Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 2. - Prospections

Normandie Basse et Haute (Calvados, Orne et Eure, Seine-Maritime). Études topographiques et architecturales d’abbayes cisterciennes normandes

Responsable d’opération : Jean-Baptiste Vincent
p. 267-270

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Texte intégral

1La Normandie possède vingt-quatre abbayes cisterciennes médiévales qui ont façonné le paysage les environnant tant par l’implantation des bâtiments que par l’exploitation des ressources naturelles utiles à leur économie. Dans le cadre d’une thèse portant sur ces monastères, une méthodologie d’étude a été définie. Ces sites, riches en infrastructures diverses, sont replacés en contexte d’utilisation en tentant de dégager une chronologie. Leur état de conservation (les sites sont en général très ruinés) est très variable d’une abbaye à l’autre. Des lieux majeurs font tout de même référence en termes de vestiges architecturaux, ainsi l’abbaye de Bonport (commune de Pont-de-l’Arche, Eure), celle de Fontaine-Guérard (commune de Radepont, Eure), ou celle de Mortemer (commune de Lisors, Eure).

2Des monographies ou des études monumentales ciblées nous renseignent sur l’histoire et l’architecture de ces établissements; néanmoins, se borner à étudier les sites en fonction des vestiges conservés exclut plus de la moitié des abbayes cisterciennes normandes. L’intérêt est donc de mettre en exergue des éléments révélateurs qui apportent des données exploitables et qui soient transposables d’un site à l’autre. Certains aménagements du paysage sont nécessaires à l’implantation d’édifices monastiques. La topographie, l’hydrographie, l’hydraulique, le bâti, l’aspect symbolique interfèrent pour intensifier la transformation d’un pôle en fonction des difficultés rencontrées sur le terrain. De nouvelles techniques d’investigation, permettant de croiser un grand nombre de données prospectives, rendent plus aisée l’interprétation et autorisent à formuler des hypothèses de restitution. Chaque anomalie de surface est identifiée par un relevé topographique et microtopographique et le sous-sol est documenté par la prospection géophysique (électrique ou radar). La cartographie des résultats donne une vue d’ensemble du site sur plusieurs hectares, ce qui en facilite la lecture. L’une des grandes difficultés reste l’établissement de la chronologie.

3Ces abbayes, fondées entre la première moitié du xiie s. et le début du xive s., ont été occupées de manière presque continue jusqu’à nos jours. Après la Révolution française, lorsque l’abbaye n’était pas rachetée par un carrier, le site a pu être en partie sauvé, soit à des fins agricoles (les vastes bâtiments servant au stockage), soit par des industriels qui ont pris conscience du potentiel conjugué des grandes superficies bâties et de l’existence de réseaux hydrographiques déjà maitrisés. Dans ce dernier cas, une transformation en profondeur du paysage a eu lieu réduisant les possibilités de lecture des aménagements anciens.

4Par ailleurs, ces monastères conservent un potentiel bâti non négligeable. L’intérêt est de pouvoir interpoler les données ­architecturales entre les sites, permettant ainsi de déterminer les infrastructures récurrentes et nécessaires à la vie claustrale. Leur mise en relation définit un plan monastique qui doit être pensé comme un ensemble cohérent sur un territoire donné. La collecte de ces informations organisées en source cartographique vise à mettre en relation toutes les données du terrain permettant par cette vue d’ensemble des hypothèses de restitution du monastère étudié.

5Dans la continuité de l’année 2010, des prospections thématiques ont été réalisées sur trois sites : l’abbaye d’Aunay, celle des Clairets et celle de Bival, ainsi qu’une campagne de fouille programmée réalisée à l’abbaye de Mortemer.

Aunay-sur-Odon (Calvados). L’abbaye Notre-Dame d’Aunay

6L’abbaye Notre-Dame d’Aunay, d’obédience savigniacienne, est implantée dans une large vallée où serpente l’Odon. Elle est fondée en 1131 par une charte d’Henri Ier Beauclerc confirmant les biens donnés par Jourdain de Say, seigneur d’Aunay. Richard du Hommet, connétable du roi, augmenta les possessions de l’abbaye permettant le transfert de la communauté, une vingtaine d’années plus tard, dans une plaine alluviale étroite de 150 m de large en moyenne, encadrée au nord par un versant abrupt et au sud longée par la rivière. Sur le versant sud de la vallée, au lieu-dit Sous-le-Bosq, une ferme où des bâtiments médiévaux subsistent pourrait être le lieu d’implantation d’origine.

7Le mur d’enceinte, long de 1,4 km, délimite l’abbaye d’une superficie de 6,6 ha, avec une emprise au sol des bâtiments conventuels de 6 000 m2. Le relief du vallon se compose d’un versant nord assez court et abrupt avec un dénivelé d’environ 25 m sur une distance de 250 m ; la plaine alluviale où s’élèvent les bâtiments conventuels ne dépasse pas 130 m de large entre le bas de pente et la rivière. Le versant sud se trouve beaucoup plus ouvert avec un dénivelé plus important de 250 m sur 1,7 km. Le relevé topo­graphique a permis de réaliser le plan des bâtiments modernes intégrés dans le paysage et celui du complexe hydrographique et hydraulique qui a évolué dans le temps, mais dont les anciens réseaux sont toujours actuellement utilisés.

8Les rares vestiges médiévaux (pour l’essentiel l’abbatiale) sont un pilier du transept nord, un début de collatéral et le pignon du transept sud jointif avec l’aile des moines. La superposition des données hydrauliques et architecturales, essentiellement modernes, permet de restituer une image de l’abbaye au Moyen Âge. Le site a été à plusieurs reprises restructuré, surtout au xviie-xviiie s., lorsque les bâtiments conventuels ont été réaménagés voire réédifiés. Mais il est tout à fait possible que les édifices médiévaux aient disparu derrière un chemisage moderne, la reconstruction étant destinée à répondre aux nouveaux besoins, mais aussi à adopter les nouveaux canons architecturaux. L’abbaye d’Aunay conserve donc son aile des moines (actuellement, au rez-de-chaussée, une porcherie) et l’aile des convers qui correspondrait à un bâtiment médiéval réaménagé. Sous les édifices, et plus généralement sur le site, le réseau hydraulique est complexe à cause d’un enchevêtrement de canalisations installées à partir de la période médiévale jusqu’à nos jours. À l’époque contemporaine, les anciennes structures ont été utilisées tout en installant de nouveaux systèmes. En effet, l’Odon en amont de l’abbaye se divise artificiellement en deux bras avec, d’une part, son lit naturel très encaissé, facilitant une implantation à ses abords, puis, d’autre part, un bras forcé canalisé, servant de collecteur afin de récupérer les eaux usées des canalisations secondaires. Leur exploration a permis d’établir leur chronologie relative.

9Le relevé étendu à l’extérieur du mur de clôture a révélé un vaste réseau hydrographique constitué de plusieurs successions d’étangs en chapelet. La destruction récente de leurs digues a conduit à accélérer le processus de relevé afin de garder une trace de manière préventive. Les 40 ha explorés ont d’abord révélé la présence de trois étangs successifs, séparés par deux digues en amont de l’abbaye, alimentés en continu par l’Odon ; puis, dans un vallon perpendiculaire au talweg principal où les digues ont elles aussi été arasées récemment, celle de deux étangs. Au minimum cinq plans d’eau artificiels ont été réalisés par endiguement d’un relief naturel en forme de cuvette.

10Malgré la destruction des digues, un système bâti est toujours en élévation dans un des prés en amont de l’abbaye : il s’agit de deux murs longeant la rivière sur environ 2,5 m de haut, utilisés à la construction d’un barrage. Des rainures devaient maintenir une série de planches tenues par des poutres visibles par des négatifs. Cette structure est construite dans le but de réguler le niveau de l’étang ainsi que le débit d’eau en aval.

11L’abbaye d’Aunay-sur-Odon révèle encore aujourd’hui des données sur l’implantation monastique. La difficulté réside essentiellement dans la possibilité de dater ou de définir la période d’utilisation des différents aménagements hydrauliques, hydrographiques et fossoyés.

Relevé topographique de l’abbaye d’Aunay-sur-Odon (Calvados).

Relevé topographique de l’abbaye d’Aunay-sur-Odon (Calvados).

Mâle (Orne). L’abbaye des Clairets

12À 6 km au SO de la ville de Nogent-le-Rotrou, au fond d’un vallon étroit, l’abbaye féminine des Clairets est installée le long de la rive gauche de la Jambette, frontière administrative entre les départements de l’Orne et de l’Eure-et-Loir. Fondée entre 1202 et 1204, sa construction a été impulsée par des seigneurs locaux : le comte du Perche et sa femme Mathilde de Brunswich, puis leur fils Thomas. La consécration de l’abbatiale a lieu à partir de 1218, date à laquelle Guillaume Rotrou, comte du Perche et évêque de Châlons-sur-Marne, décore l’église, tout en confortant leur temporel.

13L’aspect de l’abbaye a beaucoup évolué jusqu’à la destruction totale des bâtiments conventuels après la Révolution française. De plus, le site a été fortement aménagé au xixe s. : il a été transformé en un vaste parc botanique, avec la création d’une motte centrale, maintenue par un mur révélant des arcs formerets retombant sur des culots, qui serait le vestige d’un bâtiment indéterminé du carré claustral. D’abord concentré à l’intérieur du mur d’enceinte conservé sur 1 433 m de long englobant 11 ha, le relevé topo­graphique réalisé en février 2011 a permis de cartographier précisément le relief, l’hydrographie ainsi que les bâtiments.

14La vallée de la Jambette est très étroite avec une largeur, au sommet, de 420 m, et à la base d’une trentaine de mètres avec un dénivelé moyen de 27 m. Selon des plans anciens, les vestiges emmottés et la prospection géophysique réalisée sur le secteur, les bâtiments conventuels se trouvent en fond du vallon, au bord de la rive gauche de la rivière, excentrés au NE de la propriété. Il est toutefois très difficile de restituer un plan médiéval assuré du monastère. Seules les orientations sont déterminables grâce à un plan de l’époque moderne, les ajouts hypothétiques et la fonction des bâtiments ne peuvent être déterminés de façon fiable. Au sud des bâtiments conventuels, l’entrée principale actuelle correspond certainement à la porterie médiévale. Un bâtiment ancien en continuité avec le mur de clôture conserve quelques vestiges architectoniques pouvant correspondre à une fonction de grange. La localisation de ces deux pôles permet de mieux appréhender les terrassements qui ont été nécessaires à l’implantation des infrastructures monastiques.

15Pour la période médiévale, deux plateformes ont été utiles : la première, au fond du vallon, en bord de rivière, a servi à asseoir les bâtiments conventuels. Sa lisibilité est médiocre du fait de l’aménagement post-révolutionnaire en parc qui l’a transformée en pente douce. La seconde, plus en hauteur, est en relation avec la porterie et des bâtiments modernes (colombier et manoir qui servait à loger les chapelains). La terrasse qui surplombe de 12 m la rivière se trouve en parallèle de la précédente. Enfin, sur le flanc du versant NO, une série de creusements seraient à mettre en relation avec des carrières (correspondant à une zone géologique appelée grèzes, heads, éboulis) dont les matériaux peuvent entrer dans la composition du mortier. Néanmoins, on ne peut proposer de chronologie d’exploitation, seuls des prélèvements de mortier dans les différents types de maçonneries pourraient apporter des indications.

16L’abbaye des Clairets possède un réseau hydrographique important. La prospection pédestre a permis de repérer des digues en amont de l’abbaye mais aussi en aval, justifiant l’extension du relevé topographique hors des murs de clôture. Faute de temps, seule l’étude en amont, mettant en évidence deux étangs, a été réalisée. Le premier, de petite taille (1,6 ha), vient en butée contre une digue barrage qui, du côté abbaye, est maintenue par un mur de soutènement servant aussi de clôture. Au-dessus se trouve la route D137. À l’extrémité sud, une digue (longue de 165 m, large de 27 m et haute de 4 m) retenait un plan d’eau d’une dizaine d’hectares. Pour la partie aval, on peut estimer un minimum de deux étangs grâce à la présence de deux digues. Tous ces étangs sont alimentés en flux continu par la Jambette qui, une fois à l’intérieur de l’abbaye, dessine des ondulations certainement réalisées lors de l’aménagement du site en parc. La rivière devait suivre le bas de pente du versant est, en s’enfonçant dans un lit encaissé à l’approche des bâtiments conventuels où, selon un plan de 1669, un bâtiment l’enjamberait.

Nesle-Hodeng (Seine-Maritime). L’abbaye de Bival

17À 8 km au SE de Neufchâtel-en-Bray, l’abbaye féminine de Bival se dresse dans l’isolement le plus total. De filiation savigniacienne dépendant de l’abbaye de Beaubec, elle est fondée entre 1128 et 1144 par Hugues IV de Gournay. Le petit couvent a été mis sous la protection de Mathilde l’Emperesse qui a contribué à augmenter ses privilèges. Un conflit entre les religieuses et la maison de Beaubec permit à l’abbaye d’être placée sous la direction de l’archevêque de Rouen en 1175.

18L’abbaye est implantée sur un petit promontoire d’un vallon perpendiculaire à la vallée de la Béthune. Placé sur le versant NO, le site est de petite taille et conserve peu de vestiges médiévaux. Des photographies de l’intérieur de l’enceinte témoignent de l’existence d’un bâtiment médiéval de type grange, rasé depuis quelques décennies. Le bâtiment principal, en forme de L, est construit exclusivement en brique et silex. Sa construction, certainement comprise entre le xviie et le xviiie s., correspond à une période de restructuration de l’abbaye, dont le plan d’origine est modifié en profondeur. Des vestiges médiévaux sont très précisément localisés dans un seul endroit du site. Sur le gouttereau extérieur de l’aile nord, est conservé un contrefort en moyen appareil avec le piédroit d’une porte. La configuration topographique du site ne permettant pas une extension vers le nord, cette porte appartient de fait au bâtiment le plus septentrional du plan monastique. De plus, l’orientation de l’édifice semble E-O, identifiant ainsi l’abbatiale. À l’angle NE de l’aile est de l’édifice moderne, un second piédroit de porte laisse supposer une ouverture qui se situerait dans le collatéral sud, ce qui implique que l’aile est du bâtiment actuel pourrait être celui des converses. L’ancien monastère se trouve donc rejeté vers l’extérieur de la clôture actuelle, mais serait en relation avec une plateforme pouvant largement contenir le carré claustral. Une cave, datée des environs du xive s. et localisée sous l’hypothétique aile des converses, tend à confirmer cette hypothèse.

19Les vestiges d’un mur de clôture permettent d’appréhender en partie l’espace de l’enclos sans pour autant en avoir la superficie exacte; il est estimé à 3 ha environ avec, au centre, les bâtiments conventuels disparus. L’originalité du monastère réside dans l’absence de réseau hydrographique, celui-ci a pu exister au Moyen Âge mais n’a laissé aucune trace dans l’environnement du site. Bival s’avère être la seule abbaye cistercienne de Normandie où l’approvisionnement en eau se ferait uniquement par l’usage d’un puits.

Lisors (Eure). L’abbaye de Mortemer

20En forêt de Lyons, les ruines de la première fondation cistercienne de Normandie apparaissent au fond d’une vallée étroite. Implantée en 1134 puis rattachée à Cîteaux par l’abbaye d’Ourscamp en 1137, l’abbaye de Mortemer possède de nombreux vestiges architecturaux, hydrauliques, hydrographiques, topographiques, permettant de restituer le monastère et son évolution. La confrontation des données de terrain et des sources archivistiques a mis en évidence la présence d’un bâtiment situé à la perpendiculaire de l’aile des moines. La prospection géophysique réalisée avec un conductivimètre a précisé la localisation des infrastructures. Les sources du xviie s. mentionnent une infirmerie avec un pignon tourné vers l’étang, ce qui peut indiquer la fonction du bâtiment trouvé, une mention dans le cartulaire place sa construction entre 1138 et 1154.

21En France, il reste peu d’infirmeries cisterciennes en élévation, la plus connue étant celle de l’abbaye d’Ourscamp (Oise). C’est pourquoi les sondages archéologiques réalisés à l’abbaye de Mortemer dépassent la simple monographie. Ils participent à une problématique cohérente appliquée à un ensemble de sites normands, mais applicable à d’autres monastères cisterciens en fonction de leur organisation spatiale. Pour cette raison, une fouille programmée de trois semaines a été réalisée en août-septembre 2011, afin de mettre en évidence le plan de l’édifice mais aussi de comprendre la connexion avec l’aile des moines.

22Des éléments architectoniques trouvés sur la partie est de l’aile des moines ont révélé la présence d’un pignon. La façade correspond à la salle de travail réputée posséder une grande luminosité. À Mortemer, de grandes baies à remplage gothique, insérées à chaque travée (sauf les deux dernières) sur toute la longueur de la pièce, assurent cet éclairage. Un bâtiment se greffait sur cette partie démunie de baie, englobant le système de porte. Les premiers sondages ont été placés autour de ce complexe, afin de connaître le raccord entre l’infirmerie et l’aile des moines, ainsi que la direction des murs gouttereaux afin d’implanter les sondages suivants. À ce jour, aucune connexion n’a pu être mise en évidence entre les deux édifices. Une structure affleurante pouvant être assimilée à un gouttereau au regard de sa localisation s’est avérée être un mur de clôture moderne, de même facture que d’autres encore en élévation sur le site. Dans le prolongement de la façade est de l’aile des moines, après le pignon de la salle marqué par la fin de la salle de travail, la suite du mur a été retrouvée. Des structures perpendiculaires pourraient correspondre au bâtiment recherché. Enfin, un sondage a été implanté au pied de la façade de la salle de travail, délimité au nord par le piédroit de la dernière baie, puis au sud au milieu de la travée aveugle, et centré en fonction d’une trace d’arrachement. On observe une stratigraphie dense. Parmi les faits archéologiques, un dépotoir de la fin du xvie-début du xviie s. a été mis au jour dans une épaisse couche cendreuse. De nombreux lots céramiques ont été découverts avec quelques pots archéologiquement complets à pâte blanche : pichet-cruche, chauffe-plat glaçuré vert, forme ouverte glaçurée avec système de préhension. On retrouve aussi en grande quantité du grès du Beauvaisis et du Domfrontais utilisés pour des pichets, pots à onguent, bouteilles, etc. Le mobilier métallique est aussi représenté avec des monnaies, dont une frappée sous le règne d’Henri IV, du mobilier en bronze (fermoirs et attaches de livres anciens gravés, tête de clou décorée, poignée de porte, etc.) L’arrêt de la fouille dans ce secteur est liée à la mise au jour d’un niveau de sol sur lequel se trouvait le dépotoir. Il est très probable que la profondeur d’investigation réduite n’a pas permis de retrouver le mur gouttereau de l’infirmerie qui s’appuierait contre le contrefort (comme à l’abbaye de Fontaine-Guérard ou à l’abbaye de Bonport). De plus, le niveau d’occupation supportant le dépotoir est chronologiquement postérieur à la phase de destruction du bâtiment.

23Une deuxième série de sondages, très pauvres en mobilier, a permis la mise au jour de l’infirmerie. Il s’agit d’un bâtiment rectangulaire de 33 m de long et de 13 m de large divisé en deux par un mur de refend. Le pignon, large de 1,10 m, est construit avec un parement en moyen appareil calcaire chanfreiné. La découverte de cet édifice permet d’entrevoir de belles perspectives de recherche quant à la disposition interne du bâtiment.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Relevé topographique de l’abbaye d’Aunay-sur-Odon (Calvados).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11018/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Baptiste Vincent, « Normandie Basse et Haute (Calvados, Orne et Eure, Seine-Maritime). Études topographiques et architecturales d’abbayes cisterciennes normandes »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 267-270.

Référence électronique

Jean-Baptiste Vincent, « Normandie Basse et Haute (Calvados, Orne et Eure, Seine-Maritime). Études topographiques et architecturales d’abbayes cisterciennes normandes » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 04 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11018

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Vincent

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Baptiste Vincent

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals