Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
III. - Constructions et habitat fortifiés
III 1. — Opérations de terrain

Auzat (Ariège). Château de Montréal-de-Sos

Responsable d’opération : Florence Guillot
p. 278-279

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://www.lebarri.com/montreal.php

Texte intégral

1La fortification de Montréal-de-Sos est située sur un promontoire rocheux calcaire. Cet ouvrage situé à l’amont des zones habitées, dans un espace limitrophe des vallées andorranes et catalanes, forme – avec trois ou quatre autres castra – le cœur d’un ensemble défensif stratégique imposant ; c’est un ouvrage majeur au xiiie s. L’éperon de Montréal-de-Sos comporte deux parties distinctes, étagées, qui pourraient correspondre à une portion d’habitat et à un caput castri.

2L’année 2011 a permis de réaliser divers sondages pour mener à bien la fouille du caput castri et commencer la publication synthétique des dix années de recherches. La fouille a montré que le comte de Foix Gaston Febus avait surtout réoccupé un réduit fortifié. Celui-ci était de forme quadrangulaire, alors que l’ancienne fortification était moins régulière, plus proche des reliefs naturels. Ce réduit fut bâti autour de la tour maîtresse sur une superficie de 1 200 m² (15 % du sommet fortifié). Le sommet resta entouré par la vaste et ancienne enceinte devenue presque trop grande. L’espace fouillé en 2011 à l’extérieur du caput castri (mais au milieu du sommet) comportait un poste de garde équipé et fonctionnant dans la première moitié du xiiie s. quand les comtes de Foix réinvestirent cette ancienne fortification publique. À partir du milieu du xive s., ce poste n’est plus occupé et la garde s’effectuait au plus près de l’entrée, au pied du quadrilatère sommital.

3La fouille 2011 a également permis de gommer certains hiatus de l’occupation du site dont l’utilisation est maintenant confirmée au moins depuis l’âge du bronze (moyen et peut-être ancien).

4Le site a confirmé son importance durant La Tène finale ; ensuite, durant tout le premier millénaire, comme au cours du Moyen Âge central, des éléments mobiliers et des datations par le radiocarbone ont confirmé une occupation a priori continue. Le toponyme de Mont-réal pourrait correspondre à un ouvrage carolingien situé entre Toulousain et Pallars, à une époque (ixe s.) ou le Pallars (versant sud des Pyrénées) était intégré au comté de Toulouse. Le site n’est pas abandonné ensuite mais l’occupation devient plus visible à partir du début du xiiie s. Du xiiie jusqu’à la fin du xive s., c’est un château des comtes de Foix. Aucun outil paysan n’a été retrouvé sur ce site qui est arasé peu après la mort du comte Gaston Febus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Guillot, « Auzat (Ariège). Château de Montréal-de-Sos »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 278-279.

Référence électronique

Florence Guillot, « Auzat (Ariège). Château de Montréal-de-Sos » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 03 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11036

Haut de page

Auteur

Florence Guillot

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Florence Guillot

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals