Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
III. - Constructions et habitat fortifiés
III 1. — Opérations de terrain

Moulins-Engilbert (Nièvre). Le Vieux Château

Responsable d’opération : Florian Bonhomme
p. 298-299

Entrées d’index

Année de l'opération :

2011
Haut de page

Texte intégral

1La poursuite des restaurations au château de Moulins-Engilbert a permis, durant les deux derniers trimestres 2011, d’effectuer une étude du bâti exhaustive des ruines de la porte principale du site. Cet accès au château s’ouvre au sud de la basse cour sur le village et la nef de l’église Saint-Jean-Baptiste, située à 25 m.

2La porte est constituée de deux tours en éperon de 5,75 m par 13,50 m, encadrant un passage de 3,25 m de large. La disposition défensive du sas d’entrée se présente ainsi : une première herse, un sas-assommoir (défendu, au rez-de-chaussée, par une unique archère), une seconde herse et enfin une porte à deux vantaux. Le tout est surveillé par des galeries et des hourds dans les niveaux supérieurs. Le premier niveau conserve deux salles voûtées en berceau, sur lesquelles se distinguent encore de nombreuses traces de coffrage héritées du premier état. Le second niveau était ­accessible par deux escaliers, l’un axé N-S, situé dans la tour occidentale; le second axé E-O, était hors œuvre et plaqué contre la courtine. L’arasement des maçonneries a été effectué jusque sous le niveau du sol du premier étage, à partir de l’époque moderne. Abstraction faite de l’arasement, les restaurations successives des xixe et xxe s. ont perturbé la compréhension des espaces de ce niveau. Il est certain que les deux tours communiquaient au deuxième niveau par deux galeries maçonnées sur arcs situés de part et d’autre du sas formé par les herses. Une gravure de la fin du xvie s. montre l’existence d’une haute charpente couvrant l’ensemble de la porte et du sas-assommoir. Néanmoins, le manque de place pour les machineries nécessaires aux manœuvres des herses au second niveau met en évidence la nécessité d’un troisième niveau, qui n’est toutefois pas prouvé archéologiquement.

3Deux phases essentielles ont été reconnues lors de l’étude. La première se caractérise par un appareillage mixte de calcaire : des pierres de taille pour la base des parements externes et les façades, les chaînes d’angles et les ouvertures; des moellons pour le reste de l’élévation. La majorité des maçonneries encore conservée sont attribuables à cette phase. Quatre archères ont pu y être reconnues, deux d’entres elles, bouchées, sont à niches en arc en plein-cintre, ébrasements triangulaires et fentes de tir à étriers bas triangulaires. Dans un second temps, la reconstruction de part en part d’une portion des façades de l’édifice (la moitié du passage et des tours au premier niveau), bien visible intérieurement et extérieurement, reste une énigme. Les pierres de parement semblent avoir été réutilisées et les archères restent à niche avec étrier triangulaire bas. Seul le mode de couvrement change pour adopter les linteaux droits avec coussinets partiels.

4Les comparaisons avec d’autres sites permettent d’attribuer clairement cet ensemble au groupe restreint des portes à deux tours saillantes en éperon. Des exemples très proches de ce type d’architecture défensive sont encore visibles aux portes Saint-Jean de l’enceinte urbaine de Provins et plus particulièrement du château de Château-Thierry. Ces constructions sont caractérisées par un appareillage soigné de pierre de taille, comportant souvent des bossages. Celui-ci est visible sur les parents externes des deux portes citées. L’absence de texte ne permettra pas a priori de connaître les influences qui ont amené à cette construction, qui se situe, par comparaison avec Château-Thierry, entre la fin du xiiie s. et le premier tiers du xive s. La fin du xive s. apporte quelques textes grâce aux comptes de la châtellenie/bailliage et notamment la mention d’une barrière (poutres barrant le passage) accompagnée d’une fausse braie placée devant l’entrée, comportant huisseries et archères.

5Une dernière phase d’occupation a été identifiée entre le xviiie et le début du xixe s. Les salles du premier niveau ont alors servi de prison cantonale et leurs accès ont été repris.

Moulins-Engilbert, le Vieux Château.

Moulins-Engilbert, le Vieux Château.

Cl. F. Bonhomme

Haut de page

Table des illustrations

Titre Moulins-Engilbert, le Vieux Château.
Crédits Cl. F. Bonhomme
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11074/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florian Bonhomme, « Moulins-Engilbert (Nièvre). Le Vieux Château », Archéologie médiévale, 42 | 2012, 298-299.

Référence électronique

Florian Bonhomme, « Moulins-Engilbert (Nièvre). Le Vieux Château » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11074

Haut de page

Auteur

Florian Bonhomme

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Florian Bonhomme

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals