Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
III. - Constructions et habitat fortifiés
III 1. — Opérations de terrain

Salt-en-Donzy (Loire). Les Ruines

Responsable d’opération : Sylvain Guillin
p. 312-314

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Texte intégral

1Situé à 5 km de Feurs, en bordure des premiers escarpements des Monts du Lyonnais, Donzy est connu historiquement pour son château qui trouve ses origines dès le xie s. Le castrum de Donzy est bordé par la rivière Charpassonne qui a certainement servi de fossé défensif à l’ensemble du site.

2En 2011, un diagnostic précédant l’aménagement d’une partie des ruines a été l’occasion d’effectuer une étude de bâti et des sondages sur un bâtiment aujourd’hui à l’abandon, autrefois dans la basse cour, à l’angle formé par deux voies de circulation menant au château. Le bâtiment se situe à l’intérieur du bourg castral dont l’enceinte ruinée percée d’une porte enserre un espace d’environ 3 500 m², comportant une chapelle et quelques habitations dissimulées sous la végétation.

3L’emplacement stratégique du bâtiment de 130 m² environ (16 m x 8 m), proche de l’entrée et de l’enceinte, et la présence d’archères suggéraient une fonction défensive. Le bâtiment presque rectangulaire se développe selon un axe N-S, il est divisé en deux parties à peu près égales par un mur percé d’une ouverture d’un peu plus d’un mètre. Il n’a plus de couverture et l’ensemble de ses murs est peu épais. L’étude de bâti a montré d’importantes reprises et une mise en œuvre plus tardive des archères. Les deux sondages ont révélé une forte occupation moderne. Ils ont aussi mis au jour, dans la partie sud du bâtiment, un niveau d’effondrement de la première (?) toiture recouvrant un seuil de porte ainsi que deux niveaux de sols successifs et un ressaut de fondation sous les deux seules ouvertures encore présentes. Enfin, un système de plancher reposant sur des poteaux a été mis en évidence dans la partie nord.

4En ce qui concerne le bâti, dans l’ensemble, l’appareillage est hétérogène. Les matériaux utilisés sont des remplois pour la plupart de provenance locale : petits blocs de granite, grossièrement équarris et liés entre eux avec différents mortiers. Cette mise en œuvre diffère de celle des autres structures bâties du castrum (rempart, porte, chapelle). Soulignons enfin la présence en élévation de quelques restes d’utilisation de pisé.

5Grâce à un fragment de céramique prélevé dans le mortier, le bâtiment a pu être daté de la fin du Moyen Âge (xive-xve s.), période qui correspond à la construction de la forteresse par Anne Dauphine en 1376. Petite-fille de Jeanne de Bourbon, elle avait fait établir, dès 1412, un point de ralliement d’un corps d’armée destiné à libérer le Beaujolais attaqué par le parti bourguignon.

6La stratigraphie des deux sondages a aussi mis l’accent sur la seconde moitié du xviiie s., période qui semble correspondre à une réoccupation du site après un abandon, si ce n’est du castrum, du moins de ce bâtiment, au xviie s., ce qui tendrait à confirmer la destruction commanditée en 1603 par le duc de Bourbon, mentionnée par les archives. Quant à la fonction de ce bâtiment, elle a été beaucoup plus difficile à cerner. Son emplacement, proche de l’entrée du bourg, à l’angle de deux voies de circulation menant au château, suggérait un élément défensif tel qu’un corps de garde. La présence des deux baies qui ressemblent étrangement à des archères en sont peut-être une preuve. Pourtant, leur mise en œuvre et leur couverture de tir actuelle ne plaident pas pour une telle fonction, mais il n’est pas exclu qu’elles aient été remaniées tardivement. Il semble qu’une partie de l’élévation de cette construction peu épaisse a été réalisée en pisé, ce qui paraît inadapté alors que les autres éléments défensifs du site (rempart, tour ouverte à la gorge, château, porte) sont exclusivement composés de moellons. D’autres indices plaident en faveur d’un ouvrage militaire non défensif comme une réserve à grains ou à poudre. La proximité du bâtiment avec le rempart et la porte laisse plutôt penser à une réserve à poudre, avec une partie corps de garde, ce qui expliquerait la scission du bâtiment en deux parties dont l’une n’a pas d’ouvertures de tir, ni même de baies. L’étude du bâti et le sondage menés dans ce bâtiment vont dans le sens de cette hypothèse. Les très nombreux trous de solive dans le mur M1 et les trous de poteau en sous-sol plaident pour une mise en place d’un plancher surélevé. La présence des trous de poteau s’expliquerait donc par l’obligation de limiter la portance de ce plancher. La présence du cours d’eau, la Charpassone, à quelques mètres de là, la position en bas de pente de notre bâtiment et surtout la nature très argileuse du terrain naturel auraient obligé les constructeurs à mettre en place une structure hors d’eau.

Salt-en-Donzy, les Ruines.

Salt-en-Donzy, les Ruines.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Salt-en-Donzy, les Ruines.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/11107/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Guillin, « Salt-en-Donzy (Loire). Les Ruines »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 312-314.

Référence électronique

Sylvain Guillin, « Salt-en-Donzy (Loire). Les Ruines » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 04 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11107

Haut de page

Auteur

Sylvain Guillin

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sylvain Guillin

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals