Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
III. - Constructions et habitat fortifiés
III 1. — Opérations de terrain

Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais). Enceinte urbaine

Responsable d’opération : Angélique Demon
p. 283-284

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Texte intégral

1Édifiée au xiiie s., l’enceinte urbaine a été retouchée dès les xve et xvie s. Plusieurs restaurations sont signalées dans le seul compte de la ville conservé pour cette période (années 1415-1416), qui mentionne, pour la tour du Conseil, une nouvelle toiture et une réfection des planchers. Toutefois, les plus importantes transformations de l’enceinte sont attribuables à la seconde moitié du xvie et au xviie s. En effet, après le rachat de la ville de Boulogne par le roi Henri II, en 1550, une restauration complète des fortifications est engagée. Deux autres campagnes sont connues ensuite, pour pallier les destructions du siège avorté de 1588, puis sur ordre de Louis XIV à la fin du xviie s.

2En 2007 et 2008, le service archéologie de la Ville de Boulogne-sur-Mer a entrepris des sondages programmés sur la terrasse d’artillerie, afin d’étudier les remblais la composant et de tenter d’affiner la chronologie de son implantation, connue jusqu’alors par les textes. Après la mise au jour, à l’aplomb du parement externe, d’un tronçon du parement interne supportant l’assise du chemin de ronde, conservé dans son état médiéval, l’étude de l’enceinte urbaine s’est poursuivie dans le cadre d’une fouille programmée (2009-2011). Elle a permis d’étudier, sur le front SO, l’évolution de la courtine entre le xiiie et le xviiie s., mais surtout celle de l’étage médian de l’une des tours de l’enceinte médiévale.

3L’ouverture d’une tranchée d’une vingtaine de mètres de long, à l’aplomb du parement externe, a mis au jour le parement interne de la courtine médiévale. Dans son état xiiis., ce parement est surmonté d’une corniche en quart de rond, et d’un chemin de ronde en encorbellement, probablement en bois. À la suite des différents remaniements intervenus entre le xvie et le xviiie s., la corniche disparaît pour laisser place à une imposante maçonnerie de plus de 2 m de large.

4Les recherches menées de 2008 à 2011 ont permis de restituer un plan en U. Interrompant le chemin de ronde, dont elle commande l’accès, la tour du Conseil est munie de deux archères, défendant la courtine et la porte des Degrés voisine d’une cinquantaine de mètres.

5L’étage médian, d’une surface de 22 m², est muni d’un escalier rejoignant le rez-de-chaussée de la tour. Cet escalier est en connexion avec une volée de marches gagnant l’étage supérieur occupé par les toitures et aujourd’hui totalement arasé. La fouille a permis d’atteindre le niveau du plancher de l’étage médian, caractérisé par les ancrages de poutres dans le parement de la tour.

6La conservation, sous les remblais de la terrasse d’artillerie, des structures médiévales, notamment dans la tour du Conseil, apporte un éclairage nouveau sur l’enceinte du xiiie s., jusqu’ici masquée par les nombreuses modifications des fortifications au cours de la période moderne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Angélique Demon, « Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais). Enceinte urbaine »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 283-284.

Référence électronique

Angélique Demon, « Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais). Enceinte urbaine » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 03 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11043

Haut de page

Auteur

Angélique Demon

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Angélique Demon

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals