Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
III. - Constructions et habitat fortifiés
III 1. — Opérations de terrain

Condé-sur-l’Escaut (Nord). Château de l’Arsenal

Responsable d’opération : Lionel Droin
p. 287-288

Entrées d’index

Année de l'opération :

2011
Haut de page

Texte intégral

1Le château de l’Arsenal se trouve au cœur de la ville de Condé-sur-l’Escaut, à 15 km au nord de Valenciennes. Jusqu’en 2004, le site a été occupé par la gendarmerie nationale. En préalable à un projet d’aménagement immobilier, l’Inrap a effectué un diagnostic en 2005. L’importance des vestiges a entraîné l’arrêt du projet immobilier et le classement du site au titre des Monuments historiques en 2006. Le site est alors devenu une friche urbaine à deux pas du centre-ville.

2Une fouille programmée de l’université de Picardie Jules-Verne a débuté en 2008, elle se poursuit encore actuellement sous la forme de chantiers-écoles fonctionnant 5 semaines/an avec une équipe de 20 à 30 fouilleurs. La quasi-totalité de l’emplacement du château est accessible à la fouille, ce qui permet d’envisager une exploration archéologique complète. Les quatre campagnes passées ont permis la fouille en aire ouverte d’un quart de la surface et l’exploration mécanique (décapage et sondages) d’un deuxième quart qui sera fouillé manuellement. Les phases d’évolution majeures du site ont pu être déterminées.

3La construction d’une fortification dans les marécages de la confluence entre l’Escaut et la Haine montre la volonté d’indépendance du seigneur d’Avesnes au sein du comté de Hainaut, mais surtout l’importance économique du contrôle de cette voie commerciale essentielle. À la fin du xiie s. la fortification est caractérisée par un important fossé entourant une motte fortifiée par une chemise de plan circulaire. Une tour rectangulaire (tour-porte) est implantée sur le bord nord de la motte. La chemise vient s’y accoler de chaque côté. La comparaison avec d’autres fortifications régionales du même type (Ath, Gand, Douai) amène une hypothèse de datation entre 1170 et 1190. Si de nombreux indices indiquent la possibilité de l’existence d’une motte plus ancienne, la position de la basse cour n’a pu être déterminée.

4Le site subit une importante transformation au début du xiiie s. Une grande enceinte périphérique renforcée de neuf tours rondes est établie. Un châtelet assure l’ouverture du site vers la ville et la tour maîtresse (n° 4) contrôle la confluence entre la Haine et l’Escaut. La tour de la fortification antérieure est conservée sous la forme d’un donjon central. À partir des fossés de la fortification antérieure, un havre central servant probablement de refuge aux bateliers est aménagé au centre du château.

5Au xive s., l’enceinte urbaine est reliée au château par l’intermédiaire de portes d’eau. Il s’agit probablement d’intégrer à l’intérieur des murs l’activité de batellerie qui s’exerce alors immédiatement à l’est du château. L’étude du bâti permet de conclure à l’homogénéité de l’enceinte et permet d’avancer une hypothèse de datation au début du xiiie s. La puissante famille de Chatillon qui prend le contrôle de la seigneurie de Condé pourrait être à l’origine de cette grande transformation. C’est, en tout cas, cette famille qui aménage et rénove à plusieurs reprises un important ensemble de prestige qui vient s’accoler à la fortification occidentale.

6La courtine reliant les tours n° 8 et n° 7 sert de mur occidental à un long bâtiment probablement de plus de 38 m long et 16,20 m de large, divisé en deux parties inégales par un mur de refend. Au sud, une grande salle (27,60 m x 13,60 m) est équipée de deux cheminées monumentales (4,40 m x 1,89 m), d’au moins deux baies et de trois portes de communication. Il s’agit probablement d’une aula. Au nord, une salle plus petite possède elle aussi une cheminée et a servi de cuisine au xive s. À l’est, une chapelle est placée perpendiculairement au grand bâtiment et communique avec la grande salle par une unique porte.

7Le roi de France tient le Hainaut à partir de 1678. En 1692, il rachète le château. Dès lors, la fortification fait régulièrement l’objet de projets d’aménagements. L’archéologie confirme la précision des plans, en particulier pour la succession des nouveaux bâtiments (arsenal d’artillerie, écuries et hôpital militaire), et pour les deux états de jardins à la française situés dans l’espace central.

Condé-sur-l’Escaut, château de l’Arsenal.

Condé-sur-l’Escaut, château de l’Arsenal.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Condé-sur-l’Escaut, château de l’Arsenal.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11051/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lionel Droin, « Condé-sur-l’Escaut (Nord). Château de l’Arsenal », Archéologie médiévale, 42 | 2012, 287-288.

Référence électronique

Lionel Droin, « Condé-sur-l’Escaut (Nord). Château de l’Arsenal » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 21 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11051

Haut de page

Auteur

Lionel Droin

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Lionel Droin

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals