Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Sablonceaux (Charente-Maritime). Abbaye, cloître

Responsable d’opération : Fabrice Mandon
p. 258-260

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Texte intégral

1L’intervention était motivée par le projet de restituer les anciennes galeries du cloître de l’abbaye de Sablonceaux : reconnaissance des murs bahuts, mise au jour des niveaux de circulation d’origine. Le site avait déjà fait l’objet de travaux en 1999 (mise en place de réseaux et décaissements) qui avaient fortement perturbé la stratigraphie. Une opération de fouille de sauvetage urgent avait alors été réalisée, permettant le relevé de coupes et la localisation de certaines structures. L’intervention menée en 2011, qui concernait l’ensemble des galeries du cloître, a permis d’avoir une vision plus complète du site.

2L’abbaye est fondée en 1136 grâce à un don du duc d’Aquitaine et comte de Poitiers, Guillaume X. Geoffroy de Loroux, qui devient archevêque de Bordeaux la même année, est le premier abbé de cet établissement de chanoines réguliers (règle de saint Augustin). Une grande partie de l’église et des bâtiments conventuels remontent au xiie s. La guerre de Cent Ans et surtout les guerres de Religion ont affecté profondément le site. Plusieurs campagnes de restaurations se succèdent ensuite jusqu’à la veille de la Révolution. Au xixe s., une partie des bâtiments est détruite, notamment l’aile occidentale du cloître. L’abbaye est transformée en exploitation agricole avant de retrouver sa vocation religieuse en 1986.

3Le plan du cloître a pu être déterminé. En grande partie récupérées, les fondations des murs bahuts consistent en un simple blocage, large d’environ 1/1,2 m. En élévation, l’épaisseur des murs n’excédait pas les 0,80 m. Très réguliers, ils dessinent un carré de 22,6/22,7 m de côté et forment des galeries de 3,45/3,5 m de largeur. L’ensemble remonte au xiie s. et a été construit à travers une importante couche d’éclats de calcaire, conservée principalement à l’ouest. Ce niveau semble lié au chantier de l’abbatiale. Un fond de cabane lui est associé, recoupé par le mur bahut ouest. Il s’agit de l’occupation la plus ancienne du site. Des creusements présents à l’est peuvent également être associés au chantier (trous de poteau d’échafaudage). La couche de calcaire a pu servir de premier sol aux galeries.

4La principale découverte concerne la présence d’un lavabo dans l’angle SO, près de la porte du réfectoire, dont l’existence était pressentie depuis 1999. Il s’inscrivait à l’intérieur d’une structure carrée de 4,4 m de côté, dont les murs ont été presque intégralement récupérés. Le lavabo, bien que recoupé par plusieurs réseaux électriques, est mieux conservé. D’un diamètre de 3,8 m, il s’agit d’un bassin à gradins, dont les dalles ont été récupérées. Il était alimenté par une canalisation en pierre, dont une section a également été retrouvée dans l’embrasure de la porte reliant le cloître et l’aile occidentale (près des hypothétiques cuisines). Dans le courant du xive s., voire dès le xiiie s., une canalisation en plomb a été mise en place à l’intérieur de la précédente, remplie de sable. L’eau étant sous pression, une fontaine centrale a pu être installée à cette époque. Le lavabo a été détruit et comblé au xvie s. Il faut noter que les murs bahuts nord, est et sud ont été rapidement renforcés par au moins deux contreforts chacun (dès le xiiie-xive s. ?). Une reconstruction des murs bahuts est possible mais les reprises apparaissent très ponctuellement en raison de l’importance des démolitions du début du xixe s. Le mur oriental de l’aile ouest des bâtiments conventuels a été presque entièrement épierré au xixe s. Une porte peut être restituée à son extrémité sud. Dans cette zone, le niveau de circulation se situait à une altitude inférieure à celle du cloître. À l’extrémité nord, le premier niveau du bâtiment était légèrement enterré, résultant d’un décaissement du substrat rocheux postérieur à la construction. Il a été comblé au début du xixe, voire dès le xviiie s., avant la récupération des murs.

5Les sols des galeries étaient très ponctuellement conservés. Du premier sol ne subsistaient que 8 carreaux en place (12 cm de côté, à glaçure monochrome jaune ou verte). Ce type se retrouve dans le réfectoire, associé à des carreaux estampés, plutôt datables du xiiie s. Plusieurs carreaux décorés ont été trouvés dans le cloître, dans les remblais récents ou noyés dans le mortier du second sol. Il est difficile de dire si le premier carrelage a été mis en place dès le xiie s. puis restauré, ou s’il remonte entièrement au xiiie s. Il a été remplacé par un dallage régulier, partiellement conservé dans les angles SO et NO et dont le mortier de pose apparaissait dans l’ensemble des galeries, parfois directement sur le substrat naturel. Aucun élément mobilier permettant de le dater n’a été retrouvé. Il semble remonter aux phases de restauration des xviie et xviiie s.

6Le mauvais état de conservation des sols a permis d’établir la topographie funéraire des galeries, très simple puisque aucune tombe n’a été repérée dans les secteurs fouillés (soit environ ¾ de la surface totale). Les inhumations pouvaient être localisées exclusivement dans le cimetière et éventuellement l’église. Cette absence pourrait également s’expliquer par un regroupement des corps dans un caveau commun. Une cavité, de plus de 7 m de long et occupant toute la largeur de la galerie orientale, est en effet présente à hauteur de la sacristie et de la moitié nord de la salle capitulaire. Elle n’a pu qu’être partiellement sondée. Taillée dans le substrat rocheux, avec des négatifs pour d’éventuelles poutres transversales, il peut s’agir d’un caveau collectif.

Sablonceaux, abbaye, plan de l’angle sud-ouest du cloître.

Sablonceaux, abbaye, plan de l’angle sud-ouest du cloître.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Sablonceaux, abbaye, plan de l’angle sud-ouest du cloître.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11000/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Mandon, « Sablonceaux (Charente-Maritime). Abbaye, cloître »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 258-260.

Référence électronique

Fabrice Mandon, « Sablonceaux (Charente-Maritime). Abbaye, cloître » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 05 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11000

Haut de page

Auteur

Fabrice Mandon

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Fabrice Mandon

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals