Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
III. - Constructions et habitat fortifiés
III 1. — Opérations de terrain

Machecoul (Loire-Atlantique). Le château

Responsable d’opération : Fabien Briand
p. 294-295

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Texte intégral

1Installé sur une dépression calcaire aux confins méridionaux de la Bretagne médiévale, le château de Machecoul a fait l’objet, au mois de juillet 2011, d’une troisième campagne de fouilles programmées. Les recherches se sont poursuivies sur les fortifications du secteur NE : fouille des niveaux d’installation de la fausse-braie et étude des maçonneries de la courtine nord. Cette nouvelle campagne a surtout permis d’entreprendre des investigations à l’intérieur du château. La cour et une partie des logis est ont ainsi pu être étudiés.

2Construit dans la première moitié du xiiie s. sur le modèle philippien, le château de Machecoul possède alors un plan quadrangulaire flanqué de tours circulaires à chaque angle. Pierre de Dreux, duc de Bretagne, en serait le commanditaire. On ne possède encore que peu d’informations sur cette première phase de construction, les vestiges ayant été modifiés puis détruits, et les sources écrites étant inexistantes. Par la suite, le château est occupé jusqu’à la Révolution et subit de nombreuses transformations dont la plus remarquable est due à Albert de Gondy. En effet, ce dernier agrandit considérablement la superficie de la forteresse et fait construire une nouvelle enceinte composée de redents et bastions. Cette longue occupation a laissé de nombreux témoignages et la campagne de 2011 a été une nouvelle occasion de pouvoir les étudier.

3Dans un premier temps, le dégagement des pavés de la cour du château a révélé un mauvais état de conservation du pavage le plus récent. Malgré cela, plusieurs aménagements ont été mis en évidence. Ainsi, si l’on retrouve logiquement des caniveaux disposés le long des logis pour faciliter l’évacuation des eaux usées vers les douves, des espaces de circulation et de probables soubassements pour constructions légères ont également été observés. Le dégagement de ce dernier état de pavage a permis de retrouver les substructions des anciens logis ouest du château, arasés et recouverts par les pavés lors de l’agrandissement de la forteresse vers l’ouest dans la première moitié du xvie s. La présence d’anciens logis dans cette partie du château n’était pas connue jusqu’alors. Leur construction condamne l’accès primitif du château, mis en place au xiiie s. et disposé dans l’angle SO. Ces bâtiments n’ont pu être érigés qu’à partir du moment où l’accès principal du château est déplacé vers le front nord, c’est-à-dire à la fin du Moyen Âge.

4Ce nouveau système de porterie a été appréhendé lors des recherches 2011. La puissante tour-porte quadrangulaire est installée sur le parement extérieur de la courtine nord du xiiie s. Seules les arases du niveau bas de cette construction sont aujourd’hui conservées. L’aménagement de ce nouvel accès s’accompagne d’une consolidation de la contrescarpe qui est alors maçonnée. Un pont dormant est également aménagé pour permettre la traversée des douves. La pile maçonnée mise en œuvre dans la contrescarpe recevant le tablier reste encore aujourd’hui visible. La tour-porte a fortement été touchée par les démolitions du château, mais les recherches de 2011 ont démontré que son niveau bas est conservé et actuellement comblé. Les déblaiements ont permis de retrouver le départ de la voûte en berceau, aujourd’hui détruite, qui couvrait ce niveau.

5Une petite partie des logis est a également été étudiée lors de la campagne. L’étude des maçonneries a permis la détermination de plusieurs phases d’occupation dont les datations restent à affiner. Il est néanmoins certain que cette partie des logis a été remaniée aux xve-xvie s. Le château médiéval n’est plus alors que le réduit d’une forteresse bastionnée de grande ampleur, probablement mise en place par Albert de Gondy. Une nouvelle résidence plus adaptée est érigée à l’extérieur des anciennes douves, au NO du château primitif.

6Les travaux menés ces dernières années au château de Machecoul ont démontré l’important potentiel de ce site fortifié breton. Ils ont permis de mieux comprendre les aménagements et de mieux déterminer les grandes phases d’occupation de la forteresse.

Machecoul, le château, vue de la cour et de l’aile ouest à la fin de la campagne 2011.

Machecoul, le château, vue de la cour et de l’aile ouest à la fin de la campagne 2011.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Machecoul, le château, vue de la cour et de l’aile ouest à la fin de la campagne 2011.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11067/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabien Briand, « Machecoul (Loire-Atlantique). Le château »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 294-295.

Référence électronique

Fabien Briand, « Machecoul (Loire-Atlantique). Le château » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 30 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11067

Haut de page

Auteur

Fabien Briand

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Fabien Briand

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals