Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
III. - Constructions et habitat fortifiés
III 1. — Opérations de terrain

Cherves (Vienne). Le Château

Responsable d’opération : Thierry Cornec
p. 286

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Texte intégral

1Le château de Cherves est construit à la limite NO du village actuel, en bordure du plateau calcaire. Le cœur du monument est un donjon rectangulaire flanqué de quatre tours d’angle circulaires, attribué au xiie s. Une courtine élevée au sud à partir du xive s. abrite un logis, sans cesse transformé durant les siècles suivants. Le bâti du xviie s. reste le plus cohérent et le plus lisible. Le pignon actuel de l’église romane fait face au donjon et forme la limite orientale de la cour du château dont la périphérie est occupée par des dépendances.

2En 2007, dans le cadre des premiers travaux d’aménagement, un diagnostic a, en partie, documenté ses abords avec la découverte du tracé et de l’aspect des courtines du xive s. au sud et à l’est et de la douve attenante. Une douve longe le donjon au sud. Enfin, des éléments de chronologie relative situent la construction de ce dernier sur l’emprise d’un cimetière.

3Les sondages effectués dans la cour nord ont confirmé la présence de vestiges arasés – y ajoutant un indice d’occupation antique – et précisé la largeur de la douve médiévale au pied du donjon. Dans la cour sud, un sol aménagé, ou des niveaux de circulation modernes et contemporains, ont été repérés. Il est possible de les mettre en relation avec les altérations de la façade sud du logis, le percement et le remaniement de l’ouverture. La topographie du sous-sol calcaire, au relief prononcé, été reconnue. Dans le jardinet, à l’est du logis, le pignon nord d’un bâtiment inédit a été découvert.

4À l’intérieur du logis, un état des lieux de la conservation des niveaux archéologiques, très variable d’une salle à l’autre, a été réalisé. Seules les salles 3, 5 et 6 n’ont pas été perturbées, au xixe s., par la réalisation d’un vide sanitaire : la construction de murs recevant les planchers a détruit les niveaux d’occupation jusqu’à quelques centimètres au dessus du substrat (salles 1 et 2) ou au niveau des sépultures (salle 4). Le dégagement du pied de l’ouverture sud de la salle 1 souligne la complexité et la multiplicité des reprises de maçonneries depuis le xive s. : le parement extérieur, très remanié, reçoit une nouvelle façade dont il subsiste un piédroit, en lien avec les vestiges d’un niveau de sol.

5La stratigraphie de la salle 3, au nord et au sud, montre un sol aménagé avec des carreaux de terre cuite sur lit de pose, dont la nature et l’altitude (145,30 m) sont à rapprocher du niveau argileux découvert au contact du substrat dans le sondage de la salle 1. Ce sol est antérieur à la plupart des maçonneries dégagées à son contact : les refends séparant les pièces et surtout le mur de façade ouest, présumé être la courtine du xive s. Ce sol semble par contre en lien avec la fondation d’assise du refend entre les pièces 2 et 3.

6Non perturbées en profondeur, les salles 5 et 6, situées dans la partie nord du logis, n’ont pas livré de vestiges particuliers ou inédits : les sols retrouvés, modernes ou contemporains, sont aménagés au sommet des comblements de fosses sépulcrales. Ces sépultures, des inhumations en pleine terre, parsèment tous les fonds de sondages ouverts à l’ouest du donjon et à l’intérieur de celui-ci. Dix-sept nouvelles tombes viennent compléter les huit découvertes en 2007. Elles sont dispersées entre les cours nord et sud ou disposées en rangées entre le donjon et l’église. La topographie funéraire a été complétée et l’antériorité du cimetière sur la construction du donjon, confirmée.

7La datation de certaines maçonneries, le plus souvent en accord avec l’étude de bâti, est parfois remise en cause, ainsi la façade sud de la courtine xive ou la place chronologique du refend entre les salles 2 et 3.

8La place des lignes de défense du château amène des questions similaires. Au sud, la largeur et la place de la douve du xive s. sont précisées et la présence d’un fossé encerclant le donjon sur trois de ses côtés est confirmée.

9À l’intérieur du logis, si les salles 1, 2 et 4 sont perturbées en profondeur, dans la salle 3, un niveau de sol de tomettes est conservé à 0,40 m sous le sol actuel. Dans la salle 6, le sommet des comblements de sépultures apparaît à quelques centimètres sous les sols actuels et le pavage postérieur au xvie s. est encore en service dans les salles 7 et 8. Enfin, au rez-de-chaussée du donjon, les sépultures sont situées immédiatement sous le niveau de circulation actuel.

Cherves, le Château, vue synthétique de l’ensemble des vestiges.

Cherves, le Château, vue synthétique de l’ensemble des vestiges.

Mise au net Inrap 2011, d’après D. Meunier et P. Réjou-Méchain

Haut de page

Table des illustrations

Titre Cherves, le Château, vue synthétique de l’ensemble des vestiges.
Crédits Mise au net Inrap 2011, d’après D. Meunier et P. Réjou-Méchain
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11050/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Cornec, « Cherves (Vienne). Le Château »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 286.

Référence électronique

Thierry Cornec, « Cherves (Vienne). Le Château » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 02 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11050

Haut de page

Auteur

Thierry Cornec

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Thierry Cornec

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals