Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
III. - Constructions et habitat fortifiés
III 2. — Prospections

Franche-Comté. L’architecture castrale comtoise au Moyen Âge et au début de l’époque moderne

Responsable d’opération : Stéphane Guyot
p. 320-321

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Texte intégral

1La prospection thématique s’est déroulée sur trois sites castraux.

Chassagne-Saint-Denis (Doubs). Sur Saint-Denis ou Sous le Château. Étude du bâti des logis xivexve s.

2L’intervention 2011 a concerné essentiellement deux secteurs : la basse cour et le tiers ouest du logis du Treulle. La reprise d’une maçonnerie a également occasionné la découverte d’un second four dans la cuisine.

3La consolidation menée sur l’enceinte méridionale de la basse cour a entraîné l’examen de près de 21 m linéaires de structure. L’analyse du bâti n’a pas mis en avant de phasage distinct malgré des appareils différents. La maçonnerie épouse parfaitement le tracé de l’arête rocheuse aussi bien verticalement qu’horizontalement. Les assises ne sont pas uniformes contrairement à l’ensemble des autres structures castrales contemporaines.

4Dans le logis du Treulle, l’intervention 2011 devait clore les consolidations structurelles des maçonneries périphériques. La liquidation judiciaire de l’association Alternative Chantiers a malheureusement stoppé brutalement l’opération. Les parements internes du logis ont été relevés, mais l’interprétation n’est pas définitive puisque l’analyse des parements externes n’est pas entièrement réalisée. Les résultats de cette opération restent en conséquence suspendus à la réouverture du chantier.

5Quoi qu’il en soit, l’intervention conforte l’idée d’une construction du logis dans le courant du xive s. Durant le xvie s., le mur sud est étêté alors que le mur nord est quasi entièrement réédifié. Ces aménagements sont menés par la famille Granvelle probablement entre 1565 et 1576, et assurément avant 1588. L’hypothèse de l’existence d’une construction du xiiie s. accolée à la tour Montsoufflot (fin du xiie s.) proposée en 2010 a été réfutée en 2011. Ce bâti ne s’avère pas antérieur mais postérieur à l’installation du logis, attribuable à la fin du xive s. Deux autres réparations ont également été identifiées dans le parement, une reprise de maçonneries que l’on situe entre le xive et le xve s., ainsi que les réparations menées vers 1909 par une équipe suisse.

6Enfin, la reprise d’une maçonnerie a permis la mise au jour, dans la cuisine, d’un second four conservé entre le contrecœur de la cheminée et l’escalier dont l’installation a entraîné la suppression de la chambre de chauffe et de la voûte. Une installation dans le courant du xve s. et une suppression entre 1565 et 1576 sont supposées.

7La consolidation entière, prévue en 2015, est actuellement en suspens. L’arrêt des travaux met en péril l’entreprise débutée en 1995. Il apparaît nécessaire de trouver une solution pour l’achèvement de la mise en valeur du château.

Chaux-des-Crotenay (Jura). Étude archéologique du château Champs-des-Mottes

8L’intervention a consisté en une prospection conduite sur les vestiges conservés et visibles. La réalisation d’un plan d’ensemble était l’objectif premier. Dès 2006, le château a fait l’objet d’un recensement pour l’Inventaire des châteaux de pierre en Franche-Comté.

9En 2011, plusieurs maçonneries, masquées par la végétation de sous-bois, ont été dégagées. Le château à proprement parler, borné par un fossé taillé dans le substrat calcaire, voit l’édification d’une deuxième enceinte et de casernements à l’opposé de l’éminence. Puis une troisième enceinte est érigée, signalée par une courtine, une tour et un piédroit d’une porte monumentale qui possédait un accès pavé. Les débroussaillages de 2011 ont mis en évidence une quatrième enceinte et les franges du probable bourg castral.

10Sur le château lui-même, l’analyse, le relevé et la description de la plupart des maçonneries conservées ont été effectués. Seules les structures d’une dangerosité certaine n’ont pas fait l’objet d’un traitement en 2011. Les structures étudiées, réalisées en petit appareil aux assises irrégulières, sont homogènes, à l’exception de deux bâtiments en grand appareil assisé. Enfin, l’escalier à base prismatique dégagé depuis une décennie a été réenfoui par mesure conservatoire. Il a préalablement fait l’objet de relevés.

Vescles (Jura). Oliferne

11Deux interventions préalables aux consolidations des maçonneries ont été conduites en 2011 sur l’enceinte occidentale de la basse cour et sur l’enceinte orientale de la haute cour.

12L’examen de l’enceinte de la basse cour a permis d’observer une reprise sur la maçonnerie originale de la courtine et de la tour cylindrique qui la flanque. Au sommet de cette dernière, trois corbeaux en quart-de-rond supportent un chemin de ronde constitué d’une circulation sur une dalle de calcaire (largeur env. 0,60 m). Les prémices d’un mur parapet prennent également place à environ 0,20 m du parement interne de la courtine. Ce chemin de ronde n’est que partiellement conservé. La tourelle n’a subi aucun aménagement. Le décaissement (entre 0,20 et 0,50 m) réalisé en vue de la consolidation a mis au jour la fondation des maçonneries qui épouse parfaitement la surface rocheuse chaotique. Aucune attribution chronologique n’a pu être proposée, faute d’artefact et de caractéristique architecturale.

13La surveillance des travaux au sein de la haute cour a permis de repérer le tracé de l’enceinte qui s’avère rectiligne, dans l’alignement des portions découvertes les années précédentes. À environ 29,60 m du logis, une porte perce l’enceinte. Une barre de fermeture dont subsiste le logement permettait de la maintenir close. Le long de l’enceinte, la reprise des stratigraphies observées les années précédentes a permis de découvrir un four domestique, interprété alors par les bénévoles comme une zone foyère. Ce four dont la forme n’a pas été identifiée possède deux soles successives, constituées par des dalles de calcaire altérées. Après l’enregistrement des informations archéologiques, toute la structure a été ré-enfouie pour ne pas subir davantage de dommages.

14À ce jour, aucune fouille fine n’est envisagée sur les unités découvertes ou dégagées. Seules les études préalables aux consolidations sont prévues sur les parties les plus menacées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Guyot, « Franche-Comté. L’architecture castrale comtoise au Moyen Âge et au début de l’époque moderne »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 320-321.

Référence électronique

Stéphane Guyot, « Franche-Comté. L’architecture castrale comtoise au Moyen Âge et au début de l’époque moderne » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 04 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11128

Haut de page

Auteur

Stéphane Guyot

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Stéphane Guyot

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals