Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Tours (Indre-et-Loire). Marmoutier

Responsable d’opération : Élisabeth Lorans
p. 264-266

Entrées d’index

Année de l'opération :

2011
Haut de page

Texte intégral

1Depuis 2006, les interventions portent principalement sur deux parties distinctes du site : d’une part, l’emprise de la dernière église abbatiale (zone 1), d’autre part, l’hôtellerie de l’abbaye dont le tiers occidental est encore en élévation tandis que les deux autres tiers, détruits au début du xixe s., sont maintenant presque intégralement accessibles à la fouille (zones 3 et 4).

2En zone 1, l’essentiel du travail a porté sur une partie de la nef des églises romane et gothique qui avait été partiellement fouillée par Charles Lelong dans les années 70. Quatorze sépultures en cercueil ont été mises au jour, toutes implantées à l’ouest d’une maçonnerie correspondant aux fondations d’un jubé construit en 1527. Il s’agissait d’inhumations d’hommes adultes, la plupart déposés tête à l’est et pied à l’ouest, une position qui apparaît au xviie s. pour les prêtres.

3Ces tombes ont été implantées dans la dernière église abbatiale, construite aux xiiie-xive s., à travers les niveaux de remblais déposés pour rehausser le sol de cette église par rapport à la précédente. L’enlèvement de ces niveaux a révélé le sol de carreaux de terre cuite de l’édifice roman ou le niveau de mortier sous-jacent là où les carreaux ont été récupérés. Une rampe d’accès avait été aménagée en cours de chantier et des traces d’ornières témoignent de l’utilisation de brouettes ou de petites charrettes pour apporter les éléments pondéreux.

4Dans l’ancienne hôtellerie, la campagne a consisté principalement en la fouille d’importants niveaux de remblais atteignant par endroit 90 cm d’épaisseur. Ces couches, initialement associées à la construction du bâtiment 2 de la fin du xiiie s., semblent finalement dater de la fin du xiie s. et donc être associées au bâtiment antérieur (bâtiment 4). Ces précisions ont permis de réviser la succession des bâtiments entre le haut Moyen Âge et le xviiie s.

5Les éléments les plus anciens sont un sol extérieur de cailloutis recouvrant des terres noires, et une série de trois marches visibles à l’est et réemployées dans un bâtiment quadrangulaire datant probablement du xie s., présentant une large porte à l’est et une petite porte au sud, précédées de marches (bâtiment 5). Ce bâtiment, dont la fonction reste hypothétique (aula des novices ?), est intégré à un édifice plus important construit à l’ouest à la fin du xiis. (bâtiment 4), qui pourrait être l’hôtellerie édifiée par l’abbé Hervé de Villepreux (1179-1189) et mentionnée dans la chronique des abbés de Marmoutier. À l’ouest du bâtiment 4, un édifice dont la partie occidentale subsiste en élévation (bâtiment 3) semble être construit à la même période. Cette datation repose sur peu d’arguments en l’absence de fouille et pourrait en conséquence être elle aussi rajeunie. Ainsi deux hypothèses peuvent être soutenues : d’une part, celle de la construction contemporaine de deux bâtiments distincts (3 et 4) réunis à la fin du xiiie s. en un seul (bâtiment 2) long d’une cinquantaine de mètres, hypothèse présentée antérieurement ; d’autre part, celle de la construction d’un bâtiment à la fin du xiie s. (bâtiment 4), qui aurait été agrandi à la fin du xiiie s. (bâtiment 2). Dans ce dernier cas, l’état identifié comme le bâtiment 3 serait à supprimer. Dans le courant du xviiie s., une aile est adjointe au NO du bâtiment 2.

6Au nord des bâtiments, la poursuite de la fouille des sépultures (au nombre de 20 au total) a permis de préciser la chronologie de la zone funéraire qui présente deux phases distinctes : un premier état du cimetière daterait de la fin du xiie s. (contemporain du bâtiment 4), suivi par une période d’interruption, sans doute brève, au moment de la construction d’une structure en matériaux légers. Après l’édification du bâtiment 2 (fin du xiiie s.), cet espace fut de nouveau utilisé à des fins funéraires, les tombes étant orientées parallèlement aux nouveaux murs, élément majeur dans la ­reconnaissance des deux phases d’inhumation.

7Enfin, le travail de master réalisé par H. Choplin à l’université de Tours a permis de préciser le tracé du paléochenal de la Loire qui traversait le monastère d’est en ouest ainsi que l’évolution des îles qui faisaient face à l’enclos au Moyen Âge et à l’époque moderne.

Tours, Marmoutier, plans de l’hôtellerie.

Tours, Marmoutier, plans de l’hôtellerie.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Tours, Marmoutier, plans de l’hôtellerie.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11015/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élisabeth Lorans, « Tours (Indre-et-Loire). Marmoutier », Archéologie médiévale, 42 | 2012, 264-266.

Référence électronique

Élisabeth Lorans, « Tours (Indre-et-Loire). Marmoutier » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11015

Haut de page

Auteur

Élisabeth Lorans

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Élisabeth Lorans

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals