Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
III. - Constructions et habitat fortifiés
III 1. — Opérations de terrain

Loudun (Vienne). Place de la porte du Martray

Responsable d’opération : Fabrice Mandon
p. 293-294

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Texte intégral

1L’opération qui s’inscrit dans un projet de mise en valeur de la porte du Martray avait pour objectif d’étudier le fossé et son comblement et d’obtenir des renseignements concernant le pont et les élévations de la porte et des courtines attenantes. La présence des réseaux urbains et la grande profondeur des sondages ont limité l’emprise de la fouille, ne permettant pas de retrouver les vestiges du pont ou d’atteindre le fond du fossé. Une étude documentaire destinée à préciser les connaissances sur le site a complété l’opération (Marie-Pierre Baudry, en collaboration avec Bénédicte Fillion).

2La porte du Martray est l’unique porte de l’enceinte urbaine encore conservée en élévation. Elle se situe à l’ouest de la ville, près d’un cimetière d’origine ancienne et d’édifices religieux mentionnés au milieu du xie s. La traditionnelle attribution de l’enceinte urbaine à Philippe Auguste au début du xiiie s. peut être remise en cause, puisque les textes indiquent qu’elle fait alors l’objet d’un renforcement (épaississement des courtines, élargissement et approfondissement du fossé) et non d’une construction. Une première enceinte existe donc, peut-être construite peu de temps auparavant par les Plantagenêts. La porte elle-même n’est jamais mentionnée; la datation de ce châtelet formé d’un passage voûté, encadré de deux tours, demeure incertaine mais il semble plutôt remonter aux xive-xve s. et correspondre à une reconstruction. De part et d’autre, les courtines ont été complètement rebâties à l’époque moderne et au xixe s. La configuration actuelle du substrat rocheux permet d’envisager la présence d’un talus en pied de courtine. Une paroi abrupte marque la limite intérieure du fossé, 2,5 à 4 m en avant de la courtine, ce qui correspond à la saillie des tours. La contrescarpe (non maçonnée) repérée ponctuellement, révèle la largeur du fossé : 12,5 m à 13 m. Sa profondeur est inconnue : 7 m au minimum, au-dessous du pont.

3Le dégagement de la base de la courtine sud a mis au jour, sous l’enceinte, une cavité taillée dans le rocher qui dessert un puits, contemporain de la porte médiévale ou antérieur à elle, à l’aplomb exact de l’escalier à vis de la porte. Son exploration à l’aide d’une caméra endoscopique a montré que le sommet du comblement se situe environ 14 m plus bas que le pont-levis. Le conduit, taillé dans la roche en partie basse et comportant de nombreuses encoches, a été maçonné lors de la construction de la porte. Il se prolonge jusque sous la bordure SE de l’escalier à vis : il devait donc être accessible depuis son palier d’entrée. Il peut s’agir d’un puits antérieur à la porte dont l’utilisation a été maintenue lors de la construction de cette dernière. Cependant l’hypothèse d’un conduit permettant l’accès à une galerie souterraine n’est pas à exclure dans le contexte géologique local (tuffeau).

4À la fin du xvie et au xviie s., des travaux de restauration sont réalisés sur l’enceinte urbaine. Le bastion établi au sud de la porte remonte vraisemblablement à cette époque, de même que certaines reprises de la courtine. Le fossé est alors progressivement comblé. La porte et les terrains situés au pied des murailles sont concédés à des particuliers, l’extraction des limons est affermée. Des phases de curage sont perceptibles. Au pied de la porte, en contrebas du pont, une vaste cuvette accueille des constructions établies contre les courtines. Une cavité, créée à travers le rocher sous la semelle de fondation de la courtine et de la tour sud, permettait de desservir le puits depuis les anciens fossés. Elle peut remonter à la fin de l’époque moderne.

5L’ouverture, très grossière, semble préexister à une importante reprise en sous-œuvre de la courtine (fin du xviiie-début du xixe s.). Cette dernière est liée à l’aménagement d’un bâtiment installé dans l’angle de la tour et de la courtine sud. Il s’agit d’abord d’un appentis transformé en construction plus importante, appuyé au sud sur un mur de parcelle et possédant un étage (après 1838). Un couloir a été aménagé à travers la courtine, pour relier ce bâtiment à de possibles caves situées à l’intérieur de l’enceinte. La construction a été rapidement démolie mais les ouvertures percées sous la courtine ont été maintenues. Au nord de la porte, une maison placée dans une situation analogue a laissé de nombreuses traces sur l’élévation de la courtine. Elle a été détruite après 1859, lors de la création des boulevards périphériques. La cuvette marquant encore l’emplacement des anciens fossés a alors été comblée et le pont, détruit.

Loudun, porte du Martray, vue d’ensemble depuis le SO.

Loudun, porte du Martray, vue d’ensemble depuis le SO.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Loudun, porte du Martray, vue d’ensemble depuis le SO.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11066/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Mandon, « Loudun (Vienne). Place de la porte du Martray »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 293-294.

Référence électronique

Fabrice Mandon, « Loudun (Vienne). Place de la porte du Martray » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 27 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11066

Haut de page

Auteur

Fabrice Mandon

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Fabrice Mandon

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals