Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
III. - Constructions et habitat fortifiés
III 1. — Opérations de terrain

Valros (Hérault). La Tour

Responsable d’opération : Vivien Vassal
p. 316

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Texte intégral

1C’est à l’initiative de la mairie de Valros, qu’un vaste projet de mise en valeur du site de la « tour » a été mis en place en 2010 (voir Archéologie médiévale, 41, p. 298-299). Quatre jours de surveillance qui ont accompagnés les travaux sur la forcia de Valros ont permis d’étayer la documentation existante et livrent désormais une image plus précise du site. Les archives du sol, abordées jusqu’ici dans l’enceinte, se font assez nettement l’écho du vaste programme architectural engendré par cette création militaire du début du xiiie s. L’espace funéraire altomédiéval, quant à lui, ne semble pas se développer au-delà du mur d’enceinte principal, figurant ainsi une petite nécropole de campagne.

2Le projet de fortification, à l’aube de la Croisade contre les Albigeois, est nettement perceptible avec des points stratégiques privilégiés, tels que la citerne, aménagement vital pour l’autonomie du site, ou bien la muraille principale. Les harpes d’attente, dans l’angle NE du fort, témoignent de la volonté d’installer une imposante tour. Le creusement des fossés a permis l’apport de matériaux nécessaires à l’édification du mur d’escarpe et à l’aménagement des lices.

3L’aménagement des espaces internes de la fortification contraste avec ces premières constructions. Les élévations, probablement dressées d’un seul jet et avec un liant de terre, y sont nettement moins soignées. Un tel changement de stratégie au cours de la construction pourrait résulter soit d’un manque de temps, soit d’un manque de moyens. Le confort n’est cependant pas exclu comme en atteste la présence d’enduit peint. L’ensemble des bâtiments semble organisé autour de la citerne vers laquelle convergent les toitures à la façon d’un impluvium.

4Enfin, le mobilier céramique témoigne quant à lui d’une occupation courte, avec un abandon dans le courant du xiiie s. Les sondages réalisés cette année ne révèlent aucun épisode d’accident ou d’abandon brutal; le site semble bien au contraire délaissé et méthodiquement démonté. Les matériaux les plus nobles dans les zones les plus accessibles, c’est-à-dire au nord, ont été prélevés en priorité. Comme l’avait souligné D. Paya, les occupations de la période moderne semblent temporaires. Le principal point d’attraction subsistant sur le site pourrait avoir été le point d’eau que constitue la citerne.

5La forcia de Valros demeure un vestige exceptionnel, tant par sa typologie caractéristique d’une fortification méridionale antérieure à la Croisade contre les Albigeois, que par son excellent état de conservation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vivien Vassal, « Valros (Hérault). La Tour »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 316.

Référence électronique

Vivien Vassal, « Valros (Hérault). La Tour » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 04 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11115

Haut de page

Auteur

Vivien Vassal

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Vivien Vassal

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals