Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
III. - Constructions et habitat fortifiés
III 1. — Opérations de terrain

Blois (Loir-et-Cher). Le Château – latrines Louis XII

Responsable d’opération : Simon Bryant
p. 281-282

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Texte intégral

1Le château de Blois fait, depuis 2009, l’objet d’un projet de recherches programmées financées par la ville de Blois et la DRAC. En 2011, l’intervention de terrain a porté sur les latrines présumées de l’aile Louis XII. Celle-ci, érigée assez rapidement à partir de 1498, fut probablement achevée en 1501. Elle est orientée approximativement N-S et reprend l’emplacement de la courtine et de la porte fortifiée qui séparaient la cour intérieure de l’avant-cour du château médiéval. L’aile consiste en un corps de logis rectangulaire formé de deux murs gouttereaux et d’une galerie sur arcade qui donne sur la cour intérieure. Cette galerie n’est liée au corps du logis que par les solives des planchers des étages supérieurs. L’extrémité nord de l’aile s’appuie contre le mur sud de la salle des États, une grande salle d’apparat construite vers 1214 par les comtes de Blois. Côté cour intérieure, à l’angle entre le bâtiment de Louis XII et l’édifice médiéval, un grand escalier carré assure la circulation verticale.

2L’espace concerné par l’intervention se trouve à l’extrémité nord du grand couloir formé par la galerie, délimité à l’est par les grandes salles du logis et, à l’ouest, par le massif de l’escalier. Il couvre quatre niveaux depuis le premier sous-sol de la salle des États et le grand escalier Louis XII, jusqu’au deuxième étage du logis, sous les combles. Le premier niveau consiste en une petite pièce rectangulaire totalement fermée sous le massif de l’escalier. Elle est orientée E-O et sa partie occidentale est couverte par une voûte en berceau tandis que l’extrémité orientale, ouverte à l’origine, est couverte par une dalle en béton. Le seul accès consiste en un passage étroit creusé dans le mur sud de la salle des États. Aux autres niveaux, l’espace consiste en une petite pièce, de 4,60 m de longueur N-S sur 2 m de large, qui correspond à la partie « ouverte » de la salle voûtée. À chaque niveau, ces pièces sont séparées du couloir de la galerie par un mur, mais, au deuxième étage, une petite porte permet d’y accéder depuis le couloir (celle de la pièce du premier étage est sans doute un ajout plus tardif).

3L’étude archéologique a été concentrée sur la salle voûtée du sous-sol et sur les parements internes du premier étage. Les parements des autres niveaux sont masqués ou trop restaurés pour faire l’objet d’observations poussées.

4L’analyse stratigraphique et le croisement avec les sources iconographiques ont permis de confirmer l’existence d’un système de latrines et de retracer en partie leur évolution. D’après les plans de Du Cerceau, la pièce située à l’extrémité du couloir du rez-de-chaussée et du premier étage servait de cabinet d’aisance avec des bancs contre le mur ouest. La superposition des bancs de latrines laisse supposer un système de descentes intégré dans l’épaisseur du mur.

5Les cabinets du rez-de-chaussée et du deuxième étage étaient accessibles depuis la galerie tandis que ceux du premier étage ne communiquaient qu’avec les grandes salles du logis. Les premiers étaient donc «publics», accessibles depuis les espaces de circulation tandis que les autres étaient plutôt privatifs, réservés à l’usage des occupants des appartements du logis. En dehors de cette porte, peu de traces de cette première disposition ont été retrouvées car le parement ouest semble avoir été remonté lors d’une réorganisation postérieure.

6La deuxième phase d’aménagement correspond à la continuité du fonctionnement des latrines mais sous une autre forme. Il est possible que les conduits de descente d’origine aient posé problème, car le parement du mur ouest semble avoir été totalement remonté en brique. Il intègre une petite cloison coudée, également en briques, qui s’appuie contre le parement du mur oriental en face. L’espace est désormais divisé en un lieu de passage ou d’accès aux cabinets dans la partie nord et une petite pièce aveugle au sud. On ignore la datation de cette modification mais elle pourrait être antérieure à 1692 : un plan de cette date indique clairement la présence de cabinets dans la pièce au-dessus, au deuxième étage, et les parements du mur ouest et de la cloison dans la pièce du premier étage sont couverts de déjections.

7Dans la partie nord de cette pièce, une porte a été insérée dans le mur de la salle des États, permettant ainsi la circulation entre les chambres du logis et l’édifice médiéval. Ce percement correspond également à une reprise du montant gauche (nord) de la porte entre la pièce des latrines et le logis. La création de cette porte et la mise en place de la cloison pourraient être contemporaines car l’ouverture d’un lieu de passage à cet endroit aurait nécessité une séparation de l’espace de la descente des latrines de l’étage supérieur.

8La dernière phase d’aménagement voit la mise en place d’une voûte en berceau qui couvre la pièce du premier étage et la condamnation de la porte dans le mur nord. La voûte intègre une ouverture qui correspond à la descente des latrines du dernier étage : cette organisation implique la suppression de la fonction sanitaire de la pièce du premier étage qui sert désormais de descente pour les eaux sales.

9L’étude archéologique et le relevé topographique de la petite salle voûtée ont montré que celle-ci était partie intégrante du système des latrines dès le début de la construction. La partie voûtée se trouve sous l’escalier et la partie ouverte, directement sous les pièces des étages supérieurs, devait servir d’ouverture pour recevoir les eaux sales de ces étages. L’érosion du parement ouest de la pièce du rez-de-chaussée et le lessivage des joints de la voûte de la salle du premier sous-sol indiquent l’écoulement prolongé des eaux. Les vestiges d’une ouverture bouchée dans la salle du rez-de-chaussée suggèrent l’existence d’une trappe d’accès pour les travaux d’entretien et de vidange : la fosse n’était donc accessible que depuis les caves de la salle des États au nord. L’absence de toute reprise de cette fosse maçonnée suggère que celle-ci a servi pendant toute la durée de l’utilisation des latrines, soit jusqu’à la fin du xviiie s., soit jusqu’aux années 1840, période à laquelle l’Armée commence à quitter le château.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simon Bryant, « Blois (Loir-et-Cher). Le Château – latrines Louis XII »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 281-282.

Référence électronique

Simon Bryant, « Blois (Loir-et-Cher). Le Château – latrines Louis XII » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 30 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11041

Haut de page

Auteur

Simon Bryant

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Simon Bryant

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals