Navegación – Mapa del sitio
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
III. - Constructions et habitat fortifiés
III 1. — Opérations de terrain

Garnache (La) (Vendée). Château et Butte Cavalière

Responsable de la operación: Caroline Chauveau
p. 291-292

Entradas del índice

Año de la operación:

2011
Inicio de página

Texto completo

1Plusieurs vestiges du château de La Garnache sont conservés et font l’objet d’une fouille programmée depuis 2009. Une tour quadrangulaire a d’abord été abordée par le biais d’une étude du bâti et de sondages ponctuels, l’objectif étant de vérifier la datation romane que l’historiographie proposait. En 2011, le programme d’étude a permis de confirmer la datation de la construction de cette tour au xiiie-xive s., sa fonction défensive sur le tracé de l’enceinte castrale ayant été démontrée en 2010. Parallèlement, le projet de fouilles programmées triennal 2011-2013 a été élaboré sur l’étude archéologique de la motte (la Butte Cavalière) et de son fossé. Cette fortification de terre est le plus ancien vestige du château de La Garnache et demeure mal connue. Des terrassements ont eu lieu entre 1958 et 1963, détruisant le tiers nord de la motte. Des observations avaient été faites à l’époque mais les renseignements recueillis demeurent flous et parfois lacunaires, notamment sur le mode de construction de la motte, les structures aménagées dans le tertre et les occupations antérieures à cette fortification. L’objet de la présente étude triennale est de revoir les données archéologiques du site à l’aune des techniques actuelles de la fouille dans le but de caractériser la nature de ces vestiges et d’analyser leur organisation stratigraphique. Pour mener à bien ces objectifs, la mission de 2011 a porté sur la réalisation de trois sondages mécaniques, un dans le fossé au sud de la motte, les deux autres aux extrémités est et ouest de celle-ci dans la coupe nord. Les résultats obtenus confirment plusieurs phases d’occupation du site depuis le vie jusqu’au xvie s. : la première phase identifiée est un cimetière du haut Moyen Âge avec des sépultures en sarcophage de forme trapézoïdale, sans aménagement particulier. Un mobilier en verre inédit est associé à une sépulture : il s’agit d’un lot de 40 perles datées des vie-viie s. Ce niveau de sépultures est scellé par un niveau de sol charbonneux ponctué régulièrement de foyers en place, dans lequel des fragments de céramique suggèrent une datation des xe-xiie s. Des fragments de céramique antérieurs au xe s. ont été mis au jour dans ce niveau : il s’agit d’un sol qui a fait l’objet d’un nettoyage par la mise à feu des végétaux laissés en tas sur place. Ce niveau de sol charbonneux marque l’étape de préparation de la parcelle avant l’installation de la motte. Un mobilier lithique atteste d’un habitat à proximité, dans des structures antérieures à la motte. Ce niveau charbonneux correspond à la phase intermédiaire entre la zone funéraire des vie-viiie s. et l’édification de la motte. Celle-ci a été construite avec les matériaux issus du creusement de son fossé périphérique dans le socle schisteux : en coupe, le mode de construction montre clairement une alternance des matériaux (argile, blocs de schiste, argile d’altération) en fonction des propriétés mécaniques de chacun. Il se décline en plusieurs états avec la construction d’un talus annulaire qui circonscrit une partie de l’emprise au sol de la future motte et recouvre un mur à l’ouest dont la fonction n’est pas identifiée. Ensuite, les couches sédimentaires sont orientées du haut du talus vers le centre de la motte pour combler la dépression et permettre d’élever la plateforme. Enfin, le sondage du fossé au sud de la motte a livré une séquence strati­graphique complète jusqu’au substrat. Le fossé, profond de 4,20 m sous le sol actuel, est creusé dans le schiste à profil en U à fond plat et était manifestement en eau. Le comblement du fossé atteste une occupation primitive de la motte aux xe-xiie s. et une phase de comblement aux xiiie-xvie s., lors de sa probable jonction avec une nouvelle enceinte castrale. Cette dernière fait l’objet d’une relecture à partir des élévations conservées qui témoignent d’un état résidentiel de la fin du Moyen Âge et du début de la Renaissance.

La Garnache, château et Butte Cavalière, zone funéraire avec niveau charbonneux et escarpe en arrière-plan.

La Garnache, château et Butte Cavalière, zone funéraire avec niveau charbonneux et escarpe en arrière-plan.
Inicio de página

Índice de ilustraciones

Título La Garnache, château et Butte Cavalière, zone funéraire avec niveau charbonneux et escarpe en arrière-plan.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11063/img-1.jpg
Ficheros image/jpeg, 331k
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Caroline Chauveau, « Garnache (La) (Vendée). Château et Butte Cavalière »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 291-292.

Referencia electrónica

Caroline Chauveau, « Garnache (La) (Vendée). Château et Butte Cavalière » [ficha arqueológica],Archéologie médiévale [En línea], 42 | 2012, Publicado el 05 junio 2018, consultado el 02 abril 2020. URL: http://journals.openedition.org/archeomed/11063

Inicio de página

Autor

Caroline Chauveau

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Responsable de la operación

Caroline Chauveau

operación (es) dirigida (s) por este arqueólogo

Inicio de página

Derechos de autor

Archéologie Médiévale

Inicio de página
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals