Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 3. – Projets collectifs de recherche

Franche-Comté et Champagne. PCR Les granges cisterciennes en Franche-Comté et en Champagne. Réseaux, territoires et environnement

Responsable d’opération : Nathalie Bonvalot
p. 271-272

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Texte intégral

1À la suite du programme de prospection thématique conduit en Franche-Comté (1998 à 2006) sur les granges cisterciennes des treize abbayes masculines de la région, programme centré sur la constitution d’un corpus archéologique, complété par des opérations de terrain (relevés, sondages, étude de bâti…) conduites sur des sites ciblés, il est apparu nécessaire de poursuivre et d’amplifier les recherches, dans le cadre d’un projet collectif de recherche.

2Engagé en 2007, le nouveau programme s’est élargi à la Champagne où des inventaires avaient été entrepris sur plusieurs abbayes (Clairvaux, Morimond, Auberive…). Il permettait de fédérer les recherches autour d’un projet commun, de donner une cohérence à ces diverses approches et d’acquérir de nouvelles données dans des contextes géographiques et historiques variés.

3Le programme du PCR s’articule autour de trois grands axes :

4Axe 1 : Réseaux et systèmes territoriaux. Il s’agit, au sein d’un vaste territoire prenant en compte six abbayes fondées dans l’actuel département de la Haute-Saône : Clairefontaine, Cherlieu, Theuley, Bellevaux, La Charité et Bithaine, d’analyser l’inter­relation entre des sites formant réseaux, comme les granges cisterciennes, d’étudier leur développement et de mettre en lumière les formes d’occupation du sol. L’objectif est aussi d’appréhender l’insertion de ces réseaux dans le maillage territorial.

5Axe 2 : Topographie, structures et architecture des établissements ruraux cisterciens. Cet axe, nourri des acquis du programme précédent (prospections pédestres et aériennes, sondages archéologiques…) et des données de l’axe 3 développé en Champagne, s’est enrichi également par une nouvelle opération programmée, greffée sur le PCR, qui avait pour but l’étude d’un cellier viticole, type d’établissement encore mal documenté en Franche-Comté. Le site sélectionné est situé à Gizia dans le sud du Jura. Implanté à la fin du xiie s. par l’abbaye du Miroir, le cellier de Montferrand, bien que remanié au fil du temps, puis ruiné au début du xxe s., présente un bon potentiel archéologique pour engager une approche pluridisciplinaire.

6Axe 3 : Les granges cisterciennes en Champagne (sous la responsabilité de Benoît Rouzeau). À partir d’une démarche systématique, à l’instar de la Franche-Comté, ce dernier volet a pour but d’élaborer, à l’aide de dépouillements en archives, de l’examen des cadastres et d’enquêtes de terrain, un corpus des granges.

7Au terme de cinq années de fonctionnement (2007-2011) les recherches ont globalement alimenté les trois axes du PCR.

8Axe 1 : Une approche comparative des réseaux de granges des six abbayes a été réalisée. Elle a permis de caractériser, spatialement, fonctionnellement et chronologiquement dans une séquence temporelle réduite (xiie-xiiie s.) ces différents réseaux. Ce travail s’est appuyé sur la cartographie pour formaliser des données variées qui combinent l’ensemble des connaissances issues des sources documentaires et archéologiques.

9Axe 2 : Les campagnes menées de 2007 à 2010 à Gizia (plan topographique, relevés des élévations, sondages à l’intérieur et aux abords du bâtiment) ont confirmé l’intérêt du site. L’analyse des élévations subsistantes, à l’appui des études de matériaux (pierres, mortiers, enduits), a permis de bien circonscrire les parties médiévales et de proposer un plan du cellier. L’édifice primitif est un bâtiment de 19,75 m x 8,75 m orienté N-S et dont les murs gouttereaux sont épaulés par des contreforts. Le rez-de-chaussée à usage de cuverie et cave est composé d’une voûte en berceau sur doubleau et éclairé par des baies à ébrasement intérieur de style roman qui prennent jour entre les contreforts. L’étage (détruit) devait être dévolu aux parties résidentielles, ce que confirme la découverte, dans les remblais de la voûte effondrée, d’un petit lot de carreaux de terre cuite. Parmi eux, deux carreaux glaçurés bicolores incomplets ornés d’un fleuron à six pétales ont été calés chronologiquement – vers 1300 ou peu avant – par comparaison avec des sites castraux connus.

10Les sources textuelles nous éclairent sur la période de construction du cellier. En 1150, dans la confirmation des biens de l’abbaye du Miroir, il n’est question que d’une grange. La première mention explicite d’un cellier n’apparaît qu’en 1177 dans une bulle du pape d’Alexandre III : « ... le cellier qui est situé à Gizia, les vignes, les arbres et les terres… ».

11Si la priorité a été donnée aux parties médiévales, les adjonctions et aménagements post-médiévaux et contemporains, dans la mesure où ils participent à la compréhension de l’évolution du bâti, ont également fait l’objet de relevés (nombreux remploi d’éléments architecturaux dans les parties modernes) et de recherches documentaires.

12Axe 3 : Onze abbayes ont été inventoriées en Champagne méridionale (Haute-Marne et Aube pour l’essentiel), neuf abbayes masculines et deux abbayes féminines. Les recherches ont permis de constituer un corpus de 144 granges. Parmi les 115 granges qui ont pu être prospectées, une dizaine seulement sont restées sans localisation précise. Sur l’ensemble du corpus, seuls 24 sites ont révélé des vestiges médiévaux. De nombreux établissements ont été reconstruits au xviiie s. Au total ce sont donc onze nouvelles abbayes, avec les treize abbayes franc-comtoises, qui viennent alimenter le corpus des granges cisterciennes dans l’Est de la France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Bonvalot, « Franche-Comté et Champagne. PCR Les granges cisterciennes en Franche-Comté et en Champagne. Réseaux, territoires et environnement »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 271-272.

Référence électronique

Nathalie Bonvalot, « Franche-Comté et Champagne. PCR Les granges cisterciennes en Franche-Comté et en Champagne. Réseaux, territoires et environnement » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 09 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11021

Haut de page

Responsable d’opération

Nathalie Bonvalot

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals