Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Chronique des fouilles médiévales...III. - Constructions et habitat f...III 1. — Opérations de terrainSaignon (Vaucluse). Plateforme de...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
III. - Constructions et habitat fortifiés
III 1. — Opérations de terrain

Saignon (Vaucluse). Plateforme des Bots

Responsable d’opération : Maxime Dadure
p. 304-305

Entrées d’index

Année de l'opération :

2011
Haut de page

Texte intégral

1En 2010, la mairie de Saignon et la Communauté de communes du Pays d’Apt ont amorcé un projet de mise en valeur de la plateforme des Bots. Le Service d’archéologie du département de Vaucluse est intervenu lors de deux opérations en novembre 2010 (BSR PACA 2010, p. 236-238) et mai 2011 en collaboration avec les architectes du Parc naturel régional du Luberon, maîtres d’œuvre du projet. Des sondages d’évaluation et une analyse des constructions mises au jour devaient accompagner et orienter les travaux de terrassement et de consolidation.

Château de Crugière

2À l’extrémité SE du rocher, dominant le village, les terrassements se sont poursuivis au cœur de l’ancien château de Crugière (fig.). Le rez-de-chaussée voûté de l’imposant corps de bâtiment (espace 2) a été libéré de ses remblais modernes, mettant au jour le reliquat de l’escalier primitif. L’espace à flanc de rocher dominant la porte de l’horloge (espace 1) ne conservait guère que les vestiges de maisons modernes morcelant l’ancien château. Il ne subsistait de l’état médiéval que les traces rupestres d’une grande salle antérieure, similaire en volume à celle de l’espace 2. À l’extrémité du chemin des Bots, les travaux ont touché une autre salle accolée à l’enceinte médiévale (espace 3). Bien que ne conservant aucun niveau ancien, l’analyse du bâti a révélé le négatif d’un corps de bâtiment antérieur. Lié à l’enceinte médiévale, il préexistait au bâtiment de l’espace 2. Il fut remplacé par plusieurs travées de voûtes d’arêtes lors d’un important chantier qui remodela profondément le château, probablement dans le courant du xve s.

3Le château de Crugière a conservé quasiment jusqu’à son démantèlement la superficie qu’occupait son enceinte. Il n’en a pas moins connu de nombreuses transformations. L’enceinte castrale, construite au tournant du xiie et du xiiie s., ne devait contenir alors que quelques bâtiments disséminés au pied de la tour primitive. Dans les siècles suivants, la densité des constructions à vocation résidentielle n’a cessé de s’accroître. À la fin du Moyen Âge, le château de Crugière se présentait sous la forme d’un ensemble de constructions dense. Il paraît avoir alors perdu son rôle militaire individuel.

Courtine nord

4Au pied du rocher de Bellevue, la fouille a confirmé l’existence d’une « maison forte » du xiiie s. intégrée à l’enceinte du xviie s. Le niveau d’occupation, scellé par les lauzes de la toiture effondrée, situe l’abandon dans le courant du xive s. La maison s’est implantée dans une encoche rupestre sur le flanc nord de la plateforme des Bots. Sa façade, ancrée en avant du rocher, a conservé une étroite bande de sédiment présentant une stratigraphie non perturbée. Cette dernière a livré les traces d’une occupation datée du ve s. L’un des murs de cette maison adossée au rocher était conservé sur dix assises tandis qu’un foyer subsistait à son pied.

5Alors qu’à Saint-Eusèbe une villa connaît un véritable essor entre le iiie et le vie s., le rocher de Saignon pourrait avoir lui aussi attiré une population dans une proportion qui nous échappe encore. La question se pose du lien entre ces traces d’une occupation du ve s. et la villa de Saignon mentionnée en 920. On serait tenté de voir dans la naissance du village de Saignon le déplacement de la population de la villa de Saint-Eusèbe. En prenant l’ascendant sur les villae qui l’entouraient, Saignon aurait acquis un rôle politique qui l’aurait conduit à se doter d’une fortification avant 976. La maison du xiiie s. mise au jour marque une phase d’extension du village hors de sa limite topographique nord, dans un secteur privilégié au voisinage des trois châteaux. L’enceinte construite au xviie s. longeant le flanc nord du rocher intègre des bâtiments médiévaux désaffectés. Elle atteste de la rétractation de cette partie du village alors que se sont développés les quartiers sud, à proximité de la route d’Apt.

Saignon, plateforme des Bots, l’éperon du château de Crugière.

Saignon, plateforme des Bots, l’éperon du château de Crugière.

Plan M. Dadure, N. Duverger, F. Guyonnet, V. Labbas

Haut de page

Table des illustrations

Titre Saignon, plateforme des Bots, l’éperon du château de Crugière.
Crédits Plan M. Dadure, N. Duverger, F. Guyonnet, V. Labbas
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11092/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maxime Dadure, « Saignon (Vaucluse). Plateforme des Bots »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 304-305.

Référence électronique

Maxime Dadure, « Saignon (Vaucluse). Plateforme des Bots » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 23 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11092 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.11092

Haut de page

Auteur

Maxime Dadure

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Maxime Dadure

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search