Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
III. - Constructions et habitat fortifiés
III 1. — Opérations de terrain

Pommeraye (La) (Calvados). Château Ganne

Responsable d’opération : Anne-Marie Flambard Héricher
p. 300-301

Entrées d’index

Année de l'opération :

2011
Haut de page

Texte intégral

1Le Château Ganne, fortification imposante réduite à l’état de ruine, fait l’objet de fouilles depuis 2004 (voir la chronique des fouilles d’Archéologie médiévale 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40, 41). Le site relevait d’une famille éminente, mais peu connue, de la féodalité normande : les La Pommeraye, dont une branche tenait le sud du Cinglais et de très importantes possessions en Angleterre. Elle porte le nom du village qui s’étend au pied du château. Ce dernier, passé aux mains d’une branche cadette, a cessé d’être occupé dès le xiiie s. Il en subsiste une fortification de terre composée de trois enceintes successives : basse cour secondaire, basse cour principale, haute cour ; entre les deux dernières se dresse une tour porche monumentale, parfaitement originale dans la typologie des châteaux forts anglo-normands. Une bonne partie de son élévation est conservée, ce qui a justifié un étaiement. Dans l’attente de ce dernier, les fouilles se sont concentrées sur la basse cour principale. Divers bâtiments, dont les caractéristiques ont permis de déterminer la fonction, ont été mis au jour : au NO, la chapelle et un bâtiment domestique, au SO, un ensemble résidentiel et défensif ainsi qu’une grande cuisine, ces derniers présentant de nombreuses modifications et réaménagements.

2La campagne de fouilles 2011 a porté sur la partie centrale du secteur SO et sur la haute cour. Elle a également été consacrée à des prospections radar destinées à mettre en évidence ou à infirmer la présence de vestiges enfouis dans les zones qui n’ont pas été fouillées.

3Dans le secteur SO, il s’agissait de mettre en évidence les relations entre le bâtiment résidentiel (grand hall) et les vestiges d’un bâtiment résidentiel primitif, au mur latéral sud percé d’une série de fentes de jour donnant sur le fossé, partiellement démoli pour être transformé en un aménagement défensif permettant, en outre, d’élargir la plateforme de la basse cour. Pour ce faire, deux tourelles surplombant le fossé ont été adossées au mur latéral sud. Entre elles, le rempart de terre a été rehaussé et surmonté d’une courtine maçonnée. Initialement, dans le prolongement de ce bâtiment résidentiel, s’étendait, vers l’ouest, une large cuisine rectangulaire, réduite, dans un second temps, à un carré isolé de l’ensemble. Pour préciser la chronologie, il restait à confirmer les relations entre l’espace résidentiel initial dont subsiste le mur à ébrasements et l’espace résidentiel qui lui a succédé, dont le plan a été mis en évidence au cours de la première fouille pluriannuelle (2005-2007). Le sondage réalisé entre les deux secteurs a montré le passage d’un mur épais, correspondant au bâtiment résidentiel initial, à un mur plus mince édifié durant la seconde période. La chronologie relative supposée a donc été confirmée.

4Après un nettoyage de surface et un relevé, l’état des lieux des structures existant dans la haute cour a été réalisé en vue d’élaborer un programme d’étude sur cette partie de la fortification. Située au sommet du rempart de terre et appuyée contre la tour porche, la courtine périphérique dont subsiste la base maçonnée a été observée et dessinée sur toute sa longueur. Elle présente, à proximité de la tour porche, une curieuse ouverture large d’1,80 m, donnant vers la basse cour dont la fonction n’a pu être déterminée. L’impossibilité d’observer le contact entre la courtine et la tour porche en raison de l’arrimage du grillage et des bâches de protection qui assurent la sécurité a interdit de préciser la chronologie relative des deux éléments.

5Enfin, une prospection radar a été effectuée dans la cuvette de la haute cour et dans la partie orientale de la basse cour où elle a été complétée par deux sondages. Les images radar sont en cours de traitement, mais ne semblent pas montrer de constructions à l’exception probable d’un mur de soutènement à la base du rempart dans la haute cour et d’un aménagement similaire, mais en bois, dans la basse cour.

6L’étude des os animaux recueillis dans la cuisine et dans le comblement de la tour ouest, où des squelettes complets avaient été découverts, a été réalisée par Aurélia Borvon. Elle est pratiquement achevée. Elle a montré, dans les unités stratigraphiques provenant de la cuisine, la prédominance, exceptionnelle pour un milieu aristocratique, du bœuf, et, dans le comblement de la tour, la présence d’animaux de boucherie et surtout de chiens de taille variée. Il s’agit de chiens de meute, souvent âgés.

La Pommeraye, Château Ganne, plan de la haute cour.

La Pommeraye, Château Ganne, plan de la haute cour.
Haut de page

Table des illustrations

Titre La Pommeraye, Château Ganne, plan de la haute cour.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11077/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Flambard Héricher, « Pommeraye (La) (Calvados). Château Ganne », Archéologie médiévale, 42 | 2012, 300-301.

Référence électronique

Anne-Marie Flambard Héricher, « Pommeraye (La) (Calvados). Château Ganne » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 19 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11077

Haut de page

Responsable d’opération

Anne-Marie Flambard Héricher

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals