Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Chronique des fouilles médiévales...III. - Constructions et habitat f...III 2. — ProspectionsMorbihan. Inventaire des résidenc...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
III. - Constructions et habitat fortifiés
III 2. — Prospections

Morbihan. Inventaire des résidences fortifiées dans le Vannetais et le Porhoët (xe-xiiie s.).

Responsable d’opération : Lucie Jeanneret
p. 322

Texte intégral

1Cette prospection thématique fait suite à un premier travail d’inventaire débuté en 2010 sur le SE du département du Morbihan. Il avait permis la reprise des inventaires anciens et précisé certaines données morphologiques (formes, dimensions). Le taux de conservation des sites fossoyés de type motte et plateforme fossoyée est assez faible, environ 35 %. Le but de cette étude est de redéfinir le corpus de sites fortifiés aristocratiques du Moyen Âge central. Il sera ainsi possible de confronter ces données de terrain aux textes afin de préciser les raisons de l’implantation des résidences fortifiées et leur impact sur le territoire.

2En 2011, l’étude a été élargie à la partie nord du département du Morbihan, dans l’emprise de l’ancien comté de Porhoët. Elle a donc concerné neuf cantons (Baud, Cléguérec, Guémené-sur-Scorff, Josselin, Locminé, Pontivy, Rohan, Saint-Jean-Brévelay, La Trinité-Porhoët). Une recherche bibliographique a permis un premier inventaire des sites. Les sources textuelles antérieures au xiiie s., peu nombreuses, permettent de renseigner les sites principaux que sont les châteaux appartenant aux grandes familles de Porhoët et de Rohan. Certains sites étaient, à l’origine, des mottes attestées par les textes, mais les élévations actuelles sont toutes postérieures au xiiie s.

3Les aveux de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne ont également été dépouillés afin de retrouver la mention de certains petits sites aristocratiques qui ne sont jamais renseignés avant le xiiie s. Enfin, un dépouillement des cadastres anciens et de divers documents cartographiques est venu compléter cette recherche.

4Cinquante sites ont été recensés, dont trente-huit sont attestés, c’est-à-dire que leur nature est clairement définie soit par les vestiges, soit par les indications parcellaires, bibliographiques ou autres. Ce corpus a été systématiquement vérifié sur le terrain et quinze sont apparus encore bien conservés en élévation (34 % des sites inventoriés). Pour chacun d’entre eux une fiche a été établie, reprenant à la fois des critères d’identification et de description des structures conservées ou présumées, mais également des éléments sur l’environnement géographique, économique et l’historique des sites.

5En parallèle de cet inventaire, le relevé topographique de certaines de ces structures a été entrepris. La campagne de relevés a permis d’intervenir sur douze sites du secteur d’étude choisis en fonction de leur état de conservation, la plupart sont donc des mottes, les enceintes étant des vestiges plus fragiles et systématiquement détruits. Parmi les sites conservés, nous retrouvons plusieurs catégories : les mottes, avec ou sans basse cour associée, ou encore des plateformes, rondes ou quadrangulaires, ainsi qu’une vaste enceinte insérée dans un ensemble fossoyé plus important (site du Camp des Rouëts, commune de Mohon). Ce dernier est le plus complexe de la zone d’étude. Il présente une très vaste enceinte de 4 ha, renfermant à la fois une enceinte fortifiée sans doute antérieure, une motte très dégradée et un prieuré mentionné dès la fin du xiie s. Un habitat et un moulin y sont également associés.

6Concernant les sites de moindre importance, le modèle de la motte avec basse cour se raccordant au tertre est très rarement présent mais correspond systématiquement à des sites implantés en rebord de plateau. C’est le cas du site du Corboulo (commune de Saint-Aignan) ou encore d’Er Hastel (commune de Remungol). Deux autres sites présentent une basse cour (ou une structure qui pourrait y être assimilée) totalement séparée de la motte par un fossé.

7D’autres exemples, situés en fond de vallée dans des zones souvent inondables, sont beaucoup moins importants. Même s’ils adoptent la morphologie des mottes, ils ne sont pas associés à une basse cour et ne sont pas du tout inclus dans un environnement défensif. Ces sites fossoyés restent toutefois majoritairement associés à des manoirs de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne éloignés de 30 à 150 m.

8D’autres sites sont beaucoup plus énigmatiques, tel que celui de Bodinais (les Forges), qui présente un profil particulier d’une plateforme circulaire de grande ampleur (en moyenne 90 m de diamètre) détachée du plateau par un profond fossé et donc non dominante. Un fragment de poterie (col) semble attester une occupation de la fin du Moyen Âge, mais aucun vestige n’apparaît.

9Pour chacune de ces catégories, la diversité reste la règle, tant dans les dimensions – comme nous pouvons le pressentir en observant leur environnement – que dans les usages et parfois même dans leur datation. En 2012, l’étude devrait se poursuivre sur la partie sud des Côtes-d’Armor et sur le SO du Morbihan afin d’achever l’inventaire dans l’emprise des anciens comtés de Vannes et du Porhoët et de proposer une synthèse à l’échelle de ces deux régions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucie Jeanneret, « Morbihan. Inventaire des résidences fortifiées dans le Vannetais et le Porhoët (xe-xiiie s.). »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 322.

Référence électronique

Lucie Jeanneret, « Morbihan. Inventaire des résidences fortifiées dans le Vannetais et le Porhoët (xe-xiiie s.). » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 28 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/11130 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.11130

Haut de page

Responsable d’opération

Lucie Jeanneret

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search