Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
III. - Constructions et habitat fortifiés
III 1. — Opérations de terrain

Sainte-Agnès (Alpes-Maritimes). Le Château

Responsable d’opération : Michel Lapasset
p. 308

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Texte intégral

1Dans la continuité des fouilles commencées en 1993 et de la programmation générale tracée en 2005, il convenait de s’intéresser, après l’étude des accès au corps castral, et après l’étude de la tour, à l’espace intermédiaire situé à mi-pente. L’enceinte basse avait été datée du xiie-xiiie s. en 2004. En partie haute, la tour avait été datée du xe-xie s. en 2007, et plusieurs indices orientaient vers la présence (attestée par ailleurs dans la région) d’une communauté libre pré-féodale autour d’un « castrum paysan » centré sur une maison-forte (premier logis xe-xie s. au pied de la tour). Mais aucun jalon n’avait encore été étudié entre la partie haute et la partie basse du château.

2Les fouilles de 2011, en étudiant dans cette zone intermédiaire ce qui reste d’un habitat d’élite, ont éclairé les circonstances du passage de la maison-forte au château des comtes de Vintimille. L’enceinte haute a été stratigraphiquement datée du xiie-xiiie s. comme le mur d’un second logis. Ce bâtiment prestigieux au parement constitué par des pierres de taille finement travaillées à l’aiguille et au ciseau a dû demander un investissement financier considérable. L’organisation fonctionnelle du premier château qui a perduré jusqu’au xvie-xviie s. est désormais connue. Dès le xiie-xiiie s. on observe un corps castral séparé en deux parties bien distinctes. Un logis ouvrait sur une haute cour, assez plane, liée à l’habitat. Cette cour était circonscrite par l’enceinte haute, dont la construction marque la naissance d’un véritable château. En contrebas, une avant-cour descendait jusqu’à la porte de l’enceinte basse (déjà datée du xiie-xiiie s.). Une fente de tir de l’enceinte haute contrôlait cette porte et cette cour. Dans le comté de Vintimille, le contexte historique mouvementé est bien connu à partir de 1185.

3Au xive s. la haute cour a été compartimentée. On accédait au logis par un escalier de pierre assez rustique contournant les nouvelles constructions. Les fouilles de 2004 et 2006 avaient localisé une chicane du xive s. en avant du corps castral, celles de 2011 ont permis d’étudier l’aboutissement de ce cheminement en amont : jusqu’à l’accès au logis (et à la tour). Ce remodelage de la forteresse a été réalisé par les comtes angevins de Provence qui l’avaient rachetée.

4Les derniers travaux sont à placer au xvie-xviie s. : le logis médiéval est alors désaffecté. À la même époque, une passerelle mobile complexifie le cheminement, et l’avant-cour laisse la place à un grand casernement destiné à abriter les troupes savoyardes, ce qui achève la densification de l’espace castral.

5Afin de pouvoir réouvrir le site au public selon l’itinéraire d’origine, la Mairie a l’intention de missionner un architecte pour un projet de restauration qui sera piloté par le SRA PACA.

Sainte-Agnès, le Château.

Sainte-Agnès, le Château.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Sainte-Agnès, le Château.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11095/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Lapasset, « Sainte-Agnès (Alpes-Maritimes). Le Château »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 308.

Référence électronique

Michel Lapasset, « Sainte-Agnès (Alpes-Maritimes). Le Château » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 29 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11095

Haut de page

Responsable d’opération

Michel Lapasset

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals