Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
III. - Constructions et habitat fortifiés
III 1. — Opérations de terrain

Barbezieux-Saint-Hilaire (Charente). Château

Responsable d’opération : Mathias Dupuis
p. 279-280

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Texte intégral

1Le château de Barbezieux se situe sur une plateforme calcaire qui domine les vallées du Né et du Condéon, sur un axe de passage important entre Bordeaux et Angoulême. Le castrum de Barbezieux (Berbezilli castri) est mentionné pour la première fois entre 1027 et 1043. Sa fondation paraît liée au pouvoir qu’exercent alors, dans ce secteur, les archevêques de Bordeaux. Jusqu’au xvie s., le château est affecté par les nombreux conflits qui agitent la région. Au cours du xixe s., le monument, vendu à la commune, est partiellement détruit et largement transformé. Cédé à la communauté de communes des 3B Sud-Charente en 2004, l’édifice a fait l’objet, depuis lors, d’une étude historique et d’un diagnostic archéo­logique. La présente opération, menée par la société Hadès en préalable à un projet de réaménagement et d’ouverture au public du site, s’inscrit dans la continuité de ces recherches. L’opération, réalisée en janvier-février 2011, a porté sur plusieurs parties du château, à l’exclusion du châtelet d’entrée NE. Une étude du bâti complétée par une série de sondages a permis de préciser la chronologie du site.

2Les phases d’occupation les plus anciennes sont caractérisées par la présence éparse de mobilier céramique daté des périodes protohistoriques et antiques, retrouvé dans des niveaux d’épandage argilo-limoneux qui semblent couvrir l’ensemble du promontoire. Ce mobilier, en position secondaire, prouve une occupation précoce du plateau, dont les vestiges restent à découvrir.

3Les premières traces du site castral sont attestées par un mobilier céramique daté des xiie-xiiie s. ainsi que par un niveau charbonneux (incendie ou espace de circulation ?) daté par 14C entre la première moitié du xie et le début du xiie s. À ces niveaux sont associées, sans que l’on puisse préciser la chronologie relative, un ensemble de structures en creux (trous de poteau et silos) qui se répartissent sur l’ensemble des zones fouillées. Leur datation semble s’échelonner entre les premières phases d’occupation du site castral et les transformations architecturales de la fin du xve s.

4L’aménagement architectural le plus ancien conservé en élévation est formé par l’ensemble du tronçon de la courtine nord, qui relie à la tour de flanquement NE, le bâtiment attenant au châtelet d’entrée. Il s’agit d’une muraille haute d’environ 11,50 m, longue de 46 m et épaisse de 2,15 à 2,25 m. Il s’agit vraisemblablement, à l’origine, d’une maçonnerie aveugle, couronnée par une gaine de circulation formant chemin de ronde, protégé par un parapet crénelé, percé d’arbalétrières et d’ouvertures de tir circulaires destinées à des armes de petit calibre. Cette portion de courtine, d’après ses caractéristiques architecturales, pourrait correspondre à une importante phase de reconstruction du château commandée par Marguerite de La Rochefoucauld vers 1495-1496 et attestée par les sources écrites. Des niveaux de remblais et ­d’occupation, dont la datation pourrait s’échelonner entre les premières phases d’occupation médiévales et cette phase de construction, sont conservés au sud de la courtine, sous le plancher d’un grand bâtiment accolé à la courtine et transformé en théâtre au début du xxe s.

5La construction de la tour de flanquement NE et de la portion de courtine attenante, à l’est, intervient dans une seconde étape, comme l’indiquent les relations stratigraphiques entre la courtine nord et la chemise de la tour qui présente une mise en œuvre et des caractéristiques architecturales différentes. Il s’agit d’une tour en fer à cheval, d’environ 8,20 m de diamètre hors-œuvre, divisée en deux salles circulaires superposées, et d’une plateforme sommitale qui communique avec le chemin de ronde. Les deux niveaux inférieurs sont percés chacun par trois canonnières à ébrasement extérieur présentant une ouverture de tir de forme oblongue, surmontée d’un arc de décharge, dont le type évoque des ouvertures de tir caractéristiques du xvie s.

6D’autres aménagements architecturaux sont effectués à la période moderne, sans qu’il soit possible de les dater précisément à partir de leurs seules caractéristiques architecturales. Un grand bâtiment, traditionnellement interprété comme grange ou écurie du château, est accolé à cette période contre le parement sud du mur de courtine nord. C’est également à la période moderne qu’est construite une petite tourelle de flanquement contre la tour méridionale du châtelet d’entrée. Celle-ci communique avec l’échauguette sud du châtelet qui lui est contemporaine et dont la construction est donc postérieure à celle du châtelet.

7Les dernières transformations architecturales du site interviennent entre le xixe et le xxe s. Les parties orientales du château sont alors démolies et les accès à la basse cour, transformée en place de la ville, sont aménagés. La tour de flanquement nord est écrêtée et largement reprise en sous-œuvre. La salle basse de la tour est divisée pour recevoir l’évacuation d’une latrine aménagée dans son parement sud. Le grand bâtiment des écuries est cloisonné et partiellement transformé en salle de spectacle. Les grandes ouvertures pratiquées dans le mur de courtine nord sont installées à cette période afin de permettre l’éclairage du bâtiment. C’est également à cette période que sont construits les bâtiments SO, qui jouxtent la partie sud du châtelet d’entrée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathias Dupuis, « Barbezieux-Saint-Hilaire (Charente). Château »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 279-280.

Référence électronique

Mathias Dupuis, « Barbezieux-Saint-Hilaire (Charente). Château » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 06 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11037

Haut de page

Auteur

Mathias Dupuis

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Mathias Dupuis

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals