Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
III. - Constructions et habitat fortifiés
III 1. — Opérations de terrain

Montrichard (Loir-et-Cher). Le château

Responsable d’opération : Cécile Léon-Holzem
p. 297-298

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Texte intégral

1Le château de Montrichard est une forteresse seigneuriale du début du xiie s. bâtie sur un éperon rocheux qui domine la ville et la rivière du Cher. Elle est constituée d’une tour maîtresse carrée à contreforts édifiée en 1110 (par Hugues Ier seigneur de Montrichard/Amboise) qui domine une vaste enceinte quadrangulaire autrefois flanquée de tours circulaires. Des logis assez imposants, aujourd’hui en ruines, ont été construits dans l’enceinte au xve s. Une deuxième enceinte a été créée en contrebas, vraisemblablement aux xve-xvie s., en intégrant une tourelle de l’enceinte urbaine. Cette tour, circulaire à l’extérieur et octogonale à l’intérieur, est flanquée de plusieurs archères à niches à étrier triangulaire qui indiquent qu’il s’agit d’une construction plantagenêt de la dernière décennie du xiie s. À cette époque, le château et la ville faisaient en effet partie du domaine plantagenêt.

2L’objectif de cette première étude de bâti était de dresser un plan des vestiges et d’entreprendre le relevé de toutes les élévations afin de comprendre la topographie du site et de restituer les différentes phases de construction de l’édifice. Un levé topographique du château et une couverture photographique exhaustive ont permis d’implanter des points de calage virtuels sur les murs (points d’amer). Les photographies ont été superposées aux relevés topographiques afin d’effectuer un redressement. Les orthophotos ont ensuite servi de support au dessin pierre à pierre. Cette méthode a permis de relever rapidement et très précisément tous les murs du château sans l’aide d’échafaudages. Une restitution numérique 3D brute du château a également été obtenue; elle servira de base à une future restitution en images de synthèse.

3Les remaniements les plus importants apparaissent sur le grand mur d’enceinte nord du château, qui est aussi le mieux conservé. La muraille (état 1) a d’abord été surélevée (état 2) avec construction d’un chemin de ronde crénelé assez étroit (70 cm) car l’épaisseur du mur n’est que d’1,30 m. À l’ouest, ce chemin a été élargi grâce à une galerie de bois en encorbellement sur l’intérieur, soutenue par sept consoles. Cinq archères à niches à fente simple (archères 1-5), peut-être postérieures à l’état 2, ont ensuite été percées sur toute la hauteur du mur. La fente de tir de l’archère 6, à ébrasement triangulaire, est orientée vers l’est (vers le donjon). D’après leur type, les archères à niches ont été percées lorsque le château appartenait aux Plantagenêts, entre 1151 et 1188, puis dans la courte période 1189-1194. L’archère 6, de type philippien, a été percée à la fin du xiie s. durant la guerre entre Philippe Auguste et les Plantagenêts ou au xiiie s. À l’est, une fenêtre ou porte (porte 1) a été aménagée à l’intérieur d’une salle voûtée accolée au mur. Elle ouvrait sur la chemise du donjon. Cet ensemble, construit sur au moins deux niveaux, défendait probablement l’accès à la tour. Il est postérieur à l’état 1, peut-être contemporain de l’état 2. Cette baie a ensuite été bouchée et remplacée par la porte 2 (état 4). Un autre aménagement de la muraille (état 2b), difficilement identifiable, est visible sous l’archère 3. Il fonctionne soit avec l’état 2, soit avec l’état 3. L’état 3 correspond à un remaniement de la partie ouest du mur afin d’y adosser des bâtiments. La niche de l’archère 3 a été bouchée (la fente de tir n’est visible qu’à l’extérieur) avec mise en place de la console 4. Celle-ci fonctionnait peut-être avec la console 5 qui semble contemporaine de l’état 2. À l’ouest, les consoles 1-3, postérieures à l’état 2, soutenaient la charpente d’un bâtiment accolé à la muraille. Les gros trous et la saignée visibles au-dessus de ces consoles indiquent que cette charpente a été plusieurs fois remaniée.

Montrichard, le château.

Montrichard, le château.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Montrichard, le château.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11071/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Léon-Holzem, « Montrichard (Loir-et-Cher). Le château »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 297-298.

Référence électronique

Cécile Léon-Holzem, « Montrichard (Loir-et-Cher). Le château » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 10 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11071

Haut de page

Responsable d’opération

Cécile Léon-Holzem

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals