Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
III. - Constructions et habitat fortifiés
III 1. — Opérations de terrain

Salins-les-Bains (Jura). La Barbarine

Responsable d’opération : David Billoin
p. 312

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Texte intégral

1Un diagnostic a été réalisé à l’entrée nord de la ville, sur un espace de 15 518 m2 accolé à la courtine médiévale reliant la tour d’Andelot à l’ancienne porte de Malpertuis. Partiellement conservé en élévation, ce dispositif de défense de la ville remonte au xive s. et se rattache au Bourg-Dessous, selon une division administrative et territoriale qui restera effective jusqu’en 1497, date de l’union des deux bourgs.

2Les douze tranchées de sondages ont montré la forte puissance de remblais déposés à la suite des incendies qui touchèrent la ville en 1750 et 1825, à l’origine de la création de cette place située extra-muros. La découverte d’un fossé défensif au pied de la ligne de rempart constitue un résultat significatif pour l’histoire de Salins. En, effet, ce fossé en eau ne figure sur aucun des documents iconographiques et n’apparaît qu’en filigrane à propos du Bourg-Dessus. Large d’au moins 12 m et profond d’un mètre, il participe à la protection du système de défense de la courtine nord de la ville. Son comblement, composé d’argiles hydromorphes, a livré un mobilier du xve s. : ce milieu a permis la conservation de bois (chutes de petites menuiserie et autres), de nombreux restes de cuir (essentiellement des éléments de chaussures et de découpes) et de macrorestes végétaux. Un texte a révélé la variété des activités humaines en ce lieu, comme le travail de la vigne. Les quelques petits objets (monnaies, lot de vaisselle et éléments de poêle de chauffage) permettent d’assurer que l’entretien du fossé a pris fin au cours du xve s., vraisemblablement lors d’un grave incendie qui a touché ce quartier et les fortifications en 1442. Pendant cette période, il a servi de dépotoir ponctuel pour les habitants du quartier de l’église Saint-Maurice et les rejets témoignent d’activités artisanales diverses. Abandonné, il est scellé par un niveau de circulation à 3 m sous la surface actuelle, représenté sur le tableau peint par Nicolas Richard en 1528. L’évolution de ce secteur de la ville est retracée par l’iconographie, complétée de l’apport des textes et les observations réalisées sur le bâti de la courtine nord.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Billoin, « Salins-les-Bains (Jura). La Barbarine »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 312.

Référence électronique

David Billoin, « Salins-les-Bains (Jura). La Barbarine » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 02 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11106

Haut de page

Auteur

David Billoin

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

David Billoin

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals