Il faudrait donc envisager l’existence d’une importante campagne de reconstruction des bâtiments conventuels à l’époque gothique.

6Mais c’est surtout le dortoir du monastère médiéval qui est aujourd’hui mieux perçu par la mise au jour, sur le mur pignon du bras sud du transept, des vestiges de son décor peint. Ce décor est constitué de deux registres de quadrilobes composés de feuilles en amande, alternativement rouges et bleues, séparées par un bandeau portant des rubans plissés rouges rehaussés de jaune. Ce décor couvrant devait occuper tous les murs du dortoir. Il date vraisemblablement de la fin du xiiie ou du xive s.

7Par la suite, d’autres modifications affectèrent les murs de l’église comme le percement d’une baie dans le mur pignon sud du transept sans doute à la fin du Moyen Âge et différents aménagements liés à la reconstruction des bâtiments au xviiie s. et aux occupations des bâtiments du monastère aux xixe et xxe s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Lhermite, « Poitiers (Vienne). Abbaye Saint-Jean-de-Montierneuf ; 22, rue Guillaume VII le Troubadour », Archéologie médiévale, 42 | 2012, 252.

Référence électronique

Xavier Lhermite, « Poitiers (Vienne). Abbaye Saint-Jean-de-Montierneuf ; 22, rue Guillaume VII le Troubadour » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10989

Haut de page

Auteur

Xavier Lhermite

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Xavier Lhermite

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals