Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
III. - Constructions et habitat fortifiés
III 1. — Opérations de terrain

Apchon (Cantal). Château d’Apchon

Responsable d’opération : Damien Martinez
p. 277

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Texte intégral

1Apchon se situe au NO du département du Cantal, à quelques kilomètres de Riom-ès-Montagne. Le château, installé sur une table basaltique culminant à 1 119 m d’altitude, domine le village et les gorges alentours. La plateforme sommitale portant les vestiges a vraisemblablement été remodelée afin de permettre l’installation de la forteresse médiévale. Le château d’Apchon, qui existe au moins dès le xie s., appartenait à l’une des familles les plus prestigieuses et les plus influentes d’Auvergne durant le Moyen Âge. Au xve s., il se composait de cinq tours reliées par des courtines, de deux corps de logis perpendiculaires se prolongeant à une de leurs extrémités par une tour engagée, d’une grange et d’une écurie. L’enceinte enserrait la totalité du pourtour de l’éperon.

2Les sondages réalisés sur le château ont été motivés par le projet de consolidation des ruines de la plateforme sommitale. Des observations archéologiques des élévations et de sondages sédimentaires ont été effectués.

3Cette étude avait pour but de répondre principalement à deux interrogations. La première concernait les conditions d’accès au château depuis l’ouest. Une hypothèse ancienne plaçait en effet l’entrée cavalière au niveau de la tour ouest – ce qui apparaît toutefois difficile à soutenir au vu de la topographie du flanc ouest de l’éperon. Il semble plus raisonnable d’envisager de placer l’entrée principale du château au niveau du rempart reliant cette tour à la tour prolongeant le corps de logis nord.

4La seconde interrogation concernait l’extension des corps de logis formant équerre au NE. Le plan du vaste bâtiment flanqué contre la muraille orientale a pu être restitué. Sa façade ouest vient s’appuyer contre le logis nord et lui est donc postérieure, mais elle résulte peut-être d’une reconstruction d’une partie du bâtiment. Un niveau de cour extérieure ainsi qu’un niveau de sol appartenant au logis oriental ont été observés.

5La plateforme sommitale mériterait d’être explorée plus largement dans le but d’asseoir de façon satisfaisante la chronologie des vestiges qui demeure fragile faute de critères de datation objectifs.

Apchon, château d’Apchon.

Apchon, château d’Apchon.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Apchon, château d’Apchon.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11033/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Damien Martinez, « Apchon (Cantal). Château d’Apchon »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 277.

Référence électronique

Damien Martinez, « Apchon (Cantal). Château d’Apchon » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 02 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11033

Haut de page

Auteur

Damien Martinez

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Damien Martinez

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals