Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Chronique des fouilles médiévales...II. - Constructions et habitats e...II 3. – Projets collectifs de rec...Lagrasse (Aude). Abbaye Sainte-Marie

Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 3. – Projets collectifs de recherche

Lagrasse (Aude). Abbaye Sainte-Marie

Responsable d’opération : Nelly Pousthomis-Dalle
p. 272-273

Entrées d’index

Année de l'opération :

2011
Haut de page

Texte intégral

1Le PCR sur l’abbaye de Lagrasse, étudiée sous ses aspects historiques, architecturaux et archéologiques, qui rassemble des chercheurs permanents et associés des universités de Provence, Montpellier 3 et Toulouse 2, a débuté en 2007 et s’achève en 2011, année complémentaire au programme triennal (2008-2010) qui a fait l’objet d’un rapport de synthèse en 2010.

2Outre une mise au point sur les informations contenues dans les archives d’époque moderne, la numérisation par photographie d’une partie du fonds de Philippe de Lévis (AD Ariège) et de registres notariés de Lagrasse des xve-xvie s. (AD Aude) a permis une exploration de ces documents qui ne livrent pas, à première vue, de grandes nouveautés sur les phases de construction ou de remaniements du monastère. Comme les années précédentes, l’équipe a assuré un accompagnement archéologique des travaux réalisés dans le cadre de la restauration au titre des Monuments historiques ou de l’aménagement des locaux de l’abbaye : réfection du pavage des galeries du cloître, qui a mis au jour une structure bâtie en briques (une chapelle ?) dans l’angle NE et a permis un sondage exploratoire dans la galerie sud ; décaissement dans la « cour sud » dite aussi « des écuries » ; aménagement de locaux techniques pour le personnel d’accueil, au nord de la cage de l’escalier Auger de Cogenx. L’élaboration d’un référentiel local des mortiers et des enduits a été amorcée avec la collaboration de B. Palazzo-Bertholon (CESCM, Poitiers). Des compléments ont été apportés à l’étude du bâti, en particulier dans le palais abbatial et sur le mur nord de l’hôtellerie, seul vestige de ce bâtiment représenté sur la vue scénographique de 1687. Des relevés complémentaires ont été effectués, selon le protocole établi dès les débuts du PCR : levés topographiques, relevés pierre à pierre pour compléter la typologie des ouvertures et des appareils. L’équipe a souhaité s’appuyer sur une modélisation en 3D de l’ensemble le plus complexe de l’abbaye, le secteur ouest du palais abbatial, afin de disposer d’un support de réflexion et de simulations pour le phasage. Une campagne de 38 prélèvements pour analyse et datation dendrologiques a été réalisée par Frédéric Guibal (IMBE-UMR 7263 CNRS, Université d’Aix-Marseille), dont une dizaine ont pu être datés, et semblent témoigner de remplois.

3Les informations collectées lors des suivis de travaux dans le cloître confirment l’existence de nombreux vestiges médiévaux sous l’enveloppe mauriste qui a succédé au cloître reconstruit au début du xive s., encore visible sur la scénographie de 1687. En effet, il semble qu’il faille envisager la conservation à l’intérieur du cloître actuel d’un schéma d’organisation qui pourrait remonter au xiie s.

4Des sondages ont été réalisés dans les deux bras de transept, la sacristie et la cour de la sacristie, à des fins d’observation de la nature et du degré de conservation des niveaux d’occupation et des vestiges bâtis antérieurs aux constructions actuelles (xe-xiiie s.). Dans les chapelles nord, le nettoyage de sondages anciens, peu lisibles et non documentés, a permis de retrouver les niveaux de sols et les chronologies relatives utiles à la compréhension des phases d’occupation et de construction de cet espace. Les autres sondages ont livré au moins trois séquences d’occupation du haut Moyen âge : dans le bras nord du transept, les traces de rubéfaction d’un sol de chaux ont été datées 660-780 (Cal BP 1290 to 1170), donc avant ou juste au moment de la fondation du monastère; le remplissage de trous de poteau, mis au jour dans une tranchée pratiquée dans le sol de la sacristie et que les limites du sondage ne permettent pas d’interpréter, a été daté par 14C entre l’extrême fin du viiie et le dernier tiers du xe s., donc dans les débuts du monastère; de grands massifs solidement bâtis ont été observés à la jonction entre l’absidiole nord et la travée de transept, contre la tour préromane, dans la chapelle centrale et le vaisseau du bras sud du transept, et enfin, dans la cour de la sacristie, où un massif maçonné, dont un côté affecte un tracé curviligne, pourrait s’étendre vers l’ouest, dans l’aire du cloître et sous la nef de l’église. Des prospections électriques (A. Camus, ULR Valor et V. Mathé, UMR 7266 LIENSs, Université de La Rochelle – CNRS) ont révélé une anomalie dans le quart SE du préau, du côté de l’église, qui pourrait s’y rapporter. Un sondage manuel y a livré un vestige bâti antérieur à l’époque romane. Ainsi, ces vestiges imposants témoignent d’un état architectural antérieur au xie s., caractérisé par des semelles puissantes, construites en blocage, ayant probablement servi d’appui à des constructions massives dont l’extension et l’organisation spatiale restent inconnues. La faible épaisseur des sédiments et l’existence de puissantes maçonneries semblent avoir limité la pratique d’inhumations, du moins dans les limites des sondages. Hormis une sépulture dans l’absidiole centrale du bras nord du transept, située entre 1450 et 1630, et celles découvertes en 2010 dans la partie orientale de la cour de la sacristie, dont une a été datée du xive s., les sondages n’ont pas rencontré d’inhumations.

5Les différentes opérations conduites dans le cadre du PCR depuis 2008 mettent en évidence la cohérence globale en termes d’altimétrie des différents niveaux archéologiques. Il faut souligner la conservation, sous les recharges tardives et souvent peu épaisses, des niveaux anciens d’occupation, y compris alto-médiévaux, concentrés sur une épaisseur faible (de l’ordre de 0,20 à 0,30 m) à la surface du substrat. Cette observation incite à porter toute l’attention nécessaire, au préalable, lors de la formulation des projets concernant l’église et le transept.

6Les observations complémentaires ont révélé d’importantes modifications de la partie médiane du palais, dans un laps de temps relativement court (entre une phase « romane » de la « tour » située au milieu de l’aile nord et les travaux attribués à Auger de Cogenx (1279-1309), avec la découverte d’une grande arcade de tracé brisé ouverte entre cette tour et le bâtiment voisin, côté ouest ; la réorganisation du palais abbatial autour de la cour dite du palais vieux et du petit patio à l’initiative de l’abbé Auger est également confirmée. L’antériorité du groupe de bâtiments élevés au NO et sa formation par agglutination progressive sont désormais assurées. Les caractères turriforme et crénelé d’un corps de bâtiment situé au NO posent la question de la ou des destinations de ces espaces dans leur état primitif, puis lors de sa surélévation d’un étage très largement ouvert, probablement par des baies garnies de remplages, enfin lorsque ces niveaux supérieurs sont rendus indépendants du reste du palais abbatial. Il s’agit de constructions peu accessibles et mal datées qui devront faire l’objet d’une grande attention lors d’éventuels projets de travaux.

7La synthèse des résultats acquis au cours du PCR doit faire l’objet d’une restitution au public qui prendra la double forme de communications orales lors de journées d’études, prévues à l’automne 2012 et d’un publication de leurs actes en 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nelly Pousthomis-Dalle, « Lagrasse (Aude). Abbaye Sainte-Marie »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 272-273.

Référence électronique

Nelly Pousthomis-Dalle, « Lagrasse (Aude). Abbaye Sainte-Marie » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 27 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11024 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.11024

Haut de page

Auteur

Nelly Pousthomis-Dalle

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nelly Pousthomis-Dalle

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search